Elections en Espagne : la droite perd la majorité absolue, percée de Podemos, incertitude sur la coalition qui formera un gouvernement

Le parti populaire obtient 122 sièges, loin de la majorité absolue. Podemos est la troisième force politique, derrière les socialistes. C'est la fin du bipartisme. 

Le leader du parti anti-austérité Podemos, Pablo Iglesias, vote dans un bureau de Madrid pour les élections législatives, le 20 décembre 2015.
Le leader du parti anti-austérité Podemos, Pablo Iglesias, vote dans un bureau de Madrid pour les élections législatives, le 20 décembre 2015. (ANDREA COMAS / REUTERS)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Casse-tête en Espagne après les élections législatives, dimanche 20 décembre. Comme l'annonçaient les sondages, les conservateurs du Parti populaire sont arrivés premiers. Mais le PP, au pouvoir, est très loin la majorité absolue, avec 122 sièges quand il en faut 175, selon les résultats officiels publiés dimanche vers 23h45 et portant sur la quasi totalité des voix. Il ne pourra pas gouverner seul. Le parti socialiste arrive deuxième avec 91 sièges. Le parti anti-austérité Podemos effectue une forte percée et talonne en voix avec les socialistes, mais à cause du système électoral, n'obtient que 69 députés. Les centristes libéraux de Ciudadanos occuperont quant à eux 40 sièges.

Les tractations s'annoncent difficiles pour former un gouvernement. Le parti populaire revendique la victoire mais n'a pas la majorité absolue. L'idée de former une coalition socialistes-Podemos avec les petits partis catalans est envisageable sur le papier. Mais une réforme constitutionnelle autorisant la Catalogne à devenir indépendante ne passerait pas au Parlement ; le PP et Ciudadanos, résolument contre, ont une minorité de blocage. Ce qui pourrait dissuader les partis régionalistes de se joindre à une majorité de gauche. Pour compliquer le tout, les dirigeants de Ciudadanos ont annoncé qu'ils ne soutiendront ni Mariano Rajoy (PP) ni Pedro Sanchez (PSOE) pour devenir premier ministre. 

La fin du bipartisme. La percée de Podemos et Ciudadanos met en tous cas fin au bipartisme qui règne en Espagne depuis la fin de la dictature franquiste dans les années 1970. "Nous entrons dans une nouvelle ère pour notre pays", a déclaré le numéro deux de Podemos, Inigo Errejon, devant ses partisans lors d'un discours retransmis à la télévision.

Cinq années de crise. Près de 36 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes dans un pays traumatisé par cinq ans de crise et où encore un actif sur cinq est au chômage malgré la reprise économique qui a démarré fin 2013. Ce sera le principal défi du prochain gouvernement. 

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#ESPAGNE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ESPAGNE

23h57 : Ce live est terminé pour ce soir. Retrouvez l'intégralité des informations développées par francetv info sur notre page d'accueil. En voici l'essentiel.

Personne n'a gagné en Espagne : le Parti populaire (droite) arrivé en tête n'a pas de majorité, les partis de gauche (PSOE et Podemos) ne sont pas sûrs de s'entendre et les centristes de Ciudadanos boudent. Trouver une coalition s'annonce compliqué.

Grosse frayeur dans l'avion d'Air France qui reliait l'Ile Maurice à Paris. Un passage a découvert un objet suspect, qui s'est avéré une fausse bombe. L'appareil a été dérouté vers le Kenya, où l'enquête se poursuit.

• Abdelhamid Abaaouda passé quatre jours caché dans un buisson à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), après les attentats de Paris, révèle Le Parisien.

C'est la trêve pour la Ligue 1. C'est le moment de faire le bilan de mi-saison, et constater que derrière le PSG, intouchable, on assiste à un concours de médiocrité.

23h56 : On résume les résultats quasi-définitifs (99,2% des bulletins dépouillés) :

• en tête, le Parti populaire, avec 122 sièges, rate nettement la majorité absolue (176).

