Brexit : l'Union européenne et Londres s'accordent sur le calendrier des négociations

Des groupes de travail, réunissant des experts des deux parties, ont été créés pour traiter des dossiers les plus pressants.

Les drapeaux nationaux flottent près du Big Ben, le 9 juin 2017, à Londres (Royaume-Uni). 
Les drapeaux nationaux flottent près du Big Ben, le 9 juin 2017, à Londres (Royaume-Uni).  (GLYN KIRK / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La première pierre est posée. L'Union européenne et le Royaume-Uni se sont accordés, lundi 19 juin, sur les priorités et le calendrier des négociations sur le Brexit, à l'issue de la première rencontre entre les négociateurs des deux parties à Bruxelles. 

La question prioritaire du "droit des citoyens" - les ressortissants de l'UE installés au Royaume-Uni et les Britanniques résidant sur le territoire de l'Union - sera abordée par Theresa May dès le sommet européen prévu en fin de semaine à Bruxelles, lors d'une "mise au point" de la Première ministre britannique, a précisé le ministre chargé du Brexit, David Davis. "Ensuite, nous publierons [le 26 juin] un document détaillé exposant les grandes lignes de notre offre, qui je crois sera la bonne base pour obtenir un accord", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse avec le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier.

Des sessions organisées une fois par mois

Les négociations s'organiseront en sessions organisées une fois par mois, entre le 17 juillet et le 9 octobre prochains, selon les premières dates choisies. Des groupes de travail, composés d'experts des deux parties, ont été établis pour traiter des dossiers les plus pressants : les droits des citoyens, l'accord financier (ie les "comptes à solder") et d'autres "questions nées de la séparation", a énuméré Michel Barnier.

La question épineuse de la frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord est pour sa part placée directement sous l'autorité de deux proches collaborateurs de Michel Barnier et David Davis. Les priorités seront toutes discutées lors de chaque tour de négociations. Les langues de négociations seront l'anglais et le français.