Un visage et un nom pour les victimes des attentats en Catalogne

Des grands-parents, des parents, un petit garçon de trois ans... Franceinfo résume ce que l'on sait des personnes tuées à Barcelone et à Cambrils, jeudi.

Quinze personnes sont mortes dans les attentats en Catalogne, survenus le 17 août 2017.
Quinze personnes sont mortes dans les attentats en Catalogne, survenus le 17 août 2017. (DR)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Quinze morts. C'est le bilan des deux attaques au véhicule bélier survenues jeudi 17 août à Barcelone, puis à Cambrils, en Espagne. Les victimes, parmi lesquelles des hommes et des femmes de tout âge, sont de 35 nationalités différentes. Eléments de portraits.

>> Attentats en Catalogne : suivez l'évolution de l'enquête dans notre direct

Julian Cadman, un petit garçon de 7 ans

Il était porté disparu depuis l'attentat de Barcelone. La Protection civile de Catalogne a confirmé, dimanche 20 août, la mort de Julian Cadman, un Australo-Britannique âgé de 7 ans. Le petit garçon, originaire de Sydney, avait été séparé de sa mère au moment de l'attaque à la camionnette sur la Rambla. Jom Cadman, sa mère, a été hospitalisée, d'après le Sydney Morning Herald (en anglais). Le père avait immédiatement pris un avion pour rejoindre sa famille, d'après le site du journal australien.

Selon la presse catalane, l'identification du corps de l'enfant a tardé car sa mère, grièvement blessée dans l'attentat, n'était pas en mesure de le faire. La police a donc attendu l'arrivée du père du petit garçon. La BBC (en anglais) a pu joindre la famille du petit Julian. "Nous garderons en mémoire ses sourires et chérirons sa mémoire dans nos cœurs", a-t-elle déclaré. Sa famille a ajouté, dans un communiqué : "Julian nous a tristement été arraché. Il était si énergique, drôle et taquin, nous donnait toujours le sourire."

Julian Cadman, une garçon australo-britannique de 7 ans, est mort lors de l\'attentat de Barcelone (Catalogne, Espagne), jeudi 17 août.
Julian Cadman, une garçon australo-britannique de 7 ans, est mort lors de l'attentat de Barcelone (Catalogne, Espagne), jeudi 17 août. (TONY CADMAN / FACEBOOK)

Francisco López Rodríguez, un Espagnol de 57 ans

Francisco López Rodríguez, alias "Paco", un tourneur-fraiseur de 57 ans, a été le premier Espagnol à être identifié, rapportent plusieurs médias (lien en espagnol). L'homme qui vivait à Rubí, près de Barcelone, était marié à Roser, elle aussi blessée durant l'attaque. Le couple se promenait sur La Rambla avec sa nièce et les deux enfants de celle-ci.

Originaire de Lanteira (province de Grenade), une localité andalouse d'à peine 700 habitants, la famille de Francisco López Rodríguez a émigré en Catalogne au début des années 1960, rapporte El Pais (en espagnol). "Il n'avait que 3 ans à l'époque. Son père avait travaillé dans les champs, puis à la mine, mais quand celle-ci a fermé, la famille a décidé de partir pour Barcelone, a expliqué l'un des cousins de Francisco López Rodríguez à El Pais. C'était une personne formidable."

Un enfant de 3 ans, petit-neveu de Francisco López Rodríguez

Le petit garçon de 3 ans, dont l'identité n'a pas été révélée, est le petit-neveu de Francisco López Rodríguez. Il se promenait avec sa mère, sa grand-tante et son grand-oncle sur La Rambla au moment de l'attaque. Sa mère a été grièvement blessée.

Pepita Codina, une Espagnole de 75 ans

La femme, qui marchait sur La Rambla avec sa fille lorsque la camionnette a déboulé, est décédée à 75 ans des suites de ses blessures à l'hôpital de la mer, à Barcelone. Sa fille a été blessée dans l'attentat. Pepita Codina était originaire de Sant Hipòlit de Voltregà, près de Barcelone. Le maire de la commune s'est dit "très affecté" par la mort de l'habitante, rapporte La Vanguardia (lien en espagnol).

"Elle était très gentille. Ici les gens l'aimaient bien", décrit un voisin de Pepita Codina à El Pais (en espagnol). Sur la place du village, un espace a été mis en place pour lui rendre hommage, d'après le site du journal.