• le PSOE termine 2e, grâce à la loi électorale qui favorise les campagnes, et décroche 91 sièges.

• Podemos, qui a presque autant de voix que les socialistes, obtient 69 sièges.

• Petite déception pour le parti centriste Ciudadanos, qui obtient 40 sièges, en-dessous de ce que lui prédisaient les sondages.

23h50 : Pour Pedro Sanchez, leader des socialistes, les électeurs ont voté "pour la gauche et pour le changement". Ou comment tourner à son avantage une défaite historique pour son parti, pas si mal placé pour organiser une coalition.

23h41 : "Une nouvelle Espagne est née qui met fin au système de l'alternance entre PP et PSOE."

23h40 : J'espère que la cafetière tourne toujours car la nuit va être longue pour avoir les derniers résultats en Espagne. ;D

23h37 : Le ministère de l'Intérieur continue d'afficher la progression du dépouillement avec un rythme d'escargot asthmatique. Voilà comment je vis le fait que les bulletins dépouillés sont passés de 95 à 98,5% en trente minutes...





23h35 : @anonyme Sur le papier, c'est ce qui tiendrait mieux la route. Mais pour le PSOE, cela reviendrait à un suicide politique. Et le parti a réalisé le pire score de son histoire ce soir.

23h34 : La seule solution viable semble être la grande coalition PP et PSOE Qu'en pensez vous ?

23h11 : Es muy fácil: el primero ha perdido, el tercero ha ganado y el segundo puede ser presidente #ELPAIS20D

23h11 : Ah, je viens de trouver LE tweet qui résume les élections espagnoles : "c'est très simple : les premiers ont perdu, les troisièmes ont gagné, et les seconds pourraient avoir le premier ministre".

23h08 : Los dirigentes de Ciudadanos también confirman que votaran en contra de que Iglesias sea presidente, incluso si retira el referendum catalán

23h08 : Les dirigeants de Ciudadanos confirment qu'ils ne soutiendront ni Mariano Rajoy (PP) ni Pedro Sanchez (PSOE) pour devenir premier ministre. Ce qui complique encore un peu plus l'équation de l'éventuelle coalition.

23h04 : Les supporters de Podemos ne sont pas couchés : ils se massent très nombreux sur la place de la Reine Sophie, à Madrid. Le mouvement propose à ses supporters coincés chez eux un streaming pour communier (virtuellement) avec eux.

22h52 : Disappointing election result in Spain for the party 'Muerte al Sistema', down from 791 votes in 2011 to 296 this year (90% votes counted)

22h52 : A noter que le (minuscule) parti "Mort au système" enregistre un lourd revers électoral :-)

22h50 : Constitutional reform needs at least 60% of Spanish parliament. PP and Ciudadanos can block that. So Catalan deals tough, or impossible

22h50 : L'idée de former une coalition PSOE-Podemos + petits partis catalans, sur le papier envisageable, se complique quand on pense qu'une réforme constitutionnelle autorisant la Catalogne à devenir indépendante ne passerait pas au Parlement. Le PP et Ciudadanos, résolument contre, ont une minorité de blocage, note un journaliste du Guardian.

22h41 : 89,72% des bulletins ont été dépouillés selon le ministère de l'Intérieur. Si le quarté gagnant ne changera pas (1 - PP, 2- PSOE, 3- Podemos, 4- Ciudadanos), la question est de connaître leur nombre de sièges, qui peut tout changer pour une éventuelle coalition.

22h40 : Les résultats doivent être connus maintenant en Espagne

22h12 : @anonyme On en est à 75% des bulletins dépouillés. Le PP en tête avec 124 sièges, devant le PSOE 94, Podemos en compte 68 et Ciudadanos 36. Mais cela peut encore bouger à la marge.

22h11 : Que donnent les dernières estimations ?

