Anis Amri est passé par la gare de Bruxelles-Nord après l'attentat de Berlin

Il a été formellement identifié dans cette gare "le 21 décembre 2016, vers 19 heures, en provenance d'Amsterdam", annonce la justice belge.

Anis Amri a été formellement identifié dans la gare de Bruxelles-Nord par la justice belge, lors de sa fuite après l\'attentat de Berlin.
Anis Amri a été formellement identifié dans la gare de Bruxelles-Nord par la justice belge, lors de sa fuite après l'attentat de Berlin. (PARQUET FEDERAL BELGE)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le trajet d'Anis Amri se précise, dans sa fuite après l'attentat de Berlin. Le jihadiste est passé par la gare de Bruxelles-Nord, a annoncé le parquet fédéral belge, mercredi 4 janvier, après l'examen des images de vidéosurveillance. L'homme a été formellement identifié dans cette gare "le 21 décembre 2016, vers 19 heures, en provenance d'Amsterdam", par la police fédérale des chemins de fer de Bruxelles, en collaboration avec la cellule "images" de la SCNB, la compagnie des chemins de fer belges.

>> Attentat de Berlin : de l'Allemagne à l'Italie en passant par les Pays-Bas et la France, la cavale d'Anis Amri

Après près de deux semaines d'investigations, l'enquête progresse dans toute l'Europe. La police italienne a révélé qu'Anis Amri a blessé un policier à Milan avec la même arme que celle qui a tué le chauffeur polonais du camion utilisé pour l'attaque. Le Tunisien de 24 ans a donc traversé une partie de l'Europe avec cette arme et s'en est finalement servi pour blesser à l'épaule un policier italien avant d'être abattu le 23 décembre vers 3 heures du matin à Milan.

Une arrestation en Allemagne

En Allemagne, les enquêteurs s'intéressent de près à un Tunisien de 26 ans avec lequel Anis Amri a dîné la veille de l'attentat dans un restaurant de la capitale. Les deux hommes, qui se connaissaient depuis un an environ, "ont discuté de manière très intensive", a indiqué la porte-parole du parquet fédéral allemand. L'homme, hébergé dans le foyer de demandeurs d'asile perquisitionné mardi, a été placé en détention provisoire pour une fraude présumée aux prestations sociales. En 2015, il avait fait l'objet d'une enquête, abandonnée faute d'éléments, car il était soupçonné de chercher à se procurer des explosifs.

L'enquête internationale a réussi à préciser qu'Anis Amri avait transité au cours de sa cavale par les Pays-Bas, la France et l'Italie, en empruntant cars et trains. Mais la police allemande n'a toujours pas pu déterminer par quelle voie il a quitté l'Allemagne.