"Fortes probabilités" d'une attaque russe en Baltique (Rasmussen)

C'est l'ex-secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen qui tire la sonnette d'alarme dans une interview publiée ce vendredi dans The Daily Telegraph. Selon lui, Vladimir Pourrait voudrait ainsi tester la solidarité de l'Occident.

(L'ex-secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen © REUTERS | Yves Herman)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

"Il faut voir au-delà de l'Ukraine. Poutine veut redonner à la Russie sa position de grande puissance. Il y a de fortes probabilités qu'il intervienne en Baltique pour tester l'article 5 de l'Otan" assure l'ancien secrétaire de l'Otan dans cette interview. Il rappelle que l'article 5 du traité de l'Atlantique-Nord stipule qu'une attaque armée contre l'un des pays membres "sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties". Et qu'en conséquence, celles-ci assisteront "la partie ou les parties ainsi attaquées", y compris par la force s'il le faut. L'Estonie, la Lettonie et la Lituanie appartiennent à l'Otan depuis 2004.

 Vladimir Poutine pourrait donc selon lui vouloir tester la résistance de l'Occident. Une déclaration qui corrobore l'inquiétude des pays baltes depuis le début de la crise ukrainienne. Une déclaration publiée alors que François Hollande et Angela Merkel sont attendus à Moscou pour tenter de convaincre le président russe d'accepter un nouveau plan de paix en Ukraine.