DIRECT. Sommet européen sur la crise migratoire : la Turquie fait monter les enchères, les négociations continuent

Ankara a créé la surprise en mettant sur la table de nouvelles propositions, mais aussi de nouvelles exigences. Les dirigeants des 28 pays de l'UE sont en quête désespérée d'une solution.

Le président de la République François Hollande (à gauche), le Premier ministre Ahmet Davutoglu et le président du Conseil européen Donald Tusk, le 7 mars 2016 à Bruxelles.
Le président de la République François Hollande (à gauche), le Premier ministre Ahmet Davutoglu et le président du Conseil européen Donald Tusk, le 7 mars 2016 à Bruxelles. (POOL CHRISTOPHE LICOPPE / BELGA MAG / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Nouveau sommet européen sous tension. Les Etats de l'Union européenne se réunissent à Bruxelles (Belgique), lundi 7 mars, avec pour objectif de fermer définitivement la route des Balkans.

François Hollande explique la position française à son arrivée à Bruxelles."Le plan est simple à énoncer, difficile à mettre en œuvre : c'est sécurité des frontières extérieures, c'est coopération avec la Turquie et c'est solidarité avec la Grèce, c'est ce que la France va défendre comme position", a déclaré le chef de l'Etat.

La Turquie crée la surprise. Face à des Européens toujours divisés, Ankara a fait monter les enchères lundi en réclamant 3 milliards d'euros d'aide européenne supplémentaire, contre l'engagement d'accepter désormais des retours massifs de migrants ayant rejoint l'UE depuis son territoire.

Un accord possible dans la nuit. Les dirigeants de l'UE ont progressé dans leurs négociations et peuvent encore parvenir à un accord dans la nuit, a déclaré le directeur de cabinet du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Un premier camp aux normes ouvre ses portes dans le Nord. Parallèlement, un premier camp aux normes internationales constitué de maisonnettes en bois installées à Grande-Synthe (Nord) doit accueillir lundi ses premiers occupants. Il s'agira pour l'essentiel de migrants du camp voisin du Basroch.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#MIGRANTS

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

00h05 : Ce direct est maintenant terminé. Voici les principales informations à retenir :



Martine Aubry veut des modifications, mais pas le retrait du texte. Lors d'une réunion au siège du PS, elle a présenté "beaucoup de propositions" au Bureau national.

La molécule du laboratoire Bial est en cause dans l'essai clinique mortel de Rennes, indique un rapport d'experts.


La Turquie réclame 6 milliards d'euros d'aides à l'Union européenne pour faire face à la crise migratoire. Mais les dirigeants de l'Union européenne ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur un plan de résolution.

Le trafic SNCF sera très fortement perturbé mercredi. Au niveau de la RATP, un train sur deux seulement circulera sur le RER B. Retrouvez les prévisions de circulation dans notre article.

22h55 : "Inquiet des dangers relevés par la commission communale de sécurité", le préfet du Nord a "mis en demeure" le maire de Grande-Synthe (Nord) de retirer son arrêté de sécurité permettant l'ouverture d'un nouveau camp de migrants dans sa commune, annonce un communiqué.

21h35 : L'Aquarius, un navire affrété par Médecins du Monde et l'ONG SOS Méditerranée, a effectué sa première opération de sauvetage en mer. Le navire a recueilli 74 migrants, dont 16 adolescents de 14 à 17 ans, au large des côtes libyennes, indique l'ONG.

21h07 : Il est 21 heures. Voici le point sur l'actualité :

La Turquie réclame 6 milliards d'euros d'aides à l'Union européenne pour faire face à la crise migratoire. Mais les dirigeants de l'Union européenne ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur un plan de résolution.

Le trafic SNCF sera très fortement perturbé mercredi. Au niveau de la RATP, un train sur deux seulement circulera sur le RER B. Retrouvez les prévisions de circulation dans notre article.

La molécule du laboratoire Bial est en cause dans l'essai clinique mortel de Rennes, indique un rapport d'experts.

Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "apologie au terrorisme" après les propos de Jean-Marc Rouillan. L'ancien membre d'Action directe a vanté "le courage avec lequel se sont battus les terroristes dans les rues de Paris en sachant qu'il y avait près de 3 000 flics autour d'eux".

20h39 : Les dirigeants de l'Union européenne ne parviennent pas à se mettre d'accord sur le plan turc de résolution de la crise migratoire, annonce un responsable de l'UE. Ils vont continuer à travailler dessus dans les jours qui viennent.

18h06 : Il est 18 heures, le soleil décline. C'est le moment de rappeler les principaux titres :

• La Turquie réclame 6 milliards d'euros d'aides à l'Union européenne pour faire face à la crise migratoire. C'est deux fois plus que la somme proposée initialement par l'Europe.

"Nous avons eu des débats francs, directs et constructifs", a estimé la ministre du Travail après avoir rencontré les syndicats pour discuter de la réforme du Code du travail. Le bras de fer commence aujourd'hui", a déclaré de son côté Jean-Claude Mailly, numéro un de Force ouvrière.

• Le président tunisien évoque des attaques "sans précédent". Ce matin, des fusillades ont fait au moins 45 morts dans des casernes de la police et de l'armée à Ben Guerdane, une ville proche de la frontière libyenne. Nous détaillons dans cet article ce que l'on sait de ces assauts.

• Des représentants des commerçants et des entrepreneurs de la ville ont été reçus à l'Elysée. Ils disent avoir été "entendus" et se disent "soulagés". Ils ont obtenu un "plan d'urgence".

17h37 : "Cet argent additionnel va demander des procédures budgétaires additionnelles. Le Parlement européen est prêt a accélérer les procédures."

Le président du Parlement européen indique, donc, que la Turquie demande une enveloppe totale de 6 milliards d'euros. En échange de cette somme, Ankara promet d'augmenter drastiquement sa coopération dans la crise migratoire pour tarir les flux de migrants.

17h21 : En clair, Ankara réclame 6 milliards d'euros d'aides, soit le double ce que proposait initialement l'Union européenne. L'agence Reuters a consulté un projet d'accord qui circule en ce moment à Bruxelles.

17h18 : Selon des sources européennes, la Turquie demande à l'Union européenne trois milliards d'euros supplémentaires.

16h28 : "Je repars soulagé" dit-il, satisfait d'avoir été entendu, montrant une image de "solidarité et d'unité" entre les acteurs économiques.

16h26 : Frédéric Van Gansbeke, porte-parole du collectif, détaille les annonces, notamment le guichet unique.

16h25 : La délégation est revenue de la rencontre à l'Elysée. Un attroupement se forme.