Deux Algériens soupçonnés de liens avec l'Etat islamique arrêtés dans des foyers de réfugiés en Allemagne

Les deux hommes étaient recherchés pour avoir fomenté "un acte grave menaçant la sécurité de l'Etat" au nom de l'organisation terroriste.

Un homme arrêté lors d'une vaste opération de police antiterroriste à Berlin le 4 février 2016.
Un homme arrêté lors d'une vaste opération de police antiterroriste à Berlin le 4 février 2016. (ODD ANDERSEN / AFP)

Mis à jour le , publié le

La police allemande a lancé une vaste opération antiterroriste jeudi 4 février à Berlin et dans le nord-ouest de l'Allemagne. Des foyers de réfugiés ont été perquisitionnés et trois personnes ont été arrêtées, a indiqué la police berlinoise.

Le principal suspect interpellé, un Algérien de 35 ans, se trouvait dans un centre d'accueil pour migrants à Attendorn, une petite ville à 80 km de Cologne. Un deuxième Algérien a été arrêté à Berlin, lors d'une perquisition dans un immeuble du quartier de Kreuzberg, pour falsification de documents. Une femme a également été arrêtée en Rhénanie du Nord-Westphalie pour d'autres motifs, sans qu'on ait plus de précisions. Les deux Algériens vivaient dans des foyers pour réfugiés en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Basse-Saxe.

D'après la police berlinoise, l'un des hommes faisait l'objet d'un mandat d'arrêt des autorités algériennes pour son appartenance présumée à l'EI. L'un d'eux aurait été formé aux armes en Syrie. Ils sont soupçonnés d'avoir préparé "un acte grave menaçant la sécurité de l'Etat".

Des téléphones portables et des documents saisis

A Hanovre, capitale régionale de la Basse-Saxe, un foyer de réfugiés a également été perquisitionné.

A Berlin, les perquisitions ont été effectuées dans quatre appartements et deux bureaux. Des ordinateurs, des téléphones portables et des documents ont été saisis. Au total, 450 policiers, dont certains membres d'unités spéciales, ont été mobilisés.

L'Allemagne a été récemment secouée par une série d'alertes. Lors du réveillon du Nouvel An à Munich, deux des gares de la capitale bavaroise avaient été fermées au public en raison d'un risque d'attaque. En novembre, un match de foot Allemagne-Pays-Bas avait été annulé à Hanovre à la dernière minute, pour la même raison.