DIRECT. Attentats de Bruxelles : la Belgique baisse son niveau d'alerte au niveau 3

Le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, l'a annoncé jeudi soir sur RTL.

Le ministre de la Justice Koen Geens, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le procureur fédéral Frederic Van Leeuw, le Premier ministre Charles Michel et le ministre de l\'Intérieur Jan Jambon, le 22 mars 2016.
Le ministre de la Justice Koen Geens, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders, le procureur fédéral Frederic Van Leeuw, le Premier ministre Charles Michel et le ministre de l'Intérieur Jan Jambon, le 22 mars 2016. (NICOLAS MAETERLINCK / BELGA MAG / AFPcureur)
logo
Kocila MakdecheVincent DanielLouis BoyFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

La tension retombe d'un cran après les attentats de Bruxelles. La Belgique a abaissé son niveau d'alerte au niveau 3 sur une échelle de 4, a annoncé jeudi 24 mars le ministre de l'Intérieur Jan Jambon sur RTL. L'organisme qui s'occupe de l'évaluation de la menace et définit le niveau d'alerte antiterroriste en Belgique, l'Ocam, "a proposé et décidé de baisser le niveau à trois", a-t-il affirmé.

Deux ministres ont présenté leur démission. Sous pression après avoir admis des "erreurs" dans la lutte antiterroriste, les ministres de l'Intérieur et de la Justice, Jan Jambon et Koen Geens ont voulu démissionner. Le Premier ministre, Charles Michel, a refusé.

Un deuxième suspect recherché. Il s'agit d'un complice avec le kamikaze du métro. Il a été filmé, portant un gros sac, par les caméras de vidéosurveillance du métro bruxellois en compagnie de Khalid El Bakraoui, peu avant que ce dernier ne se fasse exploser dans la station de Maelbeek. 

Appel à témoins pour retrouver l'homme au chapeau. Sur les images de vidéosurveillance à l'aéroport de Bruxelles, il porte un chapeau et des lunettes et pousse un chariot de bagage aux côtés d'Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui, deux des trois kamikazes identifiés. Il a laissé son sac, rempli de la plus grosse charge explosive, avant de quitte les lieux. Un appel à témoins a été lancé pour le retrouver. 

Salah Abdeslam veut "partir en France". Selon son avocat Sven Mary, Salah Abdeslam a fait part de son souhait de "partir en France le plus vite possible", trois jours après les attentats de Bruxelles. Le jihadiste avait dans un premier temps refusé son extradition. 

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#BRUXELLES

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #BRUXELLES

23h52 : Le porte-parole du parquet fédéral belge fait une précision étonnante : trois des personnes interpellées l'ont été "devant notre porte, au parquet fédéral", en plein centre de Bruxelles.

07h24 : Un appartement de la commune de Schaerbeek aurait servi de planque à Salah Abdeslam après les attentats de Paris. Des perquisitions y avaient déjà eu lieu mardi, après les attentats.

23h45 : Selon le journal Le Soir, qui cite une télévision flamande, les perquisitions ont eu lieu à Schaerbeek et Jette, deux communes de Bruxelles.

23h40 : Six personnes ont été interpellés à Bruxelles, en lien avec les attentats de mardi, annonce le parquet fédéral belge.

23h26 : "C'est bizarre mais je vous jure qu'il n'y a eu aucun contact" avec la police depuis les attentas de mardi, assure Mourad Laachraoui. En revanche, "il y a eu une perquisition chez nous après les attentats de novembre. On nous a dit qu'il y avait peut-être un lien". Najim Laachraoui est soupçonné d'avoir été un artificier et un des coordinateurs des attentats de Paris.

07h26 : "J'ai été touché et accablé, je ne voulais pas croire que c'était lui, mais bon, on ne choisit pas sa famille."

Deux jours après que son frère Najim se soit fait sauter à l'aéroport de Bruxelles, Mourad Laachraoui a tenu une conférence de presse. Champion de taekwondo, il explique avoir rompu tout contact avec son frère après le départ de ce dernier en Syrie, en 2013, qu'il assure avoir signalé aux autorités.



(EMMANUEL DUNAND / AFP)

23h17 : Revenons sur les articles qu'il ne fallait pas manquer sur francetv info aujourd'hui :

• Si vous êtes perdus dans la nébuleuse des jihadistes impliqués dans les attentats de Paris et Bruxelles, nous avons préparé une infographie qui va vous permettre de tout comprendre.

