Le gouvernement espagnol rejette fermement la médiation proposée par les dirigeants catalans

Le dirigeant s'est également dit ouvert à la mise en place d'une "médiation" avec les autorités de Madrid. 

Un sympathisant de l\'indépendance catalane dépose une fleur devant un bureau de vote utilisé lors du référendum d\'autodétermination, mardi 3 octobre 2017 à Barcelone.
Un sympathisant de l'indépendance catalane dépose une fleur devant un bureau de vote utilisé lors du référendum d'autodétermination, mardi 3 octobre 2017 à Barcelone. (PAU BARRENA / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Un rejet cinglant. Le gouvernement espagnol a catégoriquement refusé, mercredi 4 octobre au soir, la proposition lancée par le dirigeant indépendantiste catalan Carles Puigdemont d'une médiation, tant que celui-ci continuerait à brandir la menace d'une sécession"Si monsieur Puigdemont veut parler ou négocier, ou envoyer des médiateurs, il sait parfaitement ce qu'il doit faire auparavant : se remettre dans le chemin de la loi, qu'il n'aurait jamais dû quitter", affirme ainsi la présidence du gouvernement dans un communiqué.

Puigdemont déterminé à "appliquer les résultats" du référendum. Dans une allocution télévisée très attendue, le président de la région autonome de Catalogne s'est dit déterminé, mercredi 4 octobre, à "appliquer les résultats" du référendum sur l'autodétermination de sa province. Le dirigeant s'est également dit ouvert à la mise en place d'une "médiation" avec les autorités de Madrid.

Le chef de la police catalane poursuivi. Des poursuites judiciaires pour "sédition" ont été engagées contre le chef de la police catalane, a annoncé la justice espagnole. L'enquête porte sur des faits survenus le 20 septembre dans le cadre de la préparation du référendum d'autodétermination.

 Le roi d’Espagne sort du silence. Felipe VI a s'est opposé aux indépendantistes catalans, en estimant qu'ils se sont mis "en marge du droit".

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#CATALOGNE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CATALOGNE

00h01 : Ce live est terminé. Voici l'essentiel de l'actualité de la journée :


• A peine proposée, déjà rejetée. Dans un discours où il a également critiqué le roi, le président de la Généralité de Catalogne, Carles Puidgemont a demandé une médiation internationale pour sortir de la crise. Une proposition immédiatement balayée par Madrid.

• C'est le bout du tunnel pour les chauffeurs routiers. Un accord entre le gouvernement, les syndicats et le patronat a été trouvé ce soir pour maintenir les primes menacées par la réforme du Code du travail.


• La petite amie du tueur de Las Vegas Stephen Paddock a été entendue par le FBI. Les enquêteurs espèrent éclaircir le mobile du carnage, qui a fait 58 morts et plus de 500 blessés, soit la fusillade la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis.

• Le prix Nobel de chimie récompense le Suisse Jacques Dubochet, l'Américain Joachim Frank et le Britannique Richard Henderson. Ils ont mis au point la cryo-microscopie électronique, une méthode révolutionnaire d'observation des molécules.

23h32 : Le président de l'autonomie se pose d'abord en victime et oublie ce qu'est une démocratie. La démocratie n'est pas détourner les lois quand elles ne vous conviennent pas ou demander à contrôler le budget de l'Etat quand les décisions ne vous plaisent pas.

23h32 : En refusant le dialogue tout court, le gouvernement à Madrid rate encore une opportunité de trouver une solution a cette crise constitutionnelle grave. Quel dommage.

23h32 : Je ne comprends pas ces jeunes qui manifestent pour créer des frontières. Il n'y a pas de plus belles choses à faire dans ce monde où il y a tant de malheureux. L'Espagne, c'est pas la Syrie ou la Corée du nord

23h32 : La question catalane continue de vous diviser dans les commentaires. Voici quelques unes de vos réactions après le discours de Carles Puigdemont.

22h36 : Ce rejet est cinglant. "Si Monsieur Puigdemont [le président de la Généralité de Catalogne] veut parler ou négocier, ou envoyer des médiateurs, il sait parfaitement ce qu'il doit faire auparavant : se remettre dans le chemin de la loi, qu'il n'aurait jamais dû quitter", affirme la présidence du gouvernement dans un communiqué.

22h29 : Le gouvernement espagnol rejette toute médiation dans la crise catalane.

21h44 : "Au Parlement européen, nous voulons garder une Espagne unie". Au micro de franceinfo, l'eurodéputé Philippe Juvin (LR) est revenue sur la question catalane. "Une Espagne désunie, ça serait éventuellement un petit bout d'Espagne qui quitterait l'Union européenne", a-t-il argumenté.

21h29 : @gdebure : Si la Catalogne proclame son indépendance, elle cessera automatiquement de faire partie de l'Union européenne et de la zone euro, puisqu'elle ne sera plus liée par les traités signés par l'Espagne. Elle pourra toujours demander à intégrer l'UE, mais la procédure, longue et complexe, sera soumise à l'accord de tous les Etats membres, dont l'Espagne. Cela s'annonce donc très compliqué pour les Catalans.

21h29 : Si la Catalogne devient indépendante, qu'en sera-t-il de son appartenance à l'Union européenne ? Gardera-t-elle l'euro ?

21h12 : L'allocution de Carles Puigdemont est terminée. Le président indépendantiste de la Généralité de Catalogne a critiqué le roi et a réitéré son intention "d'appliquer les résultats du référendum".

21h08 : "Dans les prochains jours, nous allons appliquer les résultats du référendum."

21h07 : "Il faut résoudre ce problème par la politique, pas par la police."

21h08 : "Nous n'allons pas changer de position (...) Nous sommes disposés à un processus de médiation. La paix, le dialogue sont partie intégrante de la culture politique de notre peuple. Mais nous n'avons pas reçu de réponse de Madrid."

21h06 : "Votre décision est malheureuse parce que les Catalans attendaient de vous un appel au dialogue."


Le président de la Généralité s'adresse directement au roi Felipe VI.

21h05 : "La constitution donne un pouvoir de modérateur au roi. Un pouvoir qu'il a décidé de ne pas exercer."

21h04 : "Le roi épouse les discours et la politique du gouvernement Rajoy, qui a été catastrophique."

21h04 : "Soyons calmes, sereins, tranquilles. Ce que nous allons faire, c'est ce que d'autres populations ont déjà fait."

21h02 : "Si nous sommes unis, nous gagnerons. Même si les autres usent de la violence, nous n'en userons jamais. Beaucoup de personnes ont vu que cette violence n'était pas tolérable."

21h01 : Le président de la Généralité, Carles Puigdemont, prend la parole.

20h05 : Il est 20 heures, voici le point sur l'actualité :

• Le Front national a décidé de suspendre la nouvelle sénatrice du Var Claudine Kauffmann, qui comparait les migrants à l'Occupation nazie sur son profil Facebook ces derniers mois.

• La justice espagnole lance des poursuites contre le chef de la police catalane et des responsables indépendantistes, au lendemain d'un discours cinglant du roi. Les dirigeants catalans se disent prêts à déclarer l'indépendance.

• La petite amie du tueur de Las Vegas Stephen Paddock est entendue par le FBI. Les enquêteurs espèrent éclaircir le mobile du carnage, qui a fait 58 morts et plus de 500 blessés, soit la fusillade la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis.

• Le prix Nobel de chimie récompense le Suisse Jacques Dubochet, l'Américain Joachim Frank et le Britannique Richard Henderson. Ils ont mis au point la cryo-microscopie électronique, une méthode révolutionnaire d'observation des molécules.

18h03 : Voici les principales informations de cette fin d'après-midi :

•Le Front national a décidé de suspendre la nouvelle sénatrice du Var Claudine Kauffmann, qui comparait les migrants à l'Occupation nazie sur son profil Facebook ces derniers mois.

• La justice espagnole lance des poursuites contre le chef de la police catalane et des responsables indépendantistes, au lendemain d'un discours cinglant du roi. Les dirigeants catalans se disent prêts à déclarer l'indépendance.

• La petite amie du tueur de Las Vegas Stephen Paddock est entendue par le FBI. Les enquêteurs espèrent éclaircir le mobile du carnage, qui a fait 58 morts et plus de 500 blessés, la fusillade la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis.

• Le prix Nobel de chimie récompense le Suisse Jacques Dubochet, l'Américain Joachim Frank et le Britannique Richard Henderson. Ils ont mis au point la cryo-microscopie électronique, une méthode révolutionnaire d'observation des molécules.

17h54 : Les députés européens ont tenu un bref débat d'urgence sur la question de la Catalogne aujourd'hui à Strasbourg. Les principales forces politiques du Parlement ont exhorté le gouvernement catalan à ne pas proclamer l'indépendance. La Commission européenne, elle, a plaidé pour que Madrid et Barcelone renouent le "dialogue" pour sortir d'une crise née d'un référendum "illégal". Une manière de soutenir l'Etat espagnol.

17h54 : Quid du débat à l'UE ?

17h51 : Bonjour @anonyme, le poids de la dette publique est l'un des points faibles de la Catalogne. Elle représente 35,2% de son PIB, ce qui en fait la 3e région la plus endettée d'Espagne. Sa dette, classée dans la catégorie spéculative, l'empêche de se financer directement sur les marchés. Elle dépend des prêts de l'Etat central, rappelle La Tribune.

Si elle prend son indépendance, la Catalogne devra assumer seule, non seulement sa dette publique régionale, mais aussi sa quote-part de 20% de la dette espagnole, explique Le Temps. L'ardoise monterait alors à 134% de son PIB.

17h50 : On parle de la contribution de la Catalogne à l'Etat espagnol, mais quand est-il de la dette ?

17h02 : Bonjour @anonyme, si la Catalogne décrète son indépendance, comme elle promet de le faire, l'Etat espagnol sera contraint de réagir avec fermeté, estiment les spécialistes. Le gouvernement espagnol pourrait ainsi suspendre le régime d'autonomie des Catalans, en déclenchant l'article 155 de la Constitution. Madrid reprendrait alors le contrôle politique de la région.

16h57 : Bonjour, à quoi doit on s'attendre de la part de l'Espagne, si le président catalan déclare son indépendance ?

16h17 : #catalogne Bonjour @tellechea, il est bien difficile de vous apporter une réponse complète dans un court message. L'un des arguments avancés par les Catalans pour réclamer leur indépendance est économique. La Catalogne est la région la plus prospère d'Espagne : elle représentait à elle seule 19% du PIB du pays en 2016, au coude-à-coude avec Madrid. Aux yeux des indépendantistes, elle verse une contribution financière trop élevée à l'Etat espagnol, et son économie serait bien plus vaillante si elle était indépendante. Je vous invite à lire cet article pour en savoir plus.

16h16 : Quels sont les avantages pour la Catalogne d'être indépendante ? Merci de me renseigner !

16h01 : Bonjour @anonyme, le président du gouvernement catalan, Carles Puigdemont, doit en effet s'exprimer à 21 heures ce soir. Vous pourrez suivre sa prise de parole en direct sur franceinfo. Ce sera en quelque sorte une réponse à l'allocution télévisée rarissime du roi d'Espagne, hier. Et il sera très certainement question de la déclaration d'indépendance de la région. Puigdemont a déjà assuré que son gouvernement s'apprêtait à déclarer l'indépendance "à la fin de la semaine ou au début de la semaine prochaine".

15h57 : Que peut-on attendre de la déclaration de 21 heures du président catalan ?

15h43 : "Il est grand temps de dialoguer, de parler, de trouver une voie en dehors de l'impasse et de travailler conformément à l'ordre constitutionnel espagnol."

Le Parlement européen est réuni en session plénière à Strasbourg pour un débat d'urgence sur la crise en Espagne.

14h04 : Voici les principales informations de ce début d'après-midi :

• Le prix Nobel de chimie récompense le Suisse Jacques Dubochet, l'Américain Joachim Frank et le Britannique Richard Henderson. Ils ont mis au point la cryo-microscopie électronique, une méthode révolutionnaire d'observation des molécules.

• La justice espagnole lance des poursuites contre le chef de la police catalane et des responsables indépendantistes, au lendemain d'un discours cinglant du roi. Les dirigeants catalans se disent prêts à déclarer l'indépendance.

• La petite amie du tueur de Las Vegas Stephen Paddock est entendue par le FBI. Les enquêteurs espèrent éclaircir le mobile du carnage qui a fait 58 morts et plus de 500 blessés, la fusillade la plus meurtrière de l'histoire des Etats-Unis.

• L'ex-numéro deux du renseignement douanier, Vincent Sauvalère, est présenté à la justice. Une enquête est en cours sur des soupçons de collusion avec des informateurs, notamment après une saisie suspecte de café contrefait en 2015 au Havre.

12h06 : Il est midi. Voici les principaux titres :

Le prix Nobel de chimie est attribué à Jacques Dubochet (Suisse), Joachim Frank (Etats-Unis) et Richard Henderson (Royaume-Uni).

Le groupe État islamique va-t-il perdre sa capitale, Raqqa ? Les Forces démocratiques syriennes contrôlent désormais 90% de la ville et ont lancé ce qu'elles affirment être l'assaut final. Reportage de franceinfo.

• Le roi d'Espagne accuse les dirigeants catalans de s'être placés en marge du "droit et de la démocratie", après le référendum d'autonomie. Le président de la Catalogne doit s'exprimer dans la journée.

• La compagne du tireur est entendue par la police, afin de comprendre les motivations de Stephen Paddock.

• Cinq personnes ont été interpellées hier, au cours de plusieurs perquisitions menées dans le cadre de l'enquête sur l'attaque au couteau à la gare Saint-Charles de Marseille.

10h49 : Le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, va faire une déclaration à 21 heures, annonce une source régionale à l'agence Reuters.

10h28 : "C'est possible théoriquement. Rien n'empêche un pouvoir politique de déclarer l'indépendance d'une entité sauf que dans le cas de la Catalogne, elle n'aurait aucune effectivité. Quand vous voulez créer un Etat, ce qui importe, c'est la manière dont vont réagir les autres Etats. Est-ce qu'ils vont vous reconnaître ce statut, cette qualité étatique."

Pour sortir de la crise, l'Espagne pourrait muter en "Etat fédéral multinational ou plurinational", selon Beligh Nabli, directeur de recherche à l'IRIS, sur franceinfo.

09h41 : Josep Lluís Trapero, chef des Mossos (police catalane), est appelé à comparaître vendredi devant la justice pour sédition, selon El País (en espagnol). L'enquête porte sur des faits survenus le 20 septembre. A cette date, 14 hauts responsables de l'exécutif séparatiste catalan avaient été arrêtés, entraînant d'importantes manifestations contre la Garde civile à Barcelone.

08h52 : Voici les principaux titres :

• Cinq personnes ont été interpellées hier, au cours de plusieurs perquisitions menées dans le cadre de l'enquête sur l'attaque au couteau à la gare Saint-Charles de Marseille.

• L'Assemblée nationale a largement voté le projet de loi antiterroriste, qui doit prendre le relais de l'état d'urgence au 1er novembre. Le texte a été critiqué par le FN et les Républicains d'une part, et la gauche de la gauche d'autre part.

Le suspect de l'incendie de Mulhouse a été mis en examen pour "destruction volontaire ayant entraîné la mort". Selon les informations de France Bleu Alsace, il a reconnu les faits.

• Le roi d'Espagne accuse les dirigeants catalans de s'être placés en marge du "droit et de la démocratie", après le référendum d'autonomie. Quelque700 000 personnes, selon la police municipale, ont manifesté hier contre les violences policières.

• L'enquête lancée pour éclaircir les motivations de l'auteur de la tuerie de Las Vegas, s'oriente vers sa compagne, localisée dans les Philippines. L'Etat islamique a revendiqué l'attaque, mais le FBI affirme qu'il n'y a "jusqu'à présent" pas de lien entre Stephen Paddock, 64 ans, et une organisation terroriste.

08h44 : Nous en parlions tout à l'heure : dans un discours historique, hier soir, le roi d'Espagne Felipe VI a condamné la "déloyauté inadmissible" du gouvernement catalan, et rappelé "la responsabilité des pouvoirs légitimes de l'Etat d'assurer l'ordre constitutionnel", semblant ouvrir la voie à une intervention du gouvernement en Catalogne. Voici des extraits de son discours.



08h06 : "C'est difficile de comprendre la manière dont agit le gouvernement espagnol qui, après avoir envoyé la police, a ordonné finalement qu'elle se retire face à la crainte que les images soient négatives. Il reste là dans une forme d'inaction qu'il n'est pas facile d'interpréter. Il semble attendre que le Parti socialiste lui apporte son soutien pour enclencher l'article 155 de la Constitution espagnole. Cet article permet de suspendre l'autonomie de la Catalogne, d'interdire aux dirigeants de la rébellion de continuer d'agir."

Barbara Loyer, directrice de l'Institut français de géopolitique à l'université Paris 8 et spécialiste de l'Espagne, analyse pour franceinfo l'attitude du Premier ministre Mariano Rajoy.

06h37 : "Nous allons déclarer l'indépendance 48 heures après le décompte des résultats officiels [du référendum] (...). Cela va probablement se terminer quand nous aurons récupéré les votes de l'étranger."

Le président de la Catalogne, Carles Puigdemont, assure que son gouvernement va déclarer l'indépendance "à la fin de la semaine". Il s'exprimait dans un entretien à la BBC (en anglais), pour la première fois depuis le vote.

06h12 : "Avec leur conduite irresponsable, [les indépendantistes catalans] peuvent même mettre en danger la stabilité de la Catalogne et de toute l'Espagne (...). C'est la responsabilité des pouvoirs légitimes de l'Etat d'assurer l'ordre constitutionnel et le fonctionnement normal des institutions, le respect de l'Etat de droit et l'autonomie de la Catalogne."


Le roi d'Espagne Felipe VI a adressé une charge cinglante aux indépendantistes catalans, hier soir, lors d'une allocution télévisée.



FRANCISCO GOMEZ / CASA REAL / AFP

06h00 : Il est 6 heures. Voici les principaux titres :

• Cinq personnes ont été interpellées hier, au cours de plusieurs perquisitions menées dans le cadre de l'enquête sur l'attaque au couteau à la gare Saint-Charles de Marseille.

• L'Assemblée nationale a largement voté le projet de loi antiterroriste, qui doit prendre le relais de l'état d'urgence au 1er novembre. Le texte a été critiqué par le FN et les Républicains d'une part, et la gauche de la gauche d'autre part.

Le suspect de l'incendie de Mulhouse a été mis en examen pour "destruction volontaire ayant entraîné la mort". Selon les informations de France Bleu Alsace, il a reconnu les faits.

• Le roi d'Espagne accuse les dirigeants catalans de s'être placés en marge du "droit et de la démocratie", après le référendum d'autonomie. Quelque700 000 personnes, selon la police municipale, ont manifesté hier contre les violences policières.

• L'enquête lancée pour éclaircir les motivations de l'auteur de la tuerie de Las Vegas, s'oriente vers sa compagne, localisée dans les Philippines. L'Etat islamique a revendiqué l'attaque, mais le FBI affirme qu'il n'y a "jusqu'à présent" pas de lien entre Stephen Paddock, 64 ans, et une organisation terroriste.