Migrants : le camp de Grande-Synthe détruit ou réduit ?

Après la "jungle" de Calais, le gouvernement veut s'atteler au démantèlement du camp de Grande-Synthe (Nord). Le ministre de l'Intérieur a expliqué vouloir rétablir l'ordre public.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Des bracelets pour filtrer les entrées au camp de Grande-Synthe (Nord), une source de tensions. Mardi 14 mars, des migrants ont demandé des bracelets supplémentaires. La situation a tourné en rébellion contre les gardiens du camp. Un préfabriqué a été incendié, mais aucun blessé n'est à déplorer. Le maire de Grande-Synthe, Damien Carême, relativise : "Ça me confirme dans mon choix de réduire la taille du camp".

Disparition ou prolongation ?

Mais le ministre de l'Intérieur n'est pas du même avis. Bruno Le Roux s'est exprimé devant une commission du Sénat. Il veut voir disparaître ce camp. Les deux hommes se rencontreront ce mercredi 15 mars.

Selon le maire, Emmanuelle Cosse se rendra à Grande-Synthe vendredi 17 mars pour signer une extension au contrat du camp. Actuellement, 1 500 migrants y vivent, selon la préfecture. Le maire aimerait diviser par deux ce chiffre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le camp de la Grande-Synthe (Nord), le 6 mars 2017. 
Le camp de la Grande-Synthe (Nord), le 6 mars 2017.  (MAXPPP)