Ce que l'on sait de la collision mortelle entre deux trains en Allemagne

Au moins neuf personnes sont mortes et une centaine ont été blessées, mardi, lors du choc frontal entre deux trains régionaux en Bavière. 

Des employés ferroviaires interviennent sur le site du choc entre deux trains, le 9 février 2016, à Bad Aibling (Allemagne).
Des employés ferroviaires interviennent sur le site du choc entre deux trains, le 9 février 2016, à Bad Aibling (Allemagne). (SVEN HOPPE / DPA / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

C'est l'un des accidents les plus graves de l'histoire ferroviaire allemande. Un choc frontal entre deux trains régionaux, mardi 9 février, dans le sud de l'Allemagne, a fait au moins neuf morts et une centaine de blessés. Deux autres personnes sont portées disparues.

Que s'est-il passé ?

Deux trains régionaux de la compagnie Meridian se sont percutés, à 6h48, dans un virage, dans un bois, près de la ville thermale de Bad Aibling (Bavière), entre Rosenheim et Holzkirche. Les deux convois roulaient sur une voie unique, d'où le choc frontal. Un des deux trains a déraillé sous l'effet du choc. Selon le gouvernement, les trains "ont dû se percuter à une vitesse élevée", peut-être 100 km/h.

Quel est le bilan humain ?

La police bavaroise a comptabilisé neuf morts, dix-huit blessés graves, quatre-vingt-dix blessés légers et deux disparus. La nationalité ou l'identité des victimes n'a pas encore été communiquée.

Le site de la collision, proche d'une petite rivière, étant difficile d'accès à pied, les hélicoptères ont fait des allers-retours toute la matinée pour hélitreuiller les blessés. Les sauveteurs ont dû découper l'avant des deux trains à la scie à métaux pour accéder à l'intérieur et voir si d'autres victimes s'y trouvaient.

A quoi est dû l'accident ?

Une enquête est en cours pour déterminer ce qui a pu provoquer la collision. Les pistes du "problème technique ou (d'une erreur) humaine" sont à l'étude, a indiqué le ministre des Transports. Deux des trois boîtes noires des trains ont été retrouvées sur les lieux, ce qui devrait permettre leur analyse rapide. Le PDG du groupe français Transdev, dont Meridian est une filiale, s'est rendu sur les lieux de l'accident.

"Un système électronique existe sur ce tronçon pour éviter les collisions", a assuré le gouvernement allemand. Baptisé PZB 90, ce système "doit automatiquement assurer que des trains ne se percutent pas en les forçant au freinage".

La compagnie ferroviaire publique allemande, Deutsche Bahn, a indiqué que la ligne dans le secteur de la collision était conçue pour que les trains puissent rouler jusqu'à 120 km/h. La ligne est exploitée par Deutsche Bahn.