DIRECT. Attentats en Catalogne : deux suspects ont été écroués, un troisième reste en liberté

Les suspects ont comparu devant l'Audience nationale, le tribunal chargé des affaires de terrorisme.

Des policiers catalans devant La Rambla à Barcelone, le 20 août 2017. 
Des policiers catalans devant La Rambla à Barcelone, le 20 août 2017.  (MATTHIAS BALK / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Les quatre suspects interpellés à la suite des attentats en Catalogne ont été mis en examen, indique une source judiciaire à l'AFP, mardi 22 août. Ils sont notamment inculpés d'"appartenance à une organisation terroriste, assassinats terroristes, possession d'explosifs", selon cette même source.

Deux suspects écroués, un en liberté, le dernier en garde à vue. Deux membres présumés de la cellule jihadiste ont été placés en détention et un troisième a été laissé libre sous contrôle judiciaire, précise une source judiciaire à l'AFP. Le juge a estimé que les indices contre ce troisième suspect étaient faibles. Le magistrat s'est aussi laissé trois jours pour enquêter et décider s'il libère le quatrième suspect.

Un attentat de plus grande envergure était en préparation. L'un des quatre suspects encore en vie des attentats en Catalogne, Mohamed Houli Chemlal, a reconnu devant un juge que la cellule préparait un attentat de plus grande envergure.

Un nouveau bilan officiel a été dévoilé par le quai d'Orsay. 32 Français ont été blessés dans les attentats de Barcelone et Cambrils, 12 sont toujours hospitalisés, dont 3 dans un état grave. Les premiers rapatriements ont eu lieu. Par ailleurs, 4 000 appels ont été passés au centre de crise mis en place par le quai d'Orsay à Paris, précise le ministère des Affaires étrangères.

Younès Abouyaaqoub a été abattu après avoir crié "Allah akbar". Ses empreintes digitales ont confirmé son identité. Ce Marocain ayant grandi en Espagne est tenu pour responsable de la mort de 14 des 15 victimes des attentats.

< Abdelbaki Es Satty est mort dans l'explosion de la maison à Alcanar. Le corps de cet imam, soupçonné d'être à l'origine de la radicalisation de la bande de jeunes auteurs des attaques, a été identifié dans ce logement où il aurait manipulé des explosifs.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#CATALOGNE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CATALOGNE

23h30 : Vous avez peut-être lu un peu vite. Nous avons écrit, dans ce direct, que les quatre suspects avaient été inculpés, c'est à dire mis en examen. Seulement deux d'entre eux ont été écroués, donc placés en détention, comme nous l'avons appris plus tard dans la soirée.

23h27 : Pourquoi alors avoir écrit plus tôt que les 4 suspects etaient écroués ???!!!

23h16 : Le magistrat se laisse par ailleurs trois jours pour décider s'il libère le quatrième suspect, Salh El Karib. Cet homme de Ripoll, la petite ville catalane d'où viennent la plupart des suspects, est soupçonné d'avoir acheté des billets d'avion pour deux des membres de la cellule. Le juge attend, pour se décider, le résultat de perquisitions qui sont encore en cours en Catalogne.

22h54 : Mohamed Aalla reste toutefois inculpé, comme les trois autres suspects, pour "appartenance à une organisation terroriste, assassinats terroristes, possession d'explosifs".

22h54 : La justice espagnole a donné en détail les raisons pour lesquelles Mohamed Aalla, l'un des suspects inculpés, est laissé libre sous contrôle judiciaire, après sa garde à vue. Il s'agit du propriétaire d'une voiture utilisée lors du second attentat à Cambrils. Il n'y a pas à ce stade concernant cet homme, "d'indices permettant d'établir sa participation aux faits, en dehors de la propriété (du véhicule) de nature formelle", écrit le juge Fernando Andreu.

