L'ancien garde du corps d'Hitler, Rochus Misch, le 8 août 2007 à Berlin (Allemagne). 
L'ancien garde du corps d'Hitler, Rochus Misch, le 8 août 2007 à Berlin (Allemagne).  (TOBIAS SCHWARZ / REUTERS)

Il était considéré comme le seul témoin encore vivant des derniers jours du dictateur nazi. Rochus Misch, ancien garde du corps d'Adolf Hitler, est mort jeudi à l'âge de 96 ans, a annoncé vendredi 6 septembre Michael Stehle, détenteur des droits d'un livre paru en 2007, J'étais le garde du corps d'Hitler. Rochus Misch s'est éteint à Berlin des suites d'un récent accident cardiaque dont il ne s'était pas remis

"C'était un bon chef", avait-il dit d'Hitler dans un film réalisé en 2005 par l'Israélien Yael Katz Ben Shalom, The Last Witness. "Pour un boss comme lui, il y avait toujours plein de choses à faire", y raconte-t-il avec une pointe de fierté. Originaire de Silésie, aujourd'hui en Pologne, et peintre en bâtiment de formation, Rochus Misch avait rejoint très tôt les SS, âgé de tout juste 20 ans.

Témoin du suicide d'Hitler

 

Interrogé par l'hebdomadaire Der Spiegel en 2004 pour savoir s'il était un nazi convaincu, il avait répondu : "Je n'étais rien du tout, juste un soldat comme des millions d'autres, mais j'étais orphelin et ils recrutaient en faisant miroiter un poste de fonctionnaire, et je me suis dit 'pourquoi ne pas rentrer dans la fonction publique'". C'est ainsi qu'il s'est retrouvé dans la garde personnelle d'Hitler, côtoyant le Führer quasi quotidiennement à compter de 1940.

Il a été, à 27 ans, l'un des derniers à avoir quitté le 2 mai 1945 le bunker du Führer enfoui sous terre, au milieu de Berlin en ruines que finissait de conquérir l'Armée Rouge. A ce titre, il était l'un des seuls à avoir vu la dépouille d'Hitler après son suicide. "Hitler, assis dans un fauteuil, était affaissé à sa table et Eva Braun était allongée à côté de lui. Je l'ai vu de mes propres yeux", avait raconté Rochus Misch à l'AFP dans un entretien en 2005.

Fait prisonnier par les Russes, le garde du corps a ensuite passé huit ans dans des camps au Kazakhstan et en Sibérie avant de retourner à Berlin en 1953 pour reprendre son travail de peintre en bâtiment.