Ukraine : le ton monte entre Obama et Poutine

Les deux chefs d'Etat se sont entretenus pendant 90 minutes au téléphone sur la situation en Crimée, province autonome d'Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) et le président américain Barack Obama, le 5 septembre 2013 à Saint-Pétersbourg (Russie).
Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) et le président américain Barack Obama, le 5 septembre 2013 à Saint-Pétersbourg (Russie). (ERIC FEFERBERG / AFP)

Mis à jour le , publié le

Ils se sont entretenus par téléphone pendant 90 minutes. Barack Obama s'est montré ferme avec Vladimir Poutine, samedi 1er mars. Le président américain a affirmé à son homologue russe qu'il avait violé la loi internationale en déployant des soldats russes en Crimée, province autonome située dans le sud de l'Ukraine"Les Etats-Unis condamnent l'intervention russe en territoire ukrainien", a-t-il déclaré. D'après un haut responsable américain, l'entretien entre les deux dirigeants a été "franc et direct".

Dans cette mise en garde très ferme, les Etats-Unis ont exigé de la Russie qu'elle replie ses forces déployées en Crimée, faute de quoi elle s'exposait à un isolement international et à un impact "profond" sur ses relations avec Washington. Barack Obama a aussi exhorté Vladimir Poutine à discuter pacifiquement avec les autorités de Kiev.

Poutine veut "protéger ses intérêts et ses citoyens" en Ukraine

Le Kremlin, rendant compte de la même conversation, a souligné que Vladimir Poutine avait déclaré à son homologue américain que la Russie se donnait le droit de "protéger ses intérêts et les populations russophones" en cas de "violences" dans l'est de l'Ukraine et en Crimée. Vladimir Poutine a évoqué "la vraie menace pesant sur les vies et la santé des citoyens russes sur le territoire d'Ukraine", ainsi que "les actions criminelles des ultranationalistes soutenus par les actuelles autorités à Kiev".

"Le président Obama a dit au président Poutine que si la Russie avait des inquiétudes au sujet du traitement des russophones et des minorités en Ukraine, la façon adéquate de les traiter était de s'adresser directement au gouvernement ukrainien", selon l'exécutif américain. Toutefois, après la conversation Obama/Poutine, la première en huit jours, Washington a dit "reconnaître les liens historiques et culturels solides entre la Russie et l'Ukraine".

D'après la Maison Blanche, "les Etats-Unis vont suspendre leur participation aux rencontres préparatoires du sommet du G8", prévu en juin à Sotchi en Russie. Le Canada, qui a rappelé samedi son ambassadeur à Moscou, pourrait faire de même.