VIDEO. Migrants, Shoah et extrême droite : les déclarations douteuses de Karl Lagerfeld

Le couturier reproche à Angela Merkel et sa politique migratoire d'être responsables de l'entrée de l'extrême droite au Parlement allemand.

Le couturier Karl Lagerfeld, le 5 juillet 2017 à Paris.
Le couturier Karl Lagerfeld, le 5 juillet 2017 à Paris. (PATRICK KOVARIK / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sur le plateau de l'émission "Salut les Terriens", sur C8, le malaise était palpable. Le célèbre couturier Karl Lagerfeld a jeté un froid lorsque, interrogé par Thierry Ardisson sur la montée de l'extrême droite en Allemagne, il a eu recours à des arguments pour le moins gênants.

"J'ai honte de l'Allemagne, même pour moi-même. Comme je suis allemand, je dois assumer", a-t-il déclaré avant de considérer qu'Angela Merkel avait fait "une grosse faute" en accueillant des réfugiés. "Regardez la France, qui est le pays des droits de l'homme (ce qui n'a pas empêché la colonisation), ils prennent quoi ? Dix mille ou 20 000… Elle qui en avait déjà des millions et des millions (qui sont bien intégrés, qui travaillent et c'est très bien), elle avait pas besoin de se taper un million en plus", a-t-il jugé.

Les migrants décrits comme "les pires ennemis" des juifs

Selon lui, Angela Merkel a suivi cette politique pour "se donner une image charmante après l'image de marâtre qu'elle s'était donnée dans l'histoire de la crise grecque. Tout d'un coup, la fille de pasteur ressort !"

Juste après avoir prévenu qu'il allait "dire une horreur", le directeur artistique de Chanel a ensuite prononcé cette phrase : "On ne peut pas, même s'il y a des décennies entre eux, tuer des millions de juifs pour faire venir des millions de leurs pires ennemis après." Et Karl Lagerfeld d'illustrer son propos par cette anecdote : "Je connais en Allemagne quelqu'un qui a pris un jeune Syrien qui parlait un peu anglais. Vou savez ce qu'il lui a dit au bout de quatre jours ? 'Vous savez, la meilleure invention de l'Allemagne c'est l'Holocauste'."