Soixante ans du Traité de Rome : l'Europe s'interroge sur son avenir

Les dirigeants de l'Union européenne affirment que leur projet est toujours bien vivant, mais l'Europe va devoir trouver un nouveau souffle. 

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Un nouveau souffle, c'est tout le défi que cette Europe va devoir relever", explique François Beaudonnet, envoyé spécial à Rome pour France 2. "D'ailleurs, ce samedi 25 mars au matin, la déclaration commune a bien dit : 'L'Europe est notre avenir commun'. On sent quand même évidemment beaucoup de méthode Coué, d'une part parce que l'Europe est en train de se décomposer, non seulement parce qu'il y a le Brexit, mais aussi parce que cette Europe a du mal à gérer un certain nombre de crises, soit parce qu'elle n'y arrive pas, soit parce qu'elle ne veut pas les gérer. D'ailleurs on parle bien souvent maintenant de déconstruction européenne, alors qu'il y a quelques années on parlait de construction européenne."

La montée des partis populistes et europhobes

"Il y a un autre problème" poursuit le journaliste, "c'est que cette Europe elle est bloquée. Elle est bloquée d'abord sur le plan politique : dans quelques semaines ou dans quelques mois, il va y avoir des élections cruciales en France mais aussi en Allemagne, d'ici là, il n'est possible de rien faire. Et puis la deuxième raison, c'est que dans une grande partie de l'Europe, les partis populistes se développent. Ce sont des partis profondément europhobes, et leur objectif, c'est de ne pas donner d'oxygène à l'Europe, mais bien au contraire, de l'asphyxier."

Le JT
Les autres sujets du JT
Signature du Traité de Rome le 25 mars 1957
Signature du Traité de Rome le 25 mars 1957 (ANSA/EPA/MaxPPP)