Royaume-Uni : Tony Blair appelle les opposants au Brexit à la résistance

L'ancien Premier ministre travailliste est sorti de son silence, vendredi. Il a exhorté les Britanniques à se battre pour rester dans l'Union européenne. Les responsables pro-Brexit n'ont pas apprécié.

Tony Blair, ancien Premier ministre travailliste britannique, à Derry (Irlande du Nord, Royaume-Uni) le 9 juin 2016.
Tony Blair, ancien Premier ministre travailliste britannique, à Derry (Irlande du Nord, Royaume-Uni) le 9 juin 2016. (BRIAN LAWLESS / POOL / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour sa première intervention publique depuis le référendum du Brexit, en juin 2016, Tony Blair n'a pas mâché ses mots. A l'occasion d'un discours organisé par le cercle de réflexion Open Britain, vendredi 17 février, l'ancien chef du gouvernement travailliste britannique a réaffirmé son attachement à l'Union européenne. Surtout, il a lancé un appel à la résistance destiné à tous les opposants au Brexit. "Ce n'est pas le moment de la retraite, de l'indifférence et du désespoir, mais le moment de nous dresser pour défendre ce en quoi nous croyons."

"Un jugement sévère des générations futures"

Il leur demande de convaincre les partisans de la sortie de l'Union européenne de changer d'avis. Selon lui, ils seraient allés aux urnes "sans avoir connaissance des véritables termes" du débat. "Je ne sais pas si nous allons y arriver. Mais je sais que nous allons subir un jugement sévère des générations futures si nous n'essayons pas".

Celui qui a été au pouvoir pendant dix ans (de 1997 et 2007) souhaite même "créer un mouvement qui s'étendra au-delà des frontières des partis". Un institut va ainsi voir le jour : il aura pour but de développer une argumentation contre le Brexit. 

Une déclaration "arrogante et antidémocratique"

Les responsables politiques favorables au Brexit n'ont pas apprécié la déclaration de l'ancien Premier ministre. Sur la BBC (en anglais), Iain Ducan, ancien chef de file du Parti conservateur et eurosceptique, a qualifié la sortie de Tony Blair d'"arrogante, antidémocratique, et hors de propos". Mais la réponse la plus cinglante est venue de la bouche de l'actuel ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson. II a appelé avec ironie "le peuple britannique à se lever et à éteindre la télévision quand il verra apparaître Tony Blair dérouler sa campagne condescendante."

Pour l'anecdote, Tony Blair a prononcé son discours dans les bureaux de l'agence Bloomberg, là où l'ancien Premier ministre conservateur David Cameron avait annoncé en janvier 2013 qu'il allait organiser ce référendum pour une sortie de l'Union européenne, à laquelle ont adhéré 52% des votants.