Silvina Alejandra Pereyra, une Argento-Espagnole de 40 ans

Née en Argentine à la fin des années 1970 de parents boliviens, elle était la plus jeune fille d'une famille nombreuse, rapporte le site argentin Diario Popular (lien en espagnol)Silvina Alejandra Pereyra avait émigré à Barcelone il y a dix ans, d'après El Pais (lien en espagnol), où elle travaillait au marché de La Boquería, le plus vieux de la ville, connu pour ses produits frais et situé sur La Rambla. "Elle venait toujours au travail avec le sourire", se souvient un collègue.

Des proches lui ont rendu hommage, lisant des textes en sa mémoire, comme le montre le site du média argentin Perfil (lien en espagnol). Ils ont également observé une minute de silence. 

Ana María Suárez López, une Espagnole de 67 ans

Il s’agit de l'unique victime morte à Cambrils. Elle a succombé à ses blessures vendredi à l'hôpital Jean XXIII de Tarragona. Agée de 67 ans, elle résidait près de Saragosse, dans le nord du pays, assure Heraldo (lien en espagnol). Elle était de passage à Cambrils avec son mari, sa sœur et d'autres personnes originaires de sa région pour fêter l'anniversaire de son mari, précise El Mundo (en espagnol)"Ils venaient de dîner dehors et se promenaient", explique le journal.  

"C'était une personne formidable", a déclaré un cousin de son mari. Ana María Suárez López sortait d'une opération et avait vaincu le cancer, d'après El Mundo.

Elke Vanbockrijck, une Belge de 44 ans

Elle était originaire de Tongres, dans l'est de la Belgique, où elle était employée du service postal. Elle se trouvait à Barcelone avec son mari, policier à Bruxelles, et leurs deux enfants de 10 et 13 ans, selon Sud info. "Ils étaient partis en voiture et comptaient rester une grosse semaine à Barcelone, raconte la belle-mère de la quadragénaire au site belge. Ils avaient passé une nuit à Nîmes et Elke m’envoyait un SMS tous les jours. Pour dire que tout se passait bien, qu’il faisait chaud et que c’était beau."

Le jour de l'attaque, son mari et ses deux fils ont été emportés par la foule dans un magasin. Ils sont sains et saufs, rapporte El Pais.

Elke Vanbockrijck.
Elke Vanbockrijck. (FACEBOOK)

Luca Russo, un Italien de 25 ans

Cet ingénieur vivait au pied des montagnes des Dolomites, dans le nord-est de l'Italie. Il travaillait depuis peu dans une entreprise de réfrigération, après avoir obtenu il y a un an un diplôme d'ingénieur à Padoue. Il était en vacances à Barcelone avec sa petite amie, Marta Scomazzon, qui figure parmi les trois Italiens blessés. 

"Nous étions en train de marcher ensemble. Nous sommes tombés sous le fourgon, et je me suis rendu compte que Luca n'était pas là. (...) Son corps avait été balayé", a expliqué Marta Scomazzon à l'agence de presse Ansa, note La Vanguardia (lien en espagnol).

"Nous sommes tous choqués", a expliqué sa sœur, Chiara Russo, au Corriere del Veneto (en italien). "Il était heureux, en vacances comme tout le monde, sauf que les autres reviennent, pas lui", a-t-elle ajouté.

Le jeune ingénieur était en vacances à Barcelone avec sa petite-amie, blessée durant l\'attaque. Capture d\'écran
Le jeune ingénieur était en vacances à Barcelone avec sa petite-amie, blessée durant l'attaque. Capture d'écran (LUCA ROSSO / FACEBOOK)

Bruno Gulotta, un Italien de 35 ans

Résidant à Legnano, près de Milan, l'Italien était un responsable des ventes et du marketing de l'entreprise Tom's Hardware"Notre collègue et ami Bruno Gulotta a été renversé et tué par un terroriste infâme au cœur de Barcelone, a rapporté vendredi l'entreprise sur son site internetBruno était une référence pour tous ceux qui l'ont connu", ajoute l'entreprise, soulignant "sa gentillesse et son professionnalisme". Un compte Paypal a été créé par ses collègues pour recueillir des dons pour la famille de Bruno. 

Selon sa compagne, Martina, il a été heurté de plein fouet alors qu'il tenait la main de leur fils Alessandro, 5 ans. Elle portait leur fille Aria, 1 an, mais a réussi à tirer l'aîné pour le sauver, précisent des médias italiens. Selon La Repubblica (lien en italien), la famille avait fait escale à Cannes, dans le sud de la France, avant de rejoindre Barcelone. Ils venaient de s'installer dans leur location et se promenaient lors de l'attaque. "Dans ces moments-là, on se sent complètement vides", a réagi le père de la victime dans La Repubblica. "Sa femme et les enfants vont bien", a-t-il précisé.

