Anders Behring Breivik lors des réquisitions à son procès, le 21 juin 2012 à Oslo (Norvège).
Anders Behring Breivik lors des réquisitions à son procès, le 21 juin 2012 à Oslo (Norvège). (ROALD BERIT / AFP)

Elle demande "la peine la plus clémente possible, mais préfère la prison pour son client. La défense d'Anders Behring Breivik, jugé pour la mort de 77 personnes l'an dernier en Norvège, a rejeté l'éventualité d'un internement psychiatrique demandé par le parquet la veille. Au dernier jour de son procès à Oslo, vendredi 22 juin, l'accusé a réclamé son acquittement pur et simple, disant avoir agi pour protéger son pays.

A l'issue d'une plaidoirie de deux heures et demie, onze mois jour pour jour après le carnage du 22 juillet 2011, l'avocat de Breivik, Geir Lippestad, a préconisé que son client soit déclaré sain d'esprit et responsable de ses actes.

Le militant islamophobe de 33 ans a reconnu avoir tué huit personnes dans un attentat à la voiture piégée à Oslo, puis 69 jeunes gens réunis dans un camp d'été des jeunesses travaillistes, sur l'île d'Utoya.

Le verdict rendu d'ici au 24 août

Jeudi, le parquet avait estimé que Breivik devait être déclaré pénalement irresponsable et interné dans un service psychiatrique. "Selon nous, c'est pire d'envoyer un psychotique dans un centre de détention préventive que d'envoyer une personne non psychotique dans un centre de soins obligatoires", a déclaré le procureur Svein Holden.

Et d'ajouter : "Nous ne sommes pas convaincus qu'Anders Behring Breivik est pénalement irresponsable, mais nous avons des doutes. Donc, nous demandons qu'il soit contraint de suivre des soins psychiatriques." Un réquisitoire conclu par un salut d'extrême droite de Breivik. Le jugement a été mis en délibéré. Le verdict doit être rendu d'ici au 24 août.