Le conducteur principal du train à grande vitesse qui a déraillé près de Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne) mercredi a été placé en garde à vue "pour imprudence", vendredi 26 juillet, par la police espagnole, qui précise qu'il a refusé de répondre aux enquêteurs. Ceux-ci cherchent à savoir si l'hypothèse généralement avancée – une vitesse excessive – est bien à l'origine de la catastrophe qui a fait 78 morts.

Francisco José Garzón, 52 ans, a été hospitalisé après l'accident, mais l'on ignore la gravité de ses blessures. Il a été placé en détention et interrogé à l'hôpital de la ville. Francetv info revient sur ce que l'on sait de lui.

 Il avait prévenu la Renfe avant le drame

Il est quasiment établi que le train à grande vitesse roulait à 190 km/h sur un tronçon délicat, en plein virage, limité à 80 km/h. Selon le journal ABC (en espagnol), l'un des deux conducteurs aurait lancé dans la radio de transmission entre le train et la station, alors qu'il abordait la dangereuse courbe où s'est produit l'accident : "Je roule à 190 km/h et je vais dérailler." Plusieurs médias espagnols attribuent cette phrase à Francisco José Garzón. Ainsi que celles qui suivent. 

Coincé dans la cabine avec son collègue après le déraillement, le conducteur, toujours en liaison avec la station, aurait crié : "On est humains, on est humains ! J'espère qu'il n'y a pas de morts, sinon je les aurai sur la conscience", rapporte El Pais (en espagnol). "J'ai merdé, je veux mourir", aurait-il ajouté. Ce message radio a été enregistré par la compagnie ferroviaire espagnole Renfe.   

Selon la chaîne RTVE, les deux conducteurs sont ensuite parvenus à s'extraire de la cabine et ont participé aux opérations de secours. Francisco José Garzón, identifié par El Pais comme un des blessés errant sur le quai (photo d'illustration), aurait répété, selon El Mundo : "J'ai déraillé, qu'est-ce que je peux y faire? Qu'est-ce que je peux faire ?"

Expérimenté, mais adepte de vitesse ? 

Francisco José Garzón travaille depuis trente ans à la Renfe. Fils de cheminot, raconte La Voz de Galiciail a monté les échelons petit à petit pour devenir coconducteur en 2000 puis conducteur principal en 2003. Selon la compagnie ferroviaire, il opérait sur la ligne Madrid-Ferrol, qui desservait Saint-Jacques-de-Compostelle, depuis un an. 

Etait-il adepte de la vitesse ? De nombreux journaux espagnols ont publié des extraits d'une page Facebook à son nom (supprimée jeudi matin), sur laquelle il se vante de conduire des trains à une vitesse élevée. Il avait posté en mars 2012 la photo d'un compteur dont l'aiguille indiquait 200 km/h.

Cette photo d'un compteur de train affichant 200 km/h figurait sur un compte Facebook au nom de Francisco Jose Garzon. 
Cette photo d'un compteur de train affichant 200 km/h figurait sur un compte Facebook au nom de Francisco Jose Garzon.  (REX / SIPA)

"Je suis à la limite, je ne peux pas aller plus vite, sinon j’ai une amende", avait-il commenté, avant de plaisanter : "Quel pied ce serait de faire la course avec la Guardia Civil", la police espagnole. Comme le relève L'Express, une page Facebok au nom de Francisco José Garzón, avec les mêmes photos, a été recréée par des internautes jeudi.

Cette photo figurait également sur le compte Facebook au nom de Francisco Jose Garzon.
Cette photo figurait également sur le compte Facebook au nom de Francisco Jose Garzon. (SIPA )

Soutenus par ses collègues et son village

Les représentants des syndicats de cheminots jugent prématuré d'accuser le conducteur. "L'erreur humaine est toujours une possibilité (…) mais il est très difficile de savoir ce qui a pu se produire", estime Miguel Angel Cillero, responsable des transports au syndicat UGT, auquel Francisco José Garzón est affilié. Comme le rapporte L'Express, citant La Voz de Galicia, l'homme a encore le soutien de ses collègues : "C'est un homme bien, un mec classe", dit l'un d'entre eux. "Vous ne trouverez personne qui parlera mal de lui", ajoute un autre. 

L'homme de 52 ans, cheminot depuis plus de trente ans et fils de cheminot, est originaire de Monforte de Lemos, un village de Galice à une centaine de kilomètres du lieu du drame. Et dans son village, les habitants le défendent.

(France 2)

Selon la Renfe, le train "n'a eu aucun problème opérationnel" et avait passé une révision technique le matin même. Par ailleurs, les tests d’alcoolémie pratiqués dans le cadre de l’enquête se sont révélés négatifs.

A l'endroit de l'accident, un système de sécurité aurait dû en théorie prévenir les pilotes de la vitesse excessive. Soit ces derniers ont ignoré les avertissements, soit le système n’a pas fonctionné. 

Une caméra de surveillance a filmé le déraillement

Déraillement du train à Saint-Jacques-de-Compostelle, mercredi 24 juillet 2013.
Déraillement du train à Saint-Jacques-de-Compostelle, mercredi 24 juillet 2013. (FRANCETV INFO)