22h04 : Le juge a estimé que les indices contre ce troisième suspect étaient faibles, même s'il est inculpé pour "appartenance à une organisation terroriste, assassinats terroristes, possession d'explosifs". Le magistrat s'est aussi laissé trois jours pour enquêter et décider s'il libère le quatrième suspect.

22h03 : Deux des suspects des attaques en Catalogne ont été écroués, un troisième reste libre, sous contrôle judiciaire, selon l'AFP et Reuters, qui citent une source judiciaire.

18h39 : Les quatre hommes ont été présentés à un juge en charge de l'enquête sur les attentats qui ont fait 15 morts, jeudi et vendredi, en Catalogne. Ils ont été mis en examen pour assassinats de nature terroriste, selon l'AFP, qui cite une source judiciaire.

18h33 : Les quatre suspects des attentats en Catalogne ont été inculpés d'assassinats terroristes.

18h13 : Voici un nouveau point sur l'actualité de ce mardi après-midi :

• La cellule terroriste démantelée après les attentats en Catalogne projetait des attaques de bien plus grande envergure contre des monuments à Barcelone, dont la Sagrada Familia. C'est ce qu'a confié l'un des quatre terroristes interrogés par la justice espagnole, à Madrid. Suivez notre direct.

Le FC Barcelone annonce avoir déposé une plainte contre Neymar. Son ancien club lui réclame la restitution d'une partie d'une prime versée à l'attaquant avant son transfert au PSG, ainsi que 8,5 millions d'euros de dommages et intérêts.

• Trois enfants d'une même famille ont été sauvés après être restés plusieurs heures sous les décombres à Ischia. L'île a été frappée hier soir par un tremblement de terre qui a fait deux morts et occasionné de nombreux dégâts.


Les joueuses de l'équipe de France de rugby s'attaquent à un défi de taille, ce soir, en affrontant l'Angleterre en demi-finale de Coupe du monde. Une rencontre à suivre en direct sur France 2.

17h14 : Douze des 32 blessés français dans les attentats de Barcelone et Cambrils sont toujours hospitalisés à Barcelone, indique le Quai d'Orsay. Trois d'entre eux sont toujours dans un état grave.

16h34 : Selon le journal El Mundo, Mohamed Houli Chemlal, le terroriste blessé dans l'explosion d'un appartement à Alcanar la veille de l'attentat de Barcelone, a indiqué que la cellule projetait un attentat contre la Sagrada Familia et d'autres monuments de Barcelone.

16h32 : L'un des suspects des attentats en Catalogne affirme devant la justice que la cellule terroriste préparait un attentat de plus grande envergure.

16h00 : Comment Younes Abouyaaqoub, traqué par la police après l'attentat de Barcelone, s'est-il retrouvé à Subirats, où il a été abattu ? Selon le quotidien La Vanguardia, les enquêteurs émettent l'hypothèse qu'il ait parcouru 34 kilomètres à pied, entre Sant Just Desvern, où a été retrouvée la voiture qui lui a permis de prendre la fuite, et Subirats. Avant d'être abattu, il errait sale, sans sac à dos, ni téléphone, ni argent, seulement en possession de trois armes blanches, détaille le journal.

15h09 : Voici un nouveau point sur l'actualité de ce mardi après-midi :

• Les quatre survivants de la cellule terroriste, sur 12, sont arrivés au tribunal, à Madrid, pour être présentés à la justice espagnole. Franceinfo a rencontré certains de leurs proches, dans la ville de Ripoll.


• C'est la dernière ligne droite. L'ultime round de négociations avec les partenaires sociaux autour des ordonnances réformant le Code du travail s'ouvre aujourd'hui. Ces textes doivent être présentés officiellement le 31 août.


• Donald Trump a exclu cette nuit tout retrait des troupes américaines d'Afghanistan et ouvert la porte à l'envoi de renforts. Le président américain n'a cependant annoncé aucun chiffre de soldats supplémentaires.

