"Message de tolérance" pour les uns, "malaise" pour les autres, la victoire de Conchita Wurst divise

Après une polémique sur le look de femme à barbe, l'Autrichienne Conchita Wurst a remporté l'Eurovision dimanche, suscitant la joie des militants anti-homophobie et la colère des plus conservateurs des Européens.

L'Autrichienne Conchita Wurst sur la scène du concours Eurovision de la chanson après sa victoire, dimanche 11 mai 2014, à Copenhague (Danemark).
L'Autrichienne Conchita Wurst sur la scène du concours Eurovision de la chanson après sa victoire, dimanche 11 mai 2014, à Copenhague (Danemark). (SCANPIX DENMARK / REUTERS)

Mis à jour le , publié le

Elle avait suscité l'hostilité dans certains pays, mais elle a finalement conquis le cœur des téléspectateurs en interprétant Rise Like A Phoenix. Avec sa longue chevelure noire, sa barbe fournie et sa voix tout en maîtrise, Conchita Wurst a remporté, dimanche 11 mai, le concours de l'Eurovision pour l'Autriche.

La chanteuse est montée sur scène en larmes pour recevoir son prix. "Nous sommes l'unité, et rien ne peut nous arrêter", a-t-elle lancé. Un message qu'elle a renouvelé en conférence de presse à destination du président russe Vladimir Poutine et sa loi contre la "propagande homosexuelle".

Une victoire "symbole de tolérance" ou une illustration d'une "société en perte de repère" ? Le succès de l'Autrichienne ne laisse pas indifférent, suscitant la joie des militants anti-homophobie et la colère des plus conservateurs des Européens.

Conchita Wurst, un "symbole de tolérance"

De nombreuses voix ont salué le "message de tolérance" que symbolise la première place de Conchita Wurst, en premier lieu en Autriche, où elle a été accueillie dimanche par un bon millier de fans. "C'est une belle journée pour l'Autriche", s'est réjoui le président socialiste Heinz Fischer, qui a salué "une victoire" pour "la diversité et la tolérance en Europe".

"L'Europe a voté contre l'homophobie", s'est enthousiasmée Clémence Zamora Cruz, une des porte-parole de l'Inter-LGBT, qui fédère des associations de défense des lesbiennes, gays, transsexuels et bissexuels. "C'est un message très fort étant donné les propos homophobes et transphobes tenus avant la compétition notamment en Europe de l'Est."

L'élu Jean-Luc Roméro, engagé depuis longtemps contre l'homophobie, a salué sur France 3 "l'ouverture d'esprit des gens". La "petite minorité" crisée par sa victoire "est en train de perdre le combat", juge-t-il. "Vu que ça énerve à un point extrême les plus réactionnaires et ringards, ceux qui sont contre l'égalité des droits, c'est une bonne nouvelle", a estimé Cécile Duflot lundi sur France Inter.

Conchita Wurst, le "malaise" des conservateurs

Car la victoire de Conchita Wurst hérisse certains conservateurs, y compris en France. Christine Boutin a immédiatement commenté le succès de l'Autrichienne, évoquant son "malaise". Comme d'autres militants de son mouvement Force Vie, elle a dénoncé "l'image d'une société en perte de repère niant la réalité de la nature humaine".

L'hymne à la diversité de Conchita Wurst n'a pas plu dans les milieux traditionnels de plusieurs pays d'Europe orientale, comme la Russie, où des pétitions ont circulé avant le début du concours. Le vice-Premier ministre russe a jugé sur Twitter que le palmarès de l'Eurovision "donne un aperçu aux partisans de l'intégration européenne de ce qui les attend en rejoignant l'Europe, à savoir une femme à barbe".

Peu importe les critiques pour Conchita Wurst, qui a son arrivée dimanche à l'aéroport de Vienne (Autriche) a réitéré son message : "La victoire d'hier n'était pas que pour moi, mais aussi pour les gens qui croient dans un avenir sans discrimination."