Attentat de Berlin : la Tunisie annonce l'arrestation de trois personnes liées à Anis Amri

Selon un communiqué des autorités tunisiennes, ces trois suspects sont membres d'une "cellule terroriste" à laquelle appartient le neveur du conducteur du camion-bélier qui a fait 12 morts dans la capitale allemande.

Le portrait d\'Anis Amri, l\'auteur présumé de l\'attentat de Berlin, brandi par son frère à Oueslatia (Tunisie), le 23 décembre 2016.
Le portrait d'Anis Amri, l'auteur présumé de l'attentat de Berlin, brandi par son frère à Oueslatia (Tunisie), le 23 décembre 2016. (FETHI BELAID / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Moins d'une semaine après l'attentat de Berlin, trois jihadistes présumés liés à Anis Amri, le conducteur du camion qui a fait 12 morts en fonçant sur un marché de Noël, ont été arrêtés vendredi, a annoncé samedi 24 décembre le ministère tunisien de l'Intérieur. Après plusieurs jours de cavale, le terroriste, un Tunisien de 24 ans, a été abattu vendredi près de Milan par la police italienne lors d'un simple contrôle d'identité.

Selon un communiqué du ministère, ces trois suspects sont membres d'une "cellule terroriste (...) liée au terroriste Anis Amri", active entre Fouchana, au sud de Tunis, et Oueslatia, dans le centre du pays, où vit la famille Amri. Les trois personnes arrêtées ont entre 18 et 27 ans et le neveu d'Anis Amri figure parmi elles.

Selon les autorités tunisiennes, ce dernier "a avoué qu'il était en contact avec son oncle à travers l'application cryptée Telegram pour échapper à la surveillance policière". Le ministère tunisien ajoute qu'il avait fait allégeance au groupe Etat islamique dans une vidéo envoyée à Anis Amri.

Les enquêteurs à la recherche de complices

Le neveu d'Anis Amri a aussi affirmé que l'auteur présumé de l'attentat de Berlin était "l'émir" d'un groupe jihadiste basé en Allemagne et connu comme la brigade "Abou al-Walaa". Selon cet homme, son oncle lui avait "envoyé des sommes d'argent" par voie postale sous une fausse identité pour l'aider à le rejoindre en Allemagne.

Vendredi, le chef du parquet antiterroriste allemand indiquait se concentrer sur la recherche d'éventuelles complicités. "Pour nous maintenant, il est d'une grande importance de déterminer si dans la préparation et l'exécution" de l'attentat du marché de Noël au camion-bélier "et la fuite du suspect, il y a eu un réseau de soutien, un réseau d'aide, des complices ou des personnes qui l'ont aidé", avait déclaré Peter Frank.