Allemagne : des lignes ferroviaires incendiées, la police soupçonne des opposants au G20

Une douzaine de feux ont éclaté entre dimanche et lundi sur des systèmes de signalisation un peu partout en Allemagne.

Des trains affichent du retard à la gare de Dresde (Allemagne) après des incendies d\'origines criminelles, lundi 19 juin 2017.
Des trains affichent du retard à la gare de Dresde (Allemagne) après des incendies d'origines criminelles, lundi 19 juin 2017. (ARNO BURGI / DPA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Mais qui a saboté les rails allemands ? Des incendies d'origine criminelle ont endommagé dans la nuit de dimanche à lundi 19 juin plusieurs lignes ferroviaires en Allemagne. La police soupçonne un lien avec des opposants au sommet du G20, qui doit se tenir le 7 et 8 juillet à Hambourg.

Pour l'heure, la police a recensé une douzaine de feux qui ont éclaté entre dimanche et lundi sur des systèmes de signalisation un peu partout en Allemagne, comme en Basse-Saxe, à Berlin, en Rhénanie du Nord-Westphalie et en Saxe. Des "dégradations dues à des actes de vandalisme" affectaient lundi matin plusieurs lignes, a réagi la Deutsche Bahn, l'opérateur ferroviaire allemand, dans un communiqué.

La police étudie l'authenticité d'une revendication

"Un mobile politique en lien avec le sommet du G20 n'est pas exclu", a indiqué la police dans un appel à témoins. Les enquêteurs sont en train d'étudier l'authenticité d'une lettre de revendication, postée par un groupe baptisé "Shutdown G20" sur une plateforme internet dévolue à la gauche radicale et qui rassemble notamment des textes hostiles au G20. La Protection de l'Etat, chargée de la lutte contre la violence politiquement motivée, a été saisie.