• Un séisme de magnitude 4 a frappé l'île touristique d'Ischia, au large de Naples (Italie), faisant au moins deux morts. Une fratrie de trois enfants, ainsi que leur père, ont pu être sortis des décombres plusieurs heures après le drame.

12h07 : Il est un peu plus de midi, voici le point sur l'actualité :

• Les quatre survivants de la cellule terroriste, sur 12, sont arrivés au tribunal, pour être présentés à la justice espagnole. Franceinfo a rencontré certains de leurs proches, à Ripoll.


• C'est la dernière ligne droite. L'ultime round de négociations avec les partenaires sociaux autour des ordonnances réformant le Code du travail s'ouvre aujourd'hui. Ces textes doivent être présentés officiellement le 31 août.


• Donald Trump a exclu cette nuit tout retrait des troupes américaines d'Afghanistan et ouvert la porte à l'envoi de renforts. Le président américain n'a cependant annoncé aucun chiffre de soldats supplémentaires.

• Un séisme de magnitude 4 a frappé l'île touristique d'Ischia, au large de Naples (Italie), faisant au moins deux morts. Un enfant est toujours sous les décombres, ses deux frères ont été secourus.

11h44 : Voici quelques uns des sujets sur lesquels travaillent mes collègues aujourd'hui :

• Elise Lambert va vous expliquer pourquoi les enclaves de Ceuta et Melilla sont au coeur des réseaux jihadistes en Espagne.

• Pierre Godon prépare un portrait de Conor Mc Gregor, l'un des protagonistes de l'énième "combat du siècle".

• Valentine Pasquesoone se penche sur ce qu'il reste des actions d'Act Up dans la vie des séropositifs aujourd'hui.

10h56 : Depuis l'attentat, le centre de crise du quai d'Orsay a reçu plus de 2700 appels, indique le gouvernement dans un communiqué. Pour assurer la prise en charge des victimes, la déléguée interministérielle à l'aide aux victimes réunit les associations et le fonds de garantie cet après-midi.

09h15 : Il est 9 heures, voici le point sur l'actualité :

• Les quatre survivants de la cellule terroriste, sur 12, sont arrivés au tribunal, pour être présentés à la justice espagnole. Franceinfo a rencontré certains de leurs proches, à Ripoll.


• C'est la dernière ligne droite. L'ultime round de négociations avec les partenaires sociaux autour des ordonnances réformant le Code du travail s'ouvre aujourd'hui. Ces textes doivent être présentés officiellement le 31 août.


• Donald Trump a exclu cette nuit tout retrait des troupes américaines d'Afghanistan et ouvert la porte à l'envoi de renforts. Le président américain n'a cependant annoncé aucun chiffre de soldats supplémentaires.

• Un séisme de magnitude 4 a frappé l'île touristique d'Ischia, au large de Naples (Italie), faisant au moins deux morts. Deux enfants sont toujours sous les décombres.

08h53 : Les quatre survivants de la cellule terroriste (sur 12) sont arrivés au tribunal, pour être présentés à la justice espagnole.

08h44 : Sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb confirme que la voiture des terroristes a été flashée dans l'Essonne il y a dix jours. "L'enquête n'a pas encore montré pourquoi" ils passaient là, a-t-il précisé.

07h07 : C'est la ville des terroristes de Catalogne. Notre journaliste Raphaël Godet s'est rendu à Ripoll (Espagne), à la rencontre de leurs proches.



(RAPHAEL GODET / FRANCEINFO)

06h55 : Il est soupçonné d'avoir fait basculer plusieurs jeunes de Ripoll dans le jihadisme. Ancien trafiquant de drogue, l'imam Abdelbaki Es Satty a été tué à Alcanar la semaine dernière, selon la police espagnole, lors de l'explosion accidentelle de la maison utilisée par les terroristes pour fabriquer des bombes. Quel est son rôle exact dans les attentats de Catalogne ? Voici son portrait.