Alors que Londres s'apprête à accueillir les JO, la police britannique redoute de nouvelles émeutes comme celles d'août 2011.
Alors que Londres s'apprête à accueillir les JO, la police britannique redoute de nouvelles émeutes comme celles d'août 2011. (SHAUN CURRY / AFP)

Une étude du quotidien The Guardian (article en anglais) et de la London School of Economics montre que la police britannique redoute une nouvelle flambée de violences urbaines, peut-être dès cet été. Alors que la capitale s'apprête à accueillir les Jeux olympiques, les témoignages de quelque 130 policiers qui ont fait face aux émeutes de l'an dernier soulignent cette crainte.

"Je pense que si on a de mauvaises nouvelles dans le domaine de l'économie, une vague de chaleur et un élément déclencheur (...), alors oui, il pourrait y avoir de nouveaux désordres", explique un haut gradé de la police de Manchester. Et de poursuivre : "Rien n'a changé entre aujourd'hui et août dernier." Mais autant que de nouveaux débordements, les agents appréhendent de ne pas pouvoir faire face aux affrontements s'ils éclatent. Notamment du fait des coupes claires de près de 20% dans le budget alloué au maintien de l'ordre.

En août 2011, des émeutes avaient éclaté dans différentes villes de Grande-Bretagne, impliquant des milliers de jeunes, avec pillages de magasins et incendies de bâtiments. Cinq personnes avaient trouvé la mort et les forces de l'ordre avaient procédé à plus de 1 200 arrestations.