VIDEO. A Idomeni, des vacanciers volontaires viennent en aide aux migrants

Les 28 pays de l'Union européenne tentent de s'accorder sur un plan inédit pour faire face à la crise des migrants. Face à l'urgence humanitaire, des touristes ont décidé de renoncer à leurs vacances pour apporter leur aide.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Face à l'urgence humanitaire, des touristes ont décidé de renoncer à leurs vacances pour apporter leur aide. Ils sont suédois, tchèques ou allemands. Ils ne sont pas venus en Grèce pour ses plages de sable blanc, mais pour donner un coup de main dans le camp de réfugiés d'Idomeni, à la frontière avec la Macédoine. Matthias est médecin en Suisse. "J'étais censé aller à Majorque avec ma femme et mes enfants pour des vacances, puis j'ai annulé. Je leur ai dit que j'avais quelque chose de plus important à faire cette semaine", confie-t-il.

Trois cents volontaires indépendants

Les réfugiés, eux, apprécient cette présence. "Je leur suis très reconnaissant, ils ont le cœur sur la main", explique un migrant. "C'est rare de voir des gens donner de leur temps gratuitement", s'émeut un autre.

Depuis la fermeture de la frontière macédonienne, la situation dans le camp ne fait que se dégrader. La pluie et le froid créent des conditions d'hygiène difficiles. Au total, près de 300 volontaires indépendants se relaient jour et nuit aux côtés de ces réfugiés, qui continuent d'arriver chaque jour par centaines au camp d'Idomeni.
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un enfant joue avec un ballon dans le camp d'Idomeni. Certaines associations tentent de proposer des activités aux enfants. Mais pour Médecins sans Frontières, la "priorité c'est de leur donner à manger, de les soigner et de les aider à survivre."
Un enfant joue avec un ballon dans le camp d'Idomeni. Certaines associations tentent de proposer des activités aux enfants. Mais pour Médecins sans Frontières, la "priorité c'est de leur donner à manger, de les soigner et de les aider à survivre." (DIMITAR DILKOFF / AFP)