•Alors que le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté en février, nous analysons en cartes quinze ans d'évolution du marché du travail.

•Le procès du meurtre de la policière Aurélie Fouquet se poursuit. Ses proches étaient à la barre et nous vous racontons leurs témoignages.

21h26 : Depuis les attentats du 22 mars, le PNR est au coeur du débat politique. Ce programme de fichage des passagers d'avion est bloqué au niveau européen, mais un PNR français a été voté depuis 3 ans. Mais le système tarde à se mettre en place, explique l'Oeil du 20 heures.


20h12 : Faisons le point sur les principales informations de ce jeudi :

Le nombre de demandeurs d'emploi a nettement augmenté, de +1,1%, en février. Une mauvaise nouvelle pour le gouvernement après la baisse du mois de janvier.

43 000 manifestants, en grande partie des lycées et étudiants, ont défilé contre le projet de loi Travail, présenté en Conseil des ministres. Les manifestations ont dégénéré en affrontements avec la police dans plusieurs villes. En région parisienne, vingt personnes ont été interpellées.


La Belgique baisse d'un cran son niveau d'alerte, au niveau 3. Des ministres belges ont reconnu des failles dans le suivi d'un des kamikaze, Ibrahim El Bakraoui. La Turquie a dit l'avoir expulsé deux fois vers l'Europe, mais les Pays-Bas assurent qu'il n'a été expulsé qu'une seule fois.

• Salah Abdeslam a fait part de "son souhait de partir en France le plus vite possible", indique son avocat. Le suspect affirme aussi qu'il n'était pas au courant" des attentats qui ont eu lieu à Bruxelles.

19h58 : "Tout à coup, il y a eu cet énorme bruit, on aurait dit la fin du monde." Nouveau témoignage poignant d'une rescapée des attentats de Bruxelles : Fanny, 20 ans, a échappé aux explosions de l'aéroport mais a été gravement brûlée.



(APTN)

19h37 : En Belgique, le niveau 3 d'alerte correspond à un risque "grave", quand la menace est jugée "possible et vraisemblable", explique Le Monde.

19h34 : La menace était fixée au niveau 4, le plus important, depuis les attentats, pour la seconde fois de l'histoire de la Belgique, après novembre 2015.

19h32 : La Belgique baisse son niveau d'alerte au niveau 3, annonce le ministre de l'Intérieur Jan Jambon.

19h10 : Hier, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait évoqué un kamikaze expulsé une fois par la Turquie, mais un responsable du gouvernement turc a précisé qu'il avait en réalité été expulsé à deux reprises.

19h08 : Le ministre néerlandais de la Justice a expliqué que le kamikaze du 22 mars n'était pas connu comme une personne recherchée .

19h01 : Le gouvernement néerlandais confirme qu'Ibrahim El Bakraoui a bien été expulsé vers les Pays-Bas, mais une seule fois et non deux comme l'affirme la Turquie.

18h36 : "Ca y est, je suis dans les attentats du métro que l'on attend depuis novembre" : c'est ce qu'a très vite compris Sandrine, blessée dans l'attentat de mardi. Elle témoigne dans ce sujet de France 2.


18h01 : Voici l'essentiel de l'actu de ce jeudi après-midi :

Deux jours après les attentats de Bruxelles, la police traque toujours deux suspects dans les attentats de Bruxelles, dont trois des auteurs sont liés aux attaques de Paris. Les défaillances de la sécurité en Belgique et plus globalement de la lutte antiterroriste en Europe sont de plus en plus mises en lumière.

• Salah Abdeslam a fait part de "son souhait de partir en France le plus vite possible", indique son avocat. Le suspect affirme aussi qu'il n'était pas au courant" des attentats qui ont eu lieu à Bruxelles.

Les manifestations contre le projet de loi travail, présenté en Conseil des ministres, ont rassemblé plusieurs milliers de jeunes et salariés en France. Elles ont dégénéré à Nantes et à Paris, où plus de vingt personnes ont été interpellées, après des affrontements avec les forces de l'ordre.


