Disparition du vol MS804 d'EgyptAir : que sait-on des victimes françaises ?

Le directeur d'une usine située dans la zone industrielle d'Amiens Nord se trouve notamment parmi les victimes.

Des proches des passagers du vol MS804 d\'EgyptAir, jeudi 19 mai 2016 au Caire.
Des proches des passagers du vol MS804 d'EgyptAir, jeudi 19 mai 2016 au Caire. (KHALED DESOUKI / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un avion de la compagnie EgyptAir reliant Paris au Caire s'est probablement abîmé en mer Méditerranée, jeudi 19 mai, après avoir disparu des radars. En plus des sept membres d'équipage et de trois officiers de sécurité, 30 Egyptiens, 15 Français, deux Irakiens, un Britannique, un Canadien, un Belge, un Portugais, un Algérien, un Soudanais, un Tchadien, un Saoudien et un Koweïtien se trouvaient à bord.

>> Suivez les dernières informations sur la disparition du MS804

Francetv info récapitule les premières informations concernant les victimes.

Un directeur d'usine à Amiens

Le premier passager à avoir été identifié est Ahmed Helal, rapporte France 3 Picardie. Agé de 40 ans et d'origine égyptienne, il dirigeait l'usine Procter & Gamble située dans la zone industrielle d'Amiens-Nord (Somme) depuis juin 2014, selon son profil du réseau social professionnel LinkedIn. Il avait à ce titre reçu le ministre de l'Economie Emmanuel Macron en avril, lors d'une visite sur son site de production de lessives et de produits d'entretien.

Ahmed Helal, directeur du site Procter & Gamble d\'Amiens (Somme), le 6 avril 2016 lors d\'une visite d\'Emmanuel Macron.
Ahmed Helal, directeur du site Procter & Gamble d'Amiens (Somme), le 6 avril 2016 lors d'une visite d'Emmanuel Macron. (FRANCE 3 PICARDIE)

Très apprécié des salariés de l'usine, Ahmed Helal se rendait au Caire pour rendre visite à sa famille. La nouvelle a été annoncée aux salariés du site, qui ont décidé de cesser le travail. Sur Twitter, le député du parti Les Républicains et président d'Amiens métropole Alain Gest a rendu hommage à un "manager très attachant".

Un couple d'Angevins et ses deux enfants

Selon la compagnie aérienne EgyptAir, deux bébés et un petit garçon se trouvaient également à bord de l'appareil. Deux de ces enfants seraient ceux d'un couple originaire d'Angers (Maine-et-Loire), affirme le Courrier de l'Ouest. Selon les informations du quotidien régional, deux quadragénaires accompagnés de leurs enfants âgés de 4 mois et 3 ans faisaient partie des passagers. Il s'agirait d'une famille de commerçants résidant dans le quartier de la Roseraie, dans le sud de la préfecture du département.

Un homme de Nogent-sur-Marne et son fils

Pierre Heslouin, trésorier d'une association de parrainage de demandeurs d'emploi à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne), se trouvait également à bord du vol MS804, indique Le Parisien. Père de cinq enfants, ce conseiller en affaires voyageait avec l'un de ses fils, Quentin. Une membre de l'association, Christiane Thibault, salue une "personnalité hors du commun, si franche, si joyeuse".

Un photographe d'Evreux

Selon l'hebdomadaire Eure Infos, Pascal Hess, photographe indépendant originaire d'Evreux (Eure), faisait partie des passagers. Passionné de rock et de volley-ball, ce quadragénaire devait rejoindre un ami au Caire. France 3 Normandie a rendu visite à ses voisins, qui gardent l'image d'un riverain "assez solitaire", mais qui se disent émus.


Selon Le Parisien, il a bien failli manquer cet avion. Son passeport, égaré depuis quelques jours, avait été retrouvé l'avant-veille du départ par un voisin dans la rue. "C'est étrange, mais il ne le sentait pas, ce voyage, comme s'il avait un pressentiment", confie l'un de ses amis au journal.

Un chef d'entreprise du Val-d'Oise

Karim Swellam, 32 ans, se rendait avec sa compagne à un mariage en Egypte, rapporte Le Parisien. Décrit par ses proches comme un homme "sportif, sensible, charismatique et généreux", cet habitant de Cergy (Val-d'Oise) avait  créé en 2014 l'entreprise Hydraulec, spécialisée dans les équipements thermiques et la climatisation, à Argenteuil.

Pendant six ans, de 2009 à 2015, il a été sapeur-pompier volontaire à Argenteuil. "C’était quelqu’un de très jovial. Il entraînait toujours ses collègues. Karim était fidèle à ses collaborateurs et très charismatique", explique au journal le commandant Sylvain Chateau, chef du centre de secours de la ville.