DIRECT. Un accord trouvé entre la Turquie et l'Union européenne sur l'accueil des migrants

Un accord a été trouvé entre la Turquie et l'Union européenne sur l'accueil des migrants, vendredi.

Des réfugiés syriens arrivent de Turquie sur l\'île grecque de Lesbos, le 18 mars 2016.
Des réfugiés syriens arrivent de Turquie sur l'île grecque de Lesbos, le 18 mars 2016. (GUILLAUME PINON / NURPHOTO / AFP)
logo
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Tous les nouveaux migrants arrivant sur les îles grecques depuis les côtes turques seront renvoyés vers la Turquie à partir de dimanche, aux termes d'un accord turco-européen signé vendredi 18 mars à Bruxelles. Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a rencontré le président du Conseil européen, Donald Tusk. Jeudi soir, les dirigeants des 28 Etats membres se sont accordé sur une "position commune" dans ces négociations. Francetv info vous fait suivre cette journée décisive.

Le principe du "un pour un". L'accord prévoit le retour en Turquie de toutes les personnes arrivant illégalement sur les îles grecques de la mer Egée. Pour chaque Syrien ainsi reconduit en Turquie, un Syrien réfugié en Turquie serait accueilli dans un Etat membre de l'Union.

"Pas un marchandage", assure Davutoglu. Le Premier ministre turc assure que l'accueil des migrants est une question de "valeurs humanitaires"

Des contreparties attendues par la Turquie. La Turquie espère obtenir une aide financière supplémentaire de la part de l'Europe, qui lui a déjà promis trois milliards d'euros, la libéralisation des visas pour les citoyens turcs et l'accélération du processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#MIGRANTS

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #MIGRANTS

12h16 : Voici le point sur l'actualité :

Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, a mis en garde l'Union européenne contre tout "marchandage" sur la question des réfugiés, en arrivant à Bruxelles pour des négociations difficiles sur un accord pour stopper l'afflux de migrants vers l'Europe.

• François Hollande s'attire les foudres des harkis, de la droite et de l'extrême droite en commémorant pour la première fois, demain, le cessez-le-feu décrété le 19 mars 1962 en Algérie au lendemain des accords d'Evian.

• Dans la "jungle" de Calais, une permanence juridique tenue par des bénévoles offrait une aide juridique aux migrants, pour les informer sur leurs droits. Mais ce centre a été détruit par un incendie, hier.

• Des jihadistes ont attaqué tôt ce matin à la roquette un site gazier exploité par des firmes étrangères près de la région d'In Salah, dans le sud de l'Algérie. Aucune victime n'est à déplorer.


10h45 : La permanence incendiée hier était tenue par des bénévoles. Elle visait, selon ses animateurs, à "informer les migrants sur leurs droits légaux".

10h47 : La permanence juridique située dans la partie sud de la "jungle" de Calais, et qui avait été épargnée par le démantèlement, a été incendiée hier soir. Un acte jugé "criminel" par le bâtonnier de Lille.

09h30 : "Pour nous, pour la Turquie, la question des réfugiés n'est pas une question de marchandage, mais une question de valeurs humanitaires, ainsi que de valeurs européennes"

Le Premier ministre turc a joué l'apaisement lors de son arrivée à Bruxelles, où se tient une réunion cruciale concernant l'accord entre son pays et l'UE au sujet des réfugiés.