Johan Cruyff, incarnation du football total du grand Ajax Amsterdam des années 1970, un des plus grands joueurs de tous les temps, est mort des suites d'un cancer des poumons à 68 ans.

17h12 : A Bruxelles, la place de la Bourse continue de recevoir les hommages des Belges après les attentats de mardi.





(PHILIPPE HUGUEN / AFP)

16h52 : L'aéroport de Bruxelles restera fermé jusqu'à dimanche inclus, annonce la société qui le gère.

16h02 : Les cris de détresse et de douleur, les sirènes et les images apocalyptiques resteront à jamais gravés en nous.





16h01 : "Les cris de détresse et de douleur, les sirènes et les images apocalyptiques resteront à jamais gravés en nous", écrit le Premier ministre belge, sur Twitter, en publiant des photos de la cérémonie d'hommage aux victimes des attentats de Bruxelles.

15h35 : Dans le Var, un publicitaire réclame "la mort pour les terroristes" sur un panneau géant. "Ces attaques m'ont choqué, et je ne peux pas me résoudre à leur banalisation", se justifie-t-il à francetv info.

15h30 : L'émotion du roi et de la reine de Belgique pendant l'hommage qui a été rendu aux victimes des attentats de Bruxelles.



(FRANCOIS LENOIR / REUTERS)

15h00 : Après les révélations sur des ratés dans la surveillance d'un des kamikazes des attentats de Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui, deux ministres belges ont présenté leur démission :

• Il s'agit des ministres de l'Intérieur et de la Justice belges. Leurs démissions ont été immédiatement refusées par le Premier ministre Charles Michel.


"Je confirme que j'ai présenté ma démission", déclare le ministre de l'Intérieur Jan Jambon au Soir. "Monsieur Geens [le ministre de la Justice] également."


• "Il y a eu deux sortes d'erreur. Au niveau de la Justice et au niveau de l'officier de liaison en Turquie, ce qui implique donc les départements de l'Intérieur et de la Justice. Mais maintenant, nous continuons notre travail", déclare le ministre de l'Intérieur, alors que les autorités turques expliquent avoir prévenu Bruxelles du renvoi de Ibrahim El Bakraoui, sans réaction apparente des autorités belges.

14h45 : For the 2nd time in 2 days, mourners observe a minute of silence in memory of #BrusselsAttacks victims #cbc



14h44 : A minute of silence at the Bourse. #BrusselsAttacks

14h44 : Un nouvelle minute de silence a a été respectée en Belgique en hommage aux victimes des attentats de Bruxelles.

14h37 : Hommage national aux victimes des attentats de Bruxelles

14h36 : "Nous ne céderons pas à la haine, nous resterons unis."

Le Premier ministre belge s'exprimait lors d'un hommage national aux victimes des attentats de mardi devant un parterre inédit, composé des souverains belges ainsi que des représentants des gouvernements et parlements de la Belgique fédérale.

14h24 : Le kamikaze du métro de Bruxelles avait loué sous un faux nom une planque belge pour les commandos du 13 novembre à Paris, confirme le parquet fédéral belge.

14h19 : "Les cris de détresse, de douleur, les hurlements de sirène, les images apocalyptiques, resteront gravées à tout jamais à en chacun de nous, comme à Paris, Bamako, Ankara."

14h15 : Le Premier ministre belge promet de faire "toute la lumière" sur les attentats de Bruxelles, alors que deux ministres de son gouvernement ont proposé leur démission en raison d'"erreurs" dans le suivi d'un auteur des attentats, Ibrahim El Bakraoui.

14h12 : "C'est la liberté au quotidien qui a été massacrée", déclare le Premier ministre belge Charles Michel, dans un discours prononcé place de la Nation, à Bruxelles, devant les souverains belges et l'ensemble des représentants des gouvernements et parlements de la Belgique fédérale.

14h20 : C'est une image rare, symbole d'unité pour un pays souvent tiraillé entre Flamands et francophones.

Le roi des Belges Philippe et la reine Mathilde, ainsi que les représentants des gouvernements et parlements de la Belgique fédérale rendent actuellement hommage aux victimes des attentats de mardi à Bruxelles.



(KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

14h05 : Images spectaculaires : un médecin de l'hôpital de Louvain montre au roi et à la reine de Belgique les fragments de bombes qui ont été retirés des corps des victimes des attentats de mardi.





