Catalogne : l'étrange voyage de Carles Puigdemont à Bruxelles

Le président destitué de la Catalogne s'est rendu en voiture avec quatre de ses ministres à Marseille, où ils ont embarqué dans un avion pour la Belgique.

Le président de la région de Catalogne, Carles Puigdemont, le 26 juin 2017 au palais de la Généralité, à Barcelone.
Le président de la région de Catalogne, Carles Puigdemont, le 26 juin 2017 au palais de la Généralité, à Barcelone. (JORDY BOIXAREU / SPUTNIK / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Carles Puigdemont cherche de l'aide à Bruxelles. Le président de l'autonomie de Catalogne, destitué par Madrid, s'est rendu dans la capitale belge, dimanche 30 octobre, accompagné de quatre membres de son exécutif. L'information, révélée par la presse, a été confirmée par le ministre espagnol de l'Intérieur.

Si les raisons exactes de cette visite restent floues, les circonstances du trajet interpellent. Carles Puigdemont et ses acolytes avaient-ils peur de ne pas pouvoir monter dans l'avion depuis Barcelone ? Les cinq ex-responsables catalans ont en tout cas décidé de parcourir 500 km en voiture jusqu'à l'aéroport de Marseille, avant d'embarquer pour Bruxelles, raconte la presse espagnole.

Une demande d'asile en Belgique ?

Selon la télévision espagnole La Sexta, le groupe se serait rendu dans la capitale européenne pour s'entretenir avec des représentants de la N-VA, le parti indépendantiste flamand. La chaîne affirme même que Puigdemont, poursuivi pour "rébellion" par la justice espagnole, n'écarterait pas la possibilité de demander l'asile politique en Belgique.

Dimanche, Theo Francken, secrétaire d'Etat belge à l'Asile et à la Migration, et membre de la N-VA, a laissé entendre que son pays pourrait offrir l'asile au leader catalan, estimant que "la question peut se poser de savoir s'il a encore une chance d'avoir un procès équitable" en Espagne. Une hypothèse "absolument pas à l'ordre du jour", a immédiatement rétorqué le Premier ministre belge, Charles Michel.

Des sources au ministère de l'Intérieur espagnol, citée par le journal catalan El Periodico, affirment que les autorités ne sont pas préoccupées par cette escapade bruxelloise. "Ce qui les intéressait aujourd'hui, c'est que Puigdemont ne se trouve pas dans les locaux du palais de la généralité", explique le quotidien.