22h01 : Purple rain in Barcelona #SpainElection #Podemos

22h01 : On voit nettement sur la carte des résultats de Barcelone que la ville est nettement violette, couleur de Podemos.

21h56 : Petite précision, sur le site du ministère de l'intérieur, pour avoir le total de Podemos, il faut additionner 4 listes (PODEMOS, EN COMÚ PODEM, COMPROMÍS-PODEMOS-ÉS EL MOMENT et EN MAREA).

21h51 : @anonyme Vous êtes peut-être sur le site du ministère de l'Intérieur ? Une petite moitié des bulletins ont été dépouillés, plutôt dans les régions rurales, qui sont restées fidèles au bipartisme. Attendons que tous les bulletins sont dépouillés : Podemos et Ciudadanos sont sensés réaliser de meilleurs scores dans les grandes villes.

21h49 : Je suis sur un site où je suis les résultats en direct et Podemos n'est donné qu'à 12% à égalité avec Ciudadanos ? Il y a t-il un écart conséquent entre les sondages sortis des urnes et les urnes ou il y a t-il une autre raison à cela ?

21h44 : Au catering du PSOE on sert du coca-cola, chez Podemos c du Pepsi.

21h44 : Voici l'information essentielle de la soirée électorale, la preuve que les deux partis de gauche sont irréconciliables :-)

21h42 : C'est moins la fête au PSOE, qui obtient le pire score de son histoire.






(REUTERS)

21h40 : Les supporters de Podemos sont aux anges.







(PEDRO ARMESTRE / AFP)

21h33 : Íñigo Errejón @ahorapodemos preveu una 'nit històrica' #EleccionesRTVE

21h33 : Le (juvénile) porte-parole de Podemos, Iñigo Errejón, annonce que "l'Espagne a déjà changé. : le bipartisme fait déjà partie du passé"

21h31 : @anonyme A brève échéance, c'est peu probable. D'abord car son parti est arrivé en tête, et peut essayer de bâtir une coalition - peut-être que les résultats définitifs seront un peu plus favorables que les sondages sortis des urnes. Ensuite, il pourra arguer que le Parlement est ingouvernable et appeler à de nouvelles élections.

21h29 : Au vu des résultats, Rajoy va-t-il annoncer sa démission ?

21h19 : Resultados con el 11% escrutado. App del recuento. #MiVotoCuenta #EleccionesGenerales2015 https://t.co/iwjugnpXBc

21h19 : Intéressante carte du site El Espanol qui détaille la couleur politique de chaque région espagnole.

21h16 : @clement-71 Le parti perdrait deux tiers de ses sièges, passant de 11 à 4 députés seulement.

21h16 : Outre Podemos, quel est le score de Izquierda Unida, la formation "historiques" de la gauche radicale ?

21h10 : Huge cheers among gathering crowd in Madrid that Podemos could be "the 2nd biggest political force in the country"

21h10 : Grosse ambiance en revanche au QG des supporters de Podemos, qui se sont rassemblés sur une place madrilène.

21h00 : Not many people gathered outside PP HQ Maybe it is the cheesy Christmas music blaring out the speakers.

21h00 : D'après cette journaliste, peu de militants se sont déplacés au siège du PP, où ne règne pas une ambiance de fête. Et ce malgré une sirupeuse musique de Noël crachée par les hauts-parleurs.

21h00 : "PP is the strongest force and the one chosen by the Spanish people" says @pablocasado_

20h59 : "Le parti populaire est la principale force politique, et celle choisie par les électeurs", réaffirme Pablo Casado, un ténor du PP. Un voeux pieux ?

20h57 : Spain elections - PP + PSOE:

1989: 65.4%

1993: 73.6%

1996: 76.4%

2000: 78.7%

2004: 80.3%

2008: 83.8%

2011: 73.4%

2015: <50%

#20D

20h57 : C'est aussi le pire score des deux partis historiques de l'Espagne, qui passent pour la première fois sous les 50%, tweete un journaliste du Guardian.

