Espagne : un fonctionnaire condamné pour avoir fait semblant de travailler pendant six ans

Entre 2004 et 2010, il  a continué à percevoir son salaire annuel brut de 37 000 euros. 

Pour sa défense, le fonctionnaire espagnol dit s'être retrouvé avec "rien à faire" jusqu'en 2010.
Pour sa défense, le fonctionnaire espagnol dit s'être retrouvé avec "rien à faire" jusqu'en 2010. (MOOD BOARD / REX / SIPA)

Mis à jour le , publié le

Un fonctionnaire fantôme. Un ingénieur embauché en 1990 au service des eaux de la ville espagnole de Cadix a été condamné en appel, en janvier dernier, à payer une amende de près de 27 000 euros pour n'avoir pas travaillé un seul jour entre 2004 et 2010, rapporte Le Figaro dimanche 14 février, citant la presse espagnole. Pendant ces six années, Joaquin Garcia avait continué à percevoir son salaire annuel brut de 37 000 euros.

Ce fonctionnaire, aujourd'hui à la retraite, avait été nommé directeur technique sur les questions d'environnement au sein de l'administration et travaillait dans les locaux de la société municipale de traitement de l'eau, Aguas de Cadiz, depuis 1996.

Un expert de Spinoza

En 2010, les autorités décident d'offrir à Joaquin Garcia une plaque commémorative pour ses vingt ans de service. Mais elles se rendent compte qu’il n’occupe pas son bureau. Jorge Blas Fernández, maire de Cadix entre 1995 et 2015, appelle alors Aguas de Cadiz. "Ils m'ont dit qu'ils ne savaient rien de lui, qu'ils pensaient qu'il était revenu travailler dans les locaux de la mairie…"  témoigne-t-il dans le journal El Mundo.

Une enquête est ouverte. Selon le journal local Diario Sur, personne à la société de traitement de l'eau n'a vu cet agent à son poste de travail depuis 2004 "au moins". L'entourage de l'ingénieur justifie cet absentéisme dans El Mundo : chargé de superviser la station d'épuration de Cadix-San Fernando, en phase de construction et dont le chantier devait durer des années, le fonctionnaire se serait retrouvé avec "rien à faire" jusqu'en 2010.

Selon Le Figaro, les proches de Joaquin Garcia assurent que durant ces six ans, l'agent "se rendait bien au bureau chaque jour" mais qu'il n'aurait pas osé avouer son inactivité à son employeur, de peur d'être licencié. Pour tuer le temps, il aurait notamment passé ses journées à lire l'œuvre du philosophe Spinoza.