Brexit : Boris Johnson dresse un parallèle entre l'Union européenne et Hitler

Pour appuyer son argumentaire contre l'UE, l'ancien maire conservateur de Londres n'a pas hésité à effectuer un parallèle surprenant.

L'ancien maire de Londres, Boris Johnson, le 15 avril 2016 à Manchester (Royaume-Uni), lors d'un meeting des partisans de la sortie de l'Union européenne.
L'ancien maire de Londres, Boris Johnson, le 15 avril 2016 à Manchester (Royaume-Uni), lors d'un meeting des partisans de la sortie de l'Union européenne. (OLI SCARFF / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le Troisième Reich et Napoléon au secours du Brexit. L'ancien maire conservateur de Londres Boris Johnson, chef de file des partisans de la sortie de l'Union européenne, a estimé, dimanche 15 mai, que l'UE se comportait comme Adolf Hitler en essayant de créer un super-Etat.

Dans un entretien au journal Sunday Telegraph (en anglais), Boris Johnson a déclaré que l'histoire de l'Europe a été marquée depuis 2000 ans par des tentatives répétées de rassembler le continent sous un seul et unique gouvernement, comme pour imiter l'Empire romain. "Napoléon, Hitler, plusieurs personnes ont essayé de le faire, et cela s'est terminé de manière tragique. L'Union européenne est une autre tentative avec des méthodes différentes", a-t-il affirmé à quelques semaines du référendum sur le maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE.

"Il n'y a pas de véritable loyauté envers l'idée d'Europe"

"Mais fondamentalement ce qui manque c'est l'éternel problème, à savoir qu'il n'y a pas de véritable loyauté envers l'idée d'Europe. (...) Il n'y a pas d'autorité unique qui puisse être respectée ou comprise. C'est la cause de cet immense vide démocratique", a ajouté Boris Johnson, l'un des leaders du parti conservateur du Premier ministre David Cameron, qui milite lui pour le maintien du pays dans l'UE.

Le Royaume-Uni peut "prospérer comme jamais auparavant" en quittant l'UE, estime-t-il. A moins de six semaines du référendum, prévu le 23 juin, les partisans du Brexit et ceux pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne seraient à égalité, à 50% chacun, d'après le site web de l'institut What UK thinks sur la moyenne des six derniers sondages.