L'Europe sommée de "se reprendre" contre la menace terroriste

Alors que la traque européenne de Salah Abdeslam se poursuit, les ministres de l'UE concernés par le dossier du terrorisme ont rendez-vous à Bruxelles ce vendredi. Une réunion d'urgence qui s'ouvre par la colère de Paris, qui somme l'Europe de "renforcer la réponse". Des questions se posent autour du cerveau présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud, qui a pu circuler dans plusieurs pays.

(L'Europe se retrouve en position d'accusée alors qu'Abdelhamid Abaaoud a circulé librement à travers plusieurs pays, sans être repéré. © Maxppp)
avatar
Radio France

Mis à jour le
publié le

Le 12 novembre, trois voitures noires arrivent à Paris en provenance de Bruxelles, probablement remplies d'armes et d'explosifs. A leurs bords, les terroristes qui allaient tuer 129 personnes le lendemain, dont Abdelhamid Abaaoud, dijihadiste bien connu des services de renseignement, déjà mis en cause pour avoir planifié des attentats en Belgique.

"Il y a des failles dans l'ensemble du système européen "

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a déploré que la France n'ait reçu aucune information européenne concernant l'arrivée d'Abaaoud en Europe. "Il est urgent que l'Europe se reprenne face au terrorisme ", a-t-il dit à la presse. "Si Abaaoud a pu circuler depuis la Syrie jusqu'en France, c'est qu'il y a des failles dans l'ensemble du système européen ", a également déclaré le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, sur France Info.

"Je n'accepte pas les critiques visant à dénigrer nos services de sécurité "

Le Premier ministre belge, Charles Michel, a rejeté jeudi les critiques selon lesquelles le pays serait une passoire. "Je n'accepte pas les critiques visant à dénigrer nos services de sécurité qui font un travail difficile et tenace ", a-t-il dit devant les députés belges, affirmant qu'à Saint-Denis, "un attentat a été empêché notamment par des informations fournies par des équipes belges ".

Abaaoud en Europe

Abdelhamid Abaaoud, qui est le plus connu des 350 ressortissants belges partis en Syrie pour mener le djihad dans les rangs de l'Etat islamique (EI), se vantait au début de l'année de la facilité avec laquelle il pouvait se rendre de Syrie en Europe pour y préparer des attentats. Il racontait en février sur internet, dans le magazine en langue anglaise de l'EI, comment il s'était rendu le mois précédent en Belgique pour préparer des attaques avec deux autres djihadistes tués lors d'un raid de la police belge en janvier à Verviers, dans l'est du pays. Il était fier d'avoir pu regagner l'Europe sans problème alors que son visage était largement diffusé dans la presse.

Contact avec Mehdi Nemmouche

Les services français et belges pensent qu'Abaaoud est impliqué dans quatre attentats ou tentatives évités. Il était ainsi en contact avec Mehdi Nemmouche, le Français qui a tué quatre personnes au Musée juif de Bruxelles en mai 2014. "La géocalisation du portable d'Abaaoud en Grèce, des téléphones trouvés ces derniers jours et des écoutes téléphoniques visant son entourage laissaient fortement entendre qu'il était dans la région parisienne ", dit Roland Jacquard, président de l'Observatoire international du terrorisme.

"A partir du moment où il est en Europe, il peut se déplacer sans aucune difficulté "

Les services intérieurs français sont également mis en cause pour avoir laissé Abaaoud passer sous le radar "à partir du moment où il est en Europe, il peut se déplacer sans aucune difficulté. Il suffit qu'il se 'désilhouette', qu'il rase sa barbe, qu'il s'habille différemment ", justifie Louis Caprioli, ancien de l'antiterroriste à la DST. Pour lui, ce sont les services extérieurs français qui ont failli en ne transmettant aucune information sur le déplacement de terroristes.

Dans un tel contexte, la réunion d'urgence des ministres européens concernés par le terrorisme de ce vendredi pourrait être animée. D'autant que les Etats-Unis, à leur tour, demandent des comptes.

A LIRE AUSSI : 

►►► Louis, rescapé du Bataclan : une semaine à y penser "presque chaque seconde"

►►► Témoignage : Tony, policier de la Bac, présent au Bataclan

►►► Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats