Catalogne : la question de l'indépendance de la Corse "se posera dans dix ans", selon Jean-Guy Talamoni

Le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a réagi sur franceinfo mardi soir, après le discours du président catalan Carles Puigdemont, qui a promis une indépendance pour la Catalogne sans toutefois la proclamer dans l'immédiat.

Jean-Guy Talamoni, le président de l\'Assemblée de Corse, à Corte, en août 2017.
Jean-Guy Talamoni, le président de l'Assemblée de Corse, à Corte, en août 2017. (PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP)

Mis à jour le
publié le

Le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni, a réagi au discours du président catalan Carles Puigdemont, mardi 10 octobre sur franceinfo. Alors que le leader séparatiste catalan a promis l'indépendance à son parlement sans toutefois la proclamer tout de suite, Jean-Guy Talamoni estime que "la Corse n'est pas dans la même séquence que les Catalans". Selon lui, la question de l'indépendance "se posera dans dix ans", si les Corses en font la demande. 

Travailler sur l'économie et les institutions corses

En décembre, la Corse va voter en vue du basculement au 1er janvier 2018 de la collectivité territoriale. Il n'y aura plus de départements mais une fusion avec la collectivité, qui sera désormais unique. Pour autant, ça ne veut pas dire que la Corse ira vers une forme d'indépendance selon Jean-Guy Talamoni. "La Corse n’est pas dans la même séquence que les Catalans", assure le président de l'Assemblée de l'île de Beauté. "La Catalogne a beaucoup d’avance sur la Corse. Sur le plan institutionnel parce qu’elle dispose d’un statut et de larges pouvoirs depuis des années, ce qui n’est pas le cas de la Corse. Sur le plan économique, la Corse ne connait pas la situation florissante de la Catalogne."

Au-delà de cette configuration institutionnelle et économique, il y a aussi une situation politique à prendre en compte en Corse et elle ne permet pas de penser à une indépendance de l'île pour l'instant. "Nous avons un projet et un accord politique pour dix ans avec l’autre courant du nationalisme avec lequel nous gouvernons les institutions de la Corse et, dans les dix ans qui viennent, il n’est pas prévu d’engager un processus d’indépendance", a expliqué Jean-Guy Talamoni.

Rendez-vous dans dix ans pour l'indépendance

La Corse cherche cependant à préparer le terrain pour une possible indépendance en cherchant "à obtenir un nouveau statut [lui] donnant davantage de pouvoir" mais aussi en provoquant "un développement économique", depuis deux ans. "Dans dix ans, les Corses, s’ils le souhaitent et uniquement s’ils le souhaitent, par la voie démocratique et par la voie uniquement démocratique diront s’ils veulent aller plus loin", assure Jean-Guy Talamoni.

La question ne se pose pas pour les dix années à venir. Si les Corses le souhaitent, elle se posera dans dix ans.

Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de corse

à franceinfo

Jean-Guy Talamoni assure que les indépendantistes n'ont jamais eu le projet "d'imposer l'indépendance à une majorité de Corses qui n'en voudraient pas". Il estime que les Corses ne feront le choix de l'indépendance que "s'ils sont assuré d'une stabilité sur le plan matériel". C'est selon lui une raison de plus de travailler au développement économique de la Corse dans les prochaines années.