Barcelone : une grande marche contre la peur, mais non sans quelques divisions

Des roses rouges, jaunes et blanches – aux couleurs de la ville – étaient distribuées aux participants, qui scandaient "No tenim por", "Je n'ai pas peur" en catalan. Un message d'unité accompagné d'une mobilisation des indépendantistes. 

Des manifestants dans les rues de Barcelone, samedi 26 août 2017. 
Des manifestants dans les rues de Barcelone, samedi 26 août 2017.  (PAU BARRENA / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Selon la police barcelonaise, ils étaient 500 000, tous unis contre le terrorisme. Neuf jours après les attentats qui ont fait 15 morts en Catalogne, les manifestants qui ont défilé dans les rues de Barcelone, samedi 26 août, n'ont pas hésité à afficher leurs divergences.

Dans cette région où les indépendantistes sont puissants, les pancartes hostiles à la monarchie ou encore au gouvernement conservateur de Mariano Rajoy ont parsemé l'imposant cortège. Et ce, malgré les appels à l'unité lancés notamment par la maire de Barcelone, comme a relevé un journaliste d'Europe 1 sur place. 

Des drapeaux et slogans indépendantistes 

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, avait appelé vendredi "tout le monde à participer" à cette manifestation organisée par le gouvernement catalan et la mairie de Barcelone. "Avec toute la société catalane et toute l'Espagne, nous redonnerons un message d'unité et de rejet du terrorisme et d'affection pour la ville de Barcelone", avait assuré le dirigeant conservateur, plutôt accusé jusqu'alors de jeter de l'huile sur le feu des dissensions avec le gouvernement séparatiste de Catalogne.

Alors que le torchon brûle depuis des mois entre le gouvernement espagnol et la région de Catalogne, de nombreux manifestants s'étaient ainsi munis de drapeaux indépendantistes catalans. Sur les pancartes, les slogans reprochaient à l'Etat espagnol de vendre des armes à des pays comme l'Arabie saoudite, accusés de liens avec l'islamisme radicale. "Vos politiques, nos morts", criaient-ils, en dénonçant le fait que Madrid espère vendre prochainement cinq navires de guerre à Ryad.

Des banderoles lors de la manifestation organisée dans les rues de Barcelone, samedi 26 août 2017. 
Des banderoles lors de la manifestation organisée dans les rues de Barcelone, samedi 26 août 2017.  (JUAN MEDINA / REUTERS)

La marche unitaire a toutefois marqué une trève, le président catalan, Carles Puigdemont – toujours résolu à organiser un référendum d'autodétermination le 1er octobre, malgré l'opposition catégorique de Madrid – marchant non loin de Mariano Rajoy.

Le roi et Mariano Rajoy, en retrait, essuient quelques sifflets 

Le roi Felipe, présent lors de la marche – une première depuis le rétablissement de la monarchie en 1975 – a par ailleurs été sifflé par des manifestants. D'autres avaient déployé une banderole montrant le roi serrant la main au roi d'Arabie saoudite. 

Le souverain se positionnait cependant en retrait, plusieurs rangs derrière la banderole de tête, de même que le chef du gouvernement conservateur espagnol, Mariano Rajoy, et de très nombreuses personnalités politiques de tous les partis venues de Madrid et d'autres régions du pays.