20h55 : Si les résultats se confirment, le PSOE ferait son pire score de son histoire avec environ 80 députés.

20h51 : Enfin Podemos donne un coup de pied dans ce bipartisme!

20h51 : Quelle chance en Espagne, pas de FN !

20h50 : A quand un parti similaire à Ciudadanos en France ?

20h50 : Pas de doute, pour vous, la démocratie, c'est mieux en Espagne.

20h49 : Un chiffre repéré par The Local :près de 92 000 personnes étaient mobilisées aujourd'hui pour assurer la sécurité du scrutin.Car l'Espagne a relevé son niveau d'alerte terroriste à 4 sur une échelle de 5.

20h41 : A noter que dans les "otros" du graphique passé dans ce live il y a 10 minutes figurent notamment les partis basques et catalans, qui rejoindront une éventuelle coalition contre des promesses d'autonomie, voire d'indépendance. Ils représentent une vingtaine de sièges.

20h38 : @anonyme La loi électorale espagnole est compliquée, mais en gros, le PSOE a mieux marché dans les campagnes, qui sont surreprésentées au Parlement, alors que Podemos a cartonné dans les grandes villes.

20h37 : Pourquoi Podemos, qui est crédité d'un pourcentage plus élevé que le PSOE, se retrouve avec un nombre de sièges plus faible ?

20h37 : Espagne : on se dirige vers une "chambre introuvable" comme sous la 3e republique en France

20h36 : On respire un grand coup après cette avalanche de chiffres, et on récapitule.

• Aucun parti n'a la majorité absolue. Il faut 176 sièges pour diriger seul le Parlement, et tous les partis en sont très loin : le Parti populaire (conservateur) est crédité de 114 à 118 sièges, le PSOE de 81 à 85, Podemos entre 76 et 80 et Ciudadanos (centre) entre 47 et 50.

• Trouver une coalition s'annonce ardu. Personne ne veut s'allier au parti conservateur. Et une alliance Podemos-PSOE n'aurait toujours pas de majorité absolue.

• Les partis traditionnels prennent cher. Même arrivé en tête, le PP perdu 17 points par rapport à la dernière élection, le PSOE 8.

20h29 : @Anonyme Les leaders des deux partis n'ont pas d'antagonisme personnel, mais c'est vrai que leurs programmes sont difficilement compatibles.

20h27 : Peut-on imaginer Podemos avec Cuidadanos dans la même coalition, vu les divergences politiques?

20h24 : #EleccionesGenerales2015 El PP ganaría, pero no podría gobernar con C´s, según los sondeos https://t.co/CWoReauNOM

20h24 : Histoire que vous mesuriez bien l'éclatement du Parlement espagnol (alors que c'était beaucoup plus simple avant), voici un aperçu du Parlement en mode avant/après.

20h21 : @anonyme Non, d'ailleurs Izquierda Unida, l'équivalent du parti de gauche en Espagne, chute lourdement de 11 à 4 députés.

20h20 : Le PC et les Verts étaient ils alliés avec Podemos ?

20h18 : La coalition la plus probable ne serait pas le PSOE avec Ciudanados et des petits partis ?

20h15 : A noter que le Parti populaire demeure en tête, mais perdrait 17 points par rapport à son score de 2011. C'est à peine mieux pour le PSOE, qui lâche 8 points en 4 ans.

20h14 : La seule coalition qui donnerait une majorité absolue confortable est PP + PSOE. Très improbable.

20h11 : @Anonyme Aucun des trois autres partis à plus de 15% ne veut s'allier avec les conservateurs. Mais une coalition allant de Ciudadanos à Podemos en englobant les socialistes paraît aussi improbable. Bref, les négociations s'annoncent longues, et les petits partis vont avoir un rôle à jouer.

20h10 : Quelles sont les coalitions possibles en Espagne vu qu'aucun parti n'a la majorité?

20h08 : Le site El Espanol avait compilé les sondages... qui prédisaient un effondrement de Podemos dans la dernière ligne droite. Si les sondages sortis des urnes se confirment, les enquêtes d'opinion se seraient trompés.


20h06 : Espagne : même avec le centre droit, le PP n'arrive pas a la majo absolue selon les premieres estimations, il lui faut donc d'autres alliés (source : TVE)

20h06 : PP + Ciudadanos wouldn't reach absolute majority according to polls. #SpainElection.

20h06 : Quatrième force politique du pays, Ciudadanos, le parti libéral de centre-droit, obtiendrait 15,2%, un peu moins bien que ce que lui prédisaient les sondages avant le scrutin. Leurs sièges ne permettraient pas à une coalition de droite d'avoir la majorité absolue.

20h04 : Les conservateurs sont crédités de 114 à 118 sièges. Il en faut 176 pour avoir la majorité absolue au Parlement.

20h03 : La deuxième place est très disputée entre Podemos et le PSOE, qui tournent autour de 21% des voix. Les sondages sont différents selon les chaînes de télévision.

20h02 : D'après les sondages sortis des urnes, les conservateurs l'emportent, mais n'ont pas la majorité absolue avec seulement 26,8% des voix.

19h59 : Si aucun vainqueur ne se dégage de cette élection, il y a une réelle possibilité que les Espagnols soient à nouveau appelés aux urnes, rappelle El Pais.

19h56 : @anonyme Si señor (o señora) ! Este aqui.

19h54 : Bonsoir ! Avez vous le lien du site du ministère de l'intérieur espagnol pour suivre les résultats en direct ? Merci.

19h53 : La palme du civisme pour ces législatives revient au hameau de Villaroya, qui a fermé son bureau de vote à 9h01 ce matin. Les six électeurs inscrits ont voté en un temps record, et tout le monde a pu passer une bonne journée, raconte le site Rioja 2. En 2011, le bureau de vote du village avait fermé à... 9h07.

19h11 : @Anonyme On aura une première idée avec les sondages sortie des urnes vers 20 heures. Vers 21h30, on aura des premiers résultats partiels.

19h10 : A quelle heure aura-t-on les résultats ?

19h09 : Cible privilégiée de Mariano Rajoy, le candidat conservateur (et premier ministre en exercice) : les plus de 60 ans, qui représentent 11 millions d'électeurs (un peu moins d'un tiers des inscrits). Il utilise l'exemple de la Grèce comme d'un repoussoir, et réaffirme qu'il ne fera pas d'"expérimentations" s'il est réélu.

18h51 : Histoire de compliquer un peu l'équation, Ciudadanos a catégoriquement exclu l'idée de gouverner avec le PP. Donc on pourrait avoir une coalition entre les partis minoritaires, comme PSOE-Ciudadanos ou PSOE-Podemos.

19h09 : @Anonyme De gauche à droite, vous avez :

- Podemos, gauche radicale, emmenée par leur leader au cheveux longs Pablo Iglesias

- le PSOE, le parti socialiste traditionnel, emmené par Pedro Sanchez

- Ciudadanos, le parti libéral de centre-droit, emmené par Albert Rivera.

- le PP, parti populaire conservateur, au pouvoir, mais qui devrait faire un score autour de 30% des voix, insuffisant pour gouverner seul.

18h50 : 4 partis politiques Quelles sont leurs orientation gauche centre droite ?

18h42 : Les candidats du PP et du PSOE ont débattu entre eux à la télévision, mais ont refusé de partager l'estrade avec les deux petits nouveaux. Ciudadanos et Podemos ont débattu ensuite, sur une chaîne moins importante. Mais la conversation courtoise a servi les deux challengers plus que les tauliers, qui se sont échangés des noms d'oiseaux, note Libération.

18h34 : La participation à 18h30 en Espagne s'élève à 58,38%. C'est plus qu'en 2011, d'après le site du ministère de l'Intérieur.

18h34 : Dans les commentaires, @mtrb nous signale que la participation pour les législatives en Espagne est en hausse.

18h02 : 18 heures, le temps de faire le point sur l'actualité de ce dimanche soir.

H-2 pour connaître le rapport de force politique en Espagne. Quatre formations (le PP conservateur, le PSOE, les centristes de Ciudadanos et la gauche radicale de Podemos) sont dans un mouchoir. Gouvernement de coalition à prévoir.

Grosse frayeur dans l'avion d'Air France qui reliait l'Ile Maurice à Paris. Un passage a découvert un objet suspect, qui s'est avéré une fausse bombe. L'appareil a été dérouté vers le Kenya, où l'enquête se poursuit.

• Abdelhamid Abaaoud a passé quatre jours caché dans un buisson à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), après les attentats de Paris, révèle Le Parisien.

Le Nord-Pas-de-Calais est très fier de sa Miss France, sa deuxième en deux ans. A Stenvorde, ville d'Iris Mittenaere, l'euphorie n'est pas retombée.

17h15 : Grosse ambiance dans les slogans des partis espagnols, en ce jour d'élection. Le parti centriste Ciudadanos a pour mot d'ordre : "tout changer sans rien casser". Mariano Rajoy et le Parti populaire (droite) veulent calmer les ardeurs des petits partis qui montent. Leur slogan : "Espana en serio", autrement dit, ne confiez pas votre pays à des amateurs.



(JUAN MEDINA / REUTERS)

17h18 : Qui a dit que la politique n'était pas sexy ? Le leader du parti centriste Ciudadanos, Albert Rivera, n'a pas hésité à faire tomber le haut et le bas pour prôner la transparence, quand il a créé son parti en 2006. Je ne résiste pas à l'envie de vous partager la photo.





16h00 : Voici les principaux titres d'actualité à 16 heures.

Fausse alerte Un avion d'Air France a été dérouté vers le Kenya après la découverte d'un colis suspect dans les toilettes de l'appareil. Il s'agissait d'un engin factice. Deux personnes ont été interpellées.

Les législatives en Espagne s'annoncent très ouvertes. La participation était de 37% à 14 heures 30. Le bipartisme pourrait voler en éclat. Faites connaissance avec Podemos et Ciudadanos, les trublions de la vie politique espagnole.


Abdelhamid Abaaoud a passé quatre jours caché dans un buisson à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), après les attentats de Paris, révèle Le Parisien. Par ailleurs, les terroristes étaient en contact avec des complices en Belgique pendant l'attaque.

Le doublé pour le Nord-Pas-de-Calais : Iris Mittenaere, Miss Nord-Pas-de-Calais, est sacrée Miss France 2016 et succède à Camille Cerf.


14h47 : Selon la secrétaire d'Etat, citée par El Pais, la participation à 14 heures 30 est de 37%, soit un score similaire aux dernières élections en 2011. Par ailleurs, la participation est en hausse à Madrid, alors qu'elle recule aux Canaries. Pour rappel, en Espagne les bureaux de vote ferment à 20 heures.

14h47 : Quel était le taux de participation à la mi-journée en Espagne s'il vous plaît ?

12h46 : Bonjour @cyclo_ecolo. Ma collègue Marie-Violette, qui a travaillé sur le sujet, me souffle les réponses. Le vote est organisé par circonscriptions qui correspondent aux 50 provinces du pays. Il y a 350 sièges à pourvoir au congrès des représentants et 208 membres du Sénat. Mais pour former un gouvernement, seules les voix au congrès des représentants sont prises en compte. Le chef du parti ou de la coalition majoritaire sera nommé Premier ministre.

