Trois questions qui restent en suspens au lendemain des attentats de Bruxelles

Un jour après les attaques qui ont frappé la Belgique, les enquêteurs ont réussi à identifier deux des responsables présumés des attentats. Mais certaines interrogations n'ont pas encore trouvé de réponses.

La police scientifique belge à l'œuvre dans la station Maalbeek à Bruxelles, au lendemain des attentats du 22 mars. 2016.
La police scientifique belge à l'œuvre dans la station Maalbeek à Bruxelles, au lendemain des attentats du 22 mars. 2016. (FRANCOIS LENOIR / REUTERS)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Au lendemain des attentats qui ont ensanglanté Bruxelles, mardi 22 mars, l'enquête progresse et deux des auteurs ont été identifiés comme étant les frères Ibrahim et Khalid El Bakraoui. L'un est mort en se faisant exploser à l'aéroport de Zaventem, l'autre dans le métro, à la station Maelbeek. Pour autant, il reste de nombreuses zones d'ombre sur le déroulé précis de ces attaques terroristes.

>> Suivez la situation dans notre direct

Quel est le bilan définitif ? 

Les attentats de mardi dans l'aéroport et le métro de Bruxelles ont fait au moins 31 morts et 270 blessés, selon un dernier bilan officiel communiqué par le parquet fédéral belge, mercredi à 13 heures. Pour autant, il ne s'agit pas d'un décompte définitif.

"Ce chiffre risque encore malheureusement d'évoluer dans les heures qui suivent", a indiqué le procureur Frédéric Van Leeuw. Le bilan peut encore s'alourdir en raison de la difficile identification des corps, dont certains ont été démembrés par les explosions. Catherine De Bol, la commissaire générale de la police judiciaire, a rappelé "une des principales règles internationales : être sûrs à 100%" d’avoir identifié la personne avant de communiquer. Vu l’état de certains corps, une "comparaison visuelle" ne peut suffire, il faut donc faire des comparaisons d'empreintes digitales, dentaires ainsi que d'ADN, note RTL Info

Pour rappel, trois jours après les attentats de Paris en novembre, les familles de certaines victimes étaient toujours à la recherche de leurs proches.

Qui sont les terroristes présumés ? 

Seul un des responsables des deux explosions à l'aéroport de Bruxelles a été pour le moment identifié : il s'agit d'Ibrahim El Bakraoui. Son "testament" a été retrouvé dans un ordinateur qui se trouvait dans une poubelle de Schaerbeek, a annoncé le procureur belge. Ibrahim El Bakraoui se trouve au centre, sur les images capturées par des caméras de surveillance à l'aéroport et diffusées mardi 22 mars. 

Celui qui se trouve à gauche n'a pas été identifié. Mais il s'est également fait exploser dans le terminal de l'aéroport, a précisé le procureur fédéral. Son identification est en cours. L'homme à droite est, lui, en fuite. Il est activement recherché, sans que l'on ne connaisse son identité. 

La police fédérale belge a diffusé cette photo de trois suspects dans l'aéroport de Zaventem, après les attentats de Bruxelles (Belgique), le 22 mars 2016. 
La police fédérale belge a diffusé cette photo de trois suspects dans l'aéroport de Zaventem, après les attentats de Bruxelles (Belgique), le 22 mars 2016.  (FEDERAL POLICE / BELGA MAG / AFP)

Le procureur a également annoncé que le kamikaze du métro de Maelbeek est Khalid El Bakraoui, le frère d'Ibrahim.

Où se trouve Najim Laachraoui ? 

La presse belge a bien cru que les autorités avaient mis la main sur celui qui est considéré comme l'artificier des attentats de novembre à Paris. Selon La Dernière heure, une arrestation a eu lieu à Anderlecht, une commune populaire de la capitale belge. Problème : il ne s'agissait finalement pas du suspect recherché et on ignore l'identitité de ce nouveau personnage. Le procureur n'en a même pas fait mention durant sa conférence de presse. Des médias belges affirmaient également, mercredi matin, que le troisième homme sur les images de vidéosurveillance était Najim Laachraoui. Mais rien n'a été officiellement confirmé.