Les livres scolaires britanniques invités à ne pas représenter de porc pour éviter l'offense

Les presses universitaires d'Oxford ont donné des lignes directrices afin que ces manuels puissent être exportés plus facilement dans les pays où l'on ne consomme pas de cochon. 

Dans une ferme de Pillichsdorf, en Autriche, le 26 août 2014. 
Dans une ferme de Pillichsdorf, en Autriche, le 26 août 2014.  (JOE KLAMAR / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

La représentation d'un cochon peut-elle offenser un juif ou un musulman ? Les presses universitaires d'Oxford (Royaume-Uni) ont en tout cas invité les auteurs de livres scolaires britanniques à ne pas représenter de porc (entier ou transformé en saucisses) afin de ne pas offenser les lecteurs qui n'en consomment pas pour des raisons religieuses.

Cette consigne, révélée par les médias britanniques mercredi 14 janvier, intervient en plein débat sur la liberté d'expression depuis l'attaque contre Charlie Hebdo en France. Elle a été formulée pour faciliter l'exportation de ces manuels, s'est défendu un porte-parole d'Oxford University Press (OUP).     

"Une totale absurdité"

"Une grande partie du matériel éducatif que nous publions au Royaume-Uni est vendu dans plus de 150 pays. Partant de là, ces livres doivent prendre en compte une gamme de sensibilités culturelles différentes", explique ce dernier dans The Independent (en anglais)

Le député conservateur Philip Davies s'est insurgé contre cette ligne éditoriale et a appelé le gouvernement à intervenir. "La brigade du politiquement correct semble avoir pris le contrôle de nos écoles", s'indigne-t-il dans le Daily Mail (en anglais). "La religion juive interdit de manger du porc, pas de mentionner le mot ou de représenter l'animal", abonde dans les colonnes de ce journal le porte-parole d'une fédération d'associations juives, le Jewish Leadership Council. 

"Je suis tout à fait d'accord. C'est une totate absurdité", a déclaré de son côté le député musulman travailliste Khalid Mahmood.