Le dioxyde de soufre (SO2) est utilisé comme conservateur pour certains fruits secs et comme antimicrobien et antioxydant en vinification.
Le dioxyde de soufre (SO2) est utilisé comme conservateur pour certains fruits secs et comme antimicrobien et antioxydant en vinification. (ALBERTO BOGO / E+ / GETTY IMAGES)

En cette période de fêtes, cette découverte a de quoi ravir les amateurs de bonnes bouteilles. Un programme de recherche financé par la Commission européenne a indiqué, vendredi 21 décembre, que des scientifiques européens vont sûrement rendre le vin plus sain, et qu'il pourrait ne plus vous faire mal à la tête.

"Ils sont en passe de trouver une alternative à l'adjonction de dioxyde de soufre au vin rouge et à d'autres aliments", écrit le communiqué. Le dioxyde de soufre (SO2) ne vous dit peut-être rien mais son appellation sur les emballages alimentaires vous est sans doute plus familière: E220. "Il est utilisé comme conservateur pour certains fruits secs et comme antimicrobien et antioxydant en vinification", détaille la Commission. "Si le dioxyde de soufre, ingéré en petite quantité, est toléré par la plupart des gens, il peut quand même causer, chez certains sujets, des réactions allergiques ou d'autres effets indésirables, tels que des maux de tête", explique le texte.

Mais revenons au principal : quelles conséquences sur le goût ? Du vin avec le nouvel additif a été testé au Royaume-Uni, en Espagne et en Allemagne. Et "il a été jugé aussi bon que les bouteilles de référence contenant du soufre", se félicite la Commission. D'autres tests sont prévus en janvier. S'ils sont concluants, les procédures pour autoriser le nouvel additif seront lancées.