Attaque au camion à Stockholm : le principal suspect est un demandeur d'asile débouté

La police a fait un point sur l'enquête, samedi. Le suspect avait été interpellé quelques heures après l'attentat qui a fait quatre morts et quinze blessés dans la capitale suédoise.

Des habitants se recueillent devant les lieux de l\'attentat, à Stockholm (Suède), le 8 avril 2017.
Des habitants se recueillent devant les lieux de l'attentat, à Stockholm (Suède), le 8 avril 2017. (FU YIMING / NURPHOTO / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La police suédoise semble sur la bonne piste. Elle est de plus en plus convaincue de détenir l'homme qui a foncé dans la foule vendredi à Stockholm, faisant quatre morts et quinze blessés. Le suspect est un demandeur d'asile débouté, a annoncé la police suédoise, dimache 9 avril. Franceinfo récapitule ce que l'on sait de cet homme.

Un Ouzbek de 39 ans débouté du droit d'asile

L'individu, arrêté et placé en garde à vue quelques heures après l'attaque, est un Ouzbek de 39 ans. Les autorités ont précisé que l'auteur présumé est un demandeur d'asile débouté. "Nous ne savons pas réellement quelles étaient ses intentions, ni combien de personnes il voulait tuer. Mais il avait visiblement des intentions très malveillantes", a précisé le chef de la police, Dan Eliasson.

Il est connu des services de renseignement

L'homme était connu des services de renseignement suédois. "Il a fait surface dans notre collecte de renseignement dans le passé", a déclaré le responsable de la sécurité intérieure, Anders Thornberg, sans préciser quand et pour quels types de faits. Il a ajouté qu'"un engin" avait été trouvé dans la cabine du camion volé. "Nous ne pouvons pas dire ce que c'est à ce stade, (...) si c'est une bombe ou un engin inflammable".

Il est décrit comme un "travailleur ordinaire"

Si la police ne donne pas plus d'éléments au sujet du suspect, les médias suédois ont rapidement cherché à en savoir plus sur cet homme. "Je n'ai jamais vu aucun signe montrant qu'il serait fanatique", a confié une connaissance de l'individu au journal Aftonbladet (en suédois)"Je le connais comme un travailleur ordinaire, pas un fanatique religieux", ajoute une voisine interrogée par Expressen (en suédois)