Allemagne : les agressions du Nouvel An étaient-elles préméditées ?

La ville de Cologne est sous haute tension. Après les incidents du Nouvel An, des étrangers ont été violemment agressés. Le ministre de l'Intérieur évoque la possibilité que les agressions du 31 décembre aient été préméditées.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

La tension ne retombe pas à Cologne, en Allemagne, après les agressions survenues durant la nuit du 31 décembre au 1er janvier. Hier soir, dimanche 10 janvier, des étrangers pakistanais ou syriens ont été violemment agressés par plusieurs groupes d'individus qui frappaient au hasard des rues. La police, pourtant déployée en nombre ces derniers jours, n'a rien pu faire. La piste de l'extrême-droite est la plus sérieuse pour l'heure.

Les enquêteurs cherchent toujours à retracer le fil des événements du 31 décembre. A ce jour, 516 plaintes ont été enregistrées. Les victimes parlent souvent d'agresseurs d'origine étrangère. 40% des plaintes relatent des actes d'agression sexuelle. Et l'ampleur inédite de ces incidents pose une question : ces agressions étaient-elles préméditées ?

Une nouvelle forme de criminalité

Certains médias évoquent des messages échangés sur les réseaux sociaux avant le Réveillon. Un journal s'est procuré un papier retrouvé sur un suspect. Dessus figurent des mots sans équivoque, écrits en arabe et en allemand : "Je veux t'embrasser", "je veux te bai...".

Selon Thomas de Maizière, ministre de l'Intérieur, l'Allemagne fait face à une nouvelle forme de criminalité : "Cette façon de se jeter à plusieurs sur quelqu'un, puis de disparaître pour commettre la même chose ailleurs laisse penser que c'était organisé". Cette piste reste une hypothèse à l'heure actuelle, la police n'ayant pas encore arrêté de personnes suspectées d'agressions sexuelles.

Le JT
Les autres sujets du JT
La gare de Cologne (Allemagne), où ont lieu des violences la nuit du Nouvel An, le 11 janvier 2016. 
La gare de Cologne (Allemagne), où ont lieu des violences la nuit du Nouvel An, le 11 janvier 2016.  (PATRIK STOLLARZ / AFP)