12h46 : Bonjour Carole et Marie-Violette. Pouvez-vous nous expliquer le mode de scrutin espagnol ? Est-ce une proportionnelle par région ? Ou des circonscriptions avec un seul siège pour le gagnant ? Un seuil à passer pour avoir des sièges ?

15h13 : Voici les principaux titres d'actualité à midi.

Un avion d'Air France a été dérouté vers le Kenya après la découverte d'un colis suspect à bord. Tous les passagers et membres d'équipage ont été évacués. Le colis est en cours d'inspection

Abdelhamid Abaaoud a passé quatre jours caché dans un buisson à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), après les attentats de Paris, révèle Le Parisien. Par ailleurs, les terroristes étaient en contact avec des complices en Belgique pendant l'attaque.

Le doublé pour le Nord-Pas-de-Calais : Iris Mittenaere, Miss Nord-Pas-de-Calais, est sacrée Miss France 2016 et succède à Camille Cerf.

C'est le jour J des législatives en Espagne, qui s'annoncent très ouvertes. Le bipartisme pourrait voler en éclat. Faites connaissance avec Podemos et Ciudadanos, les trublions de la vie politique espagnole.

11h19 : Mariano Rajoy se fotografía con varias personas a la salida del colegio https://t.co/uoYEtcA8dA #ELPAíS20D

11h18 : Le chef du gouvernement espagnol vient de voter. Après avoir voté à Madrid, Mariano Rajoy se rendra à Gênes en Catalogne.

09h53 : Bonjour @anonyme, les bureaux de vote sont ouverts en Espagne jusqu'à 20 heures pour ces élections législatives. Je ne sais pas encore quand est-ce que seront données les premières estimations. Je me renseigne ! Une chose est sûre, vous pourrez les suivre dans ce direct avec mon collègue Pierre Godon.

09h52 : Bonjour ! À quelle heure les bureaux de vote ferment-ils et quand aurons-nous les premières estimations ? Merci.

09h46 : "Hay un ambiente cambio, un cambio para reforzar la democracia", dice @ManuelaCarmena después de votar #ELPAIS20D

09h47 : La maire de Madrid vient de voter. Elle souhaite un "changement pour renforcer la démocratie". Manuel Carmena a été, elle-même, élue en juin dernier à la tête d'une plate-forme citoyenne, Ahora Madrid, regroupant notamment des militants de Podemos.

09h11 : Les Espagnols sont appelés aux urnes aujourd'hui, pour élire leurs 350 députés. Mais les quatre principaux partis s'annoncent difficiles à départager. Je vous donne quatre raisons de vous intéresser à ce scrutin plein de suspense.



(JAVIER SORIANO / AFP)

09h08 : DIRECTO #ELPAÍS20D https://t.co/2xoiDZHq3n Abren los colegios electorales para 36.510.952 votantes

09h08 : Plus de 36 millions d'électeurs sont appelés aux urnes, en Espagne, pour élire leurs députés, comme le rappelle le quotidien espagnol.

09h04 : Ouverture des bureaux de vote pour les élections législatives.

09h46 : Voici les principaux titres d'actualité à neuf heures.

Abdelhamid Abaaoud a passé quatre jours caché dans un buisson à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), après les attentats de Paris, révèle Le Parisien. Par ailleurs, les terroristes étaient en contact avec des complices en Belgique pendant l'attaque.

Le doublé pour le Nord-Pas-de-Calais : Iris Mittenaere, Miss Nord-Pas-de-Calais, est sacrée Miss France 2016 et succède à Camille Cerf.

L'état de grâce, c'est fini. La cote de popularité de François Hollande et Manuel Valls repart à la baisse. Les vainqueurs des régionales, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, grimpent en flèche.

C'est le jour J des législatives en Espagne, qui s'annoncent très ouvertes. Le bipartisme pourrait voler en éclat. Faites connaissance avec Podemos et Ciudadanos, les trublions de la vie politique espagnole.