Le père de famille italien était un responsable des ventes et du marketing de l\'entreprise Tom\'s Hardware (capture d\'écran).
Le père de famille italien était un responsable des ventes et du marketing de l'entreprise Tom's Hardware (capture d'écran). (BRUNO GULETTA / FACEBOOK)

Carmen Lopardo, une Italo-Argentine de 80 ans

La femme est décédée après l'attaque de Barcelone, a annoncé samedi le ministère des Affaires étrangères argentin. La femme de 80 ans était à Barcelone en vacances, rapporte La Vanguardia

Née dans le petit village italien de Sasso di Castalda, dans le sud du pays, Carmen Lopardo avait déménagé à Buenos Aires (Argentine) à l'âge de 13 ans, d'après El Pais. "Elle y était restée jusqu'à cet été, se décidant à participer à un voyage organisé passant par Barcelone", détaille le journal.

Une Portugaise de 74 ans et sa petite-fille de 20 ans

Une femme de 74 ans, résidant dans la région de Lisbonne, a également été tuée sur La Rambla. Sa petite-fille de 20 ans, qui se trouvait avec elle, est également décédée, a annoncé samedi le Premier ministre, Antonio Costa. La jeune femme était portée disparue depuis jeudi. Les deux femmes passaient des vacances à Barcelone et séjournaient dans un hôtel près de La Rambla.

Ian Moore Wilson, un grand-père canadien

Ian Moore Wilson, marié depuis cinquante-trois ans à Valérie Wilson, était le père d’une policière de Vancouver, la sergent-cheffe Fiona Wilson. Le couple était en vacances à Barcelone. Valérie Wilson a également été blessée par la camionnette sur La Rambla.

Leur fille Fiona a publié un communiqué, dans lequel elle décrit un homme "compatissant, généreux, aventureux, et toujours prêt pour un débat animé, un bon livre ou explorer de nouveaux lieux". Elle rappelle que l'homme "voudrait que ceux qui l'entourent se concentrent sur les actes extraordinaires de bonté humaine que notre famille a connu ces derniers jours". Elle raconte en effet que des inconnus ont aidé sa famille juste après l'attaque. "Des personnes sont restées avec M. Wilson jusqu'à qu'un inconnu l'emmène à l'hopital" sur son scooter, rapporte le Telegraph (en anglais).

La fille de Ian Moore Wilson parle aussi d’un vide immense : "Il a été désespérément aimé par nous tous et il nous manquera beaucoup". 

Jared Tucker, un Américain de 42 ans

La mort de Jared Tucker a été confirmée vendredi après-midi par le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson. L'homme était originaire de Walnut Creek, en Californie et passait des vacances en Europe avec sa femme, Heidi Nunes, pour célébrer leur premier anniversaire de mariage, rapporte le Guardian (lien en anglais). Avant de s'arrêter à Barcelone, ils étaient passés par Paris et Venise, raconte El Pais.

"J'ai été poussée à l'intérieur d'un magasin de souvenirs et je suis resté cachée pendant que tout le monde continuait à courir, en hurlant", a raconté à NBC News la femme de Jared Tucker. Son père, Daniel Tucker, qui tenait avec son fils un commerce familial de piscines, a déclaré au New York Daily News : "Je ne sais plus quoi dire. Tout le monde l'aimait."

Pau Pérez Villan, un Espagnol de 34 ans

Dans un premier temps, sa mort n'avait pas été liée aux attentats. Jeudi, trois heures après l'attaque sur La Rambla, une Ford Focus force un contrôle de police, blessant une policière. Les agents ouvrent le feu sans parvenir à l'arrêter. Peu après, quelqu'un est aperçu partant en courant du véhicule, retrouvé à Sant Just Desvern, près de Barcelone. A bord se trouve le cadavre de Pau Pérez Villan. 

Dans un premier temps, les policiers croient qu'il a été tué par les tirs, après avoir foncé sur le barrage. Mais l'autopsie révèle qu'il n'y a "aucun impact de balles sur son corps", a expliqué le chef de la police catalane dimanche. En réalité, il a été blessé mortellement à l'arme blanche.

Les enquêteurs ont fini par établir que c'est Younès Abouyaaqoub, l'auteur de l'attaque de Barcelone, toujours en fuite, qui avait dérobé la voiture de Pau Pérez Villan et tué ce dernier. Le responsable catalan de l'Intérieur, Joaquim Forn, l'a annoncé lundi, relevant donc le bilan des attentats à 15 morts.

Pau Pérez Villan résidait à Vilafranca del Penedès, à une cinquantaine de kilomètres de Barcelone. Il était employé dans une entreprise barcelonaise, après avoir travaillé dans l'humanitaire à l'étranger.