"The Munro of Novar Madona" (à gauche) and "The Madonna della Rora" (à droite), deux tableaux présentés à l'exposition "Le dernier Raphaël", qui se tient du 12 juin au 16 septembre 2012 à Madrid (Espagne).
"The Munro of Novar Madona" (à gauche) and "The Madonna della Rora" (à droite), deux tableaux présentés à l'exposition "Le dernier Raphaël", qui se tient du 12 juin au 16 septembre 2012 à Madrid (Espagne). (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Le musée espagnol du Prado s'est uni au Louvre parisien pour organiser "Le dernier Raphaël", la première exposition jamais dédiée à la dernière étape du maître italien de la Renaissance. Elle a été présentée à la presse vendredi 8 juin, et sera ouverte au public à Madrid à partir du lundi 12 juin et jusqu'au 16 septembre. Le parcours offrira "un nombre impressionnant d'œuvres" datant des dernières années de vie de l'artiste.

Raphaël "est l'artiste qui incarne le mieux les idéaux de la Renaissance", a affirmé vendredi le directeur du Prado, Miguel Zugaza, lors de la présentation de l'exposition. "C'est l'un des projets d'enquête, de restauration et d'exposition les plus complexes des dernières années", a-t-il souligné.

Les œuvres de Rapahël de 1513 à 1524

L'exposition présente notamment 44 tableaux et 28 dessins venant de 40 collections, dont celles du Louvre et du Prado. On y trouve notamment l'Extase de Sainte Cécile ou le Portrait de Baldassare Castligione, ami du peintre, que l'on pourra admirer pour la première fois en Espagne. 

L'exposition tente ainsi de faire la lumière sur une "période peu comprise du peintre", selon Tom Henry, l'un des commissaires de l'exposition. Ces derniers ont d'ailleurs choisi de couvrir une époque débutant en 1513, "lorsque Raphaël travaillait à Rome depuis cinq ans, décorant les salles monumentales du Vatican aux côtés d'autres importants artistes italiens, comme Michel-Ange", jusqu'en 1524, quatre ans après la mort du maître.