Attentat de Berlin : la police soupçonnée d'avoir falsifié un document qui aurait pu permettre d'arrêter le terroriste

Une plainte contre X a été déposée. Et des sanctions disciplinaires ont été diligentées. L'attentat, perpétré par un Tunisien de 24 ans, Anis Amri, avait fait 12 morts le 19 décembre sur le marché de Noël de la capitale allemande. 

La chancelière allemande, Angela Merkel, dépose une fleur, le 20 décembre 2016, au marché de Noël de Berlin (Allemagne), visé la veille par un attentat meurtrier. 
La chancelière allemande, Angela Merkel, dépose une fleur, le 20 décembre 2016, au marché de Noël de Berlin (Allemagne), visé la veille par un attentat meurtrier.  (MAURIZIO GAMBARINI / ANADOLU AGENCY / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La police locale a-t-elle falsifié un document qui aurait pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne passe à l'acte le 19 décembre 2016 sur le marché de Noël ? La ville de Berlin en est persuadée. Selon Andreas Geisel, le ministre de l'Intérieur du Land de Berlin, les enquêteurs disposaient depuis plusieurs mois d'éléments suffisants pour interpeller le Tunisien de 24 ans qui était surveillé, à l'époque, par la police.

La surveillance des communications téléphoniques d'Anis Amri révélait en effet qu'il se livrait à un trafic de stupéfiants en bande organisée, ce qui rendait son arrestation "tout à fait possible", poursuit le ministre. "Les éléments auraient suffi à obtenir un mandat d'arrêt du parquet."

"Falsification" et "soustraction de malfaiteur"

Un document jette en particulier le doute. Celui établi par la police berlinoise "le 17 janvier 2017" mais "visiblement antidaté au 1er novembre 2016".  "Manifestement" afin de "tenter de masquer des négligences dans la surveillance". Ce document ne parle en effet "que de petits trafics et d'anesthésiques." C'est-à-dire des délits qui ne rendaient pas l'interpellation d'Anis Amri urgente. Ce qui fait penser à Andreas Geisel qu'il y a eu "falsification" et "soustraction de malfaiteur".

Le 19 décembre 2016 au soir, Anis Amri avait foncé sur la foule du marché de Noël de la capitale allemande au volant d'un camion. Douze personnes avaient été tuées. Le terroriste, en fuite, avait été abattu le 23 décembre par des policiers italiens, à Milan.