((LAURIE DIEFFEMBACQ / BELGA / AFP / FRANCOIS LENOIR / REUTERS)

13h30 : Le cabinet Jambon a confirmé à l'agence Belga que le ministre de l'Intérieur a proposé de démissionner

13h38 : Après les dernières déclarations des autorités turques qui affirment avoir expulsé Ibrahim El Bakraoui de Turquie à deux reprises l'an dernier, le ministre de l'Intérieur belge, Jan Jambon, a proposé sa démission qui a été refusée par le Premier ministre, rapportent les médias belges.

13h20 : Selon la RTBF, onze personnes qui travaillent à la centrale nucléaire de Tihange (Belgique) ont été privées d'accès à la centrale.

"Une décision qui fait clairement suite aux événements des derniers jours. Après la fusillade de Forest, sept personnes ont été privées de leur autorisation d'accès", écrit la RTBF.


13h20 : Et la photo d'identité judiciaire d'Ibrahim El Bakraoui, prise par les autorités turques lors d'une arrestation, est également diffusée.

13h21 : Un autre responsable gouvernemental turc explique à Reuters que la première expulsion d'Ibrahim El Bakraoui a été motivée par les soupçons de la police turque, qui le suspectait d'être un combattant étranger. Ibrahim El Bakraoui n'a commis aucun délit en Turquie et son expulsion était "administrative", ajoute-t-il.

13h21 : Selon un responsable gouvernemental turc cité par Reuters, Ibrahim
El Bakraoui, identifié par les autorités belges comme l'un des deux kamikazes qui se sont fait exploser mardi à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem, a été expulsé de Turquie à deux reprises l'an dernier, en juillet puis en août.

12h24 : Et Dany Boon écrit sur Facebook : "Toutes mes pensées vont aux victimes, à leurs proches, à cette Belgique que j'aime tant, à ce pays si accueillant où j'ai fait mes études et où j'ai vécu 7 ans.
Les Belges ont inventé la gentillesse.
La Belgique est petite par sa taille mais grande par son humanité et son courage."

12h24 : Après les attentats, Dany Boon a annulé le tournage de scènes de son prochain film à Bruxelles. Et pour cause, plusieurs scènes de la comédie Raid Dingue devaient être tournées à l'aéroport de Zaventem, comme l'explique France 3 Nord-Pas-de-Calais.

12h17 : Fin de l'alerte au gaz à l'hôpital Reine Astrid. Tout le monde a pu réintégrer les bâtiments. #BrusselsAttacks

12h17 : L'hôpital militaire Reine Astrid, où se trouve certaines victimes, évacué pour une fuite de gaz

12h15 : L'hôpital militaire Reine Astrid, où sont soignés quinze blessés des attentats, a été brièvement évacué en raison d'une fuite de gaz. Tout est rentré dans l'ordre.

12h30 : Midi ! L'heure de déjeuner, mais aussi le moment de faire un point sur l'actualité de la matinée :

• Salah Abdeslam a fait part de "son souhait de partir en France le plus vite possible", indique son avocat. Le suspect affirme aussi qu'il n'était pas au courant" des attentats qui ont eu lieu à Bruxelles.

Deux suspects sont activement recherchés par la police. Outre le troisième homme, filmé auprès des deux kamikazes de l'aéroport, un autre suspect, filmé quant à lui avec le kamikaze du métro bruxellois, est recherché. Suivez l'enquête en direct.

Le nouveau cas de "vache folle" a été confirmé dans les Ardennes, affirme le ministère de l'Agriculture.

• Censé répondre au chômage record, l'avant-projet de loi réformant le droit du travail arrive aujourd'hui en Conseil des ministres. De nouvelles mobilisations des jeunes et des syndicats sont organisées dans la journée. Suivez la situation dans notre direct.

11h53 : Le parquet avance le chiffre d'au moins 31 morts, mais "aucune victime n'a été identifiée avec certitude", a annoncé hier une porte-parole. Nous vous expliquons dans cet article pourquoi l'identification des victimes prend du temps.




(PHILIPPE HUGUEN / AFP)

11h42 : Le nombre de Français blessés lors des attentats s'élève désormais à 11 dont quatre grièvement, affirme BFMTV qui cite le Quai d'Orsay. Jusque-là, nous évoquions 10 blessés.