"Ces informations qui nous sont parvenues sont particulièrement choquantes, nous ne comprenons pas pourquoi on écouterait les conversations privées à une telle échelle." Le Premier ministre français, en visite à Copenhague (Danemark), a réagi, lundi 21 octobre, aux nouvelles informations sur la surveillance exercée par l'Agence nationale de sécurité américaine sur les télécommunications françaises. "On ne peut pas rester dans une situation d’une telle ambiguïté qui porte atteinte à la liberté", a ajouté Jean-Marc Ayrault, face à la presse.

L’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) avait effectué 70,3 millions d'enregistrements de données téléphoniques de Français sur une période de 30 jours, entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a "convoqué immédiatement" l'ambassadeur des Etats-Unis à Paris.

Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre, à Saclay (Essonne), le 10 octobre 2013.
Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre, à Saclay (Essonne), le 10 octobre 2013. ( REUTERS )