Budget de la justice : la France toujours à la traîne en Europe

Selon la dernière étude de la Commission du Conseil de l'Europe pour l'efficacité de la justice, la France ne dépense que 0,20% de son PIB par habitant pour son système judiciaire. Elle se classe 34e sur 40.

(Eric Gaillard Reuters)
Radio France

Mis à jour le
publié le

La tendance est lourde, constatée depuis que cet état des lieux biennal existe, dressé par la Cepej (Commission du Conseil de l'Europe pour l'efficacité de la justice). À niveau de richesse équivalent, la France investit moins dans sa justice que la majorité de ses voisins. Certes, de 2008 à 2010, le budget de la justice a augmenté de 6,6% par an. Certes, son classement est moins préoccupant qu'en 2008, quand elle pointait avant-dernière. Il reste que sur 40 pays étudiés, la France est bonne 34e, selon cette étude, pour ne consacrer à son système judiciaire "que" 0,20% de PIB par habitant, soit 60,5 euros par an. En valeur absolue, c'est plus que la moyenne européenne (57,4 €), mais rapportée à sa richesse nationale et à sa population, c'est autant que l'Azerbaïdjan. Et dans le détail, sur le terrain, ça s'en ressent.

Moins de tribunaux que la moyenne La France fait partie du peloton de queue en matière de tribunaux. Comme l'Arménie, la république Tchèque, le Danemark, la Géorgie, Malte et les Pays-Bas, elle dispose de moins d'un tribunal pour 100.000 habitants. Par comparaison, le champion européen en la matière, la Suisse, en compte plus de cinq tribunaux.

Moins de magistrats et avocats... mais plus de notaires La France délivre sa justice avec 5.855 juges professionnels qui siègent en juridiction. Ca représente 10,7 juges pour 100.000 habitants, quand la moyenne européenne est à 21,3. Le ratio est presque le même chez les avocats. Avec 79,6 pour 100.000 habitants, la France est loin des 127,1 de la moyenne. En revanche, la France se singularise par sa quantité de notaires. Deux fois plus qu'en Europe (14,1 pour 100.000 habitants contre 7,3).

Précision : les chiffres de la Cepej ne concernent pas le système pénitentiaire. 

 

Oeuvres liées

{% document %}