Face à l'afflux de migrants, l'Allemagne suspend "provisoirement" les accords de Schengen

Berlin a décidé de rétablir provisoirement les contrôles aux frontières avec l'Autriche.

Des migrants montent dans un train en gare de Munich (Allemagne), le 13 septembre 2015.
Des migrants montent dans un train en gare de Munich (Allemagne), le 13 septembre 2015. (MICHAELA REHLE / REUTERS)

Mis à jour le , publié le

Berlin suspend les accords de Schengen sur la libre circulation en Europe. L'Allemagne, qui a largement ouvert ses portes au flot ininterrompu de migrants, a choisi de réintroduire provisoirement des contrôles aux frontières avec l'Autriche, par où arrivent des dizaines de milliers de réfugiés, a annoncé dimanche 13 septembre le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, confirmant une information des journaux allemands Bild et Spiegel.

Pour faire face à l'afflux de migrants, la Bavière a appelé l'Etat fédéral à la rescousse. Et selon le Spiegel, 2 100 policiers fédéraux anti-émeute vont être envoyés en renfort dans cette région du sud de l'Allemagne, afin de sécuriser la frontière germano-autrichienne. Tous les policiers fédéraux ont été placés en état d'alerte, écrit le Spiegel, et "tous les policiers disponibles vont être envoyés en Bavière pour fermer les frontières", poursuit l'hebdomadaire. La Deutsche Bahn, la compagnie de chemins de fer allemande, a annoncé dans la foulée qu'elle suspendait son trafic en provenance et à destination de l'Autriche, jusqu'à lundi 5 heures du matin.

Une réunion des ministres de l'Intérieur européens lundi

L'Allemagne, économie la plus riche d'Europe, attire nombre de personnes fuyant la guerre et la misère en Syrie et en d'autres points du Moyen-Orient et d'Afrique. Depuis le 31 août, 63 000 réfugiés sont arrivés à Munich et, de l'avis de l'administrateur bavarois Christoph Hillenbrand, la ville ne pourra pas indéfiniment faire face à un tel afflux. Selon la police, 13 000 migrants sont encore arrivés à Munich durant la seule journée de samedi et 1 400 nouveaux arrivants ont été comptabilisés dimanche matin à la gare centrale de la capitale bavaroise. 

Les tensions montent en Allemagne, où les Länder se plaignent du fardeau de plus en plus lourd provoqué par le plus important afflux de réfugiés en Europe depuis des décennies. Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, par ailleurs chef de file du SPD et ministre de l'Economie, a estimé dimanche que l'Allemagne atteignait désormais ses limites en termes d'accueil de migrants. Le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, a, lui, estimé que les réfugiés ne devaient pas pouvoir choisir eux-mêmes où ils s'installent.

Un effet domino ?

Dans la foulée, le ministre tchèque de l'Intérieur a annoncé que la République tchèque allait elle aussi renforcer les contrôles à sa frontière avec l'Autriche. Ces décisions devraient être au centre des discussions, lundi à Bruxelles. Les ministres de l'Intérieur des 28 pays de l'Union européenne doivent s'y retrouver pour débattre des propositions de la Commission européenne de répartir environ 160 000 demandeurs d'asile à travers les Etats membres.