Attentats en Catalogne : l'imam de Bordeaux ne veut "pas que les musulmans subissent un crime qu’ils n'ont pas commis"

Invité de franceinfo lundi, Tareq Oubrou s'inquiète des effets des attentats sur la communauté musulmane en Europe. "On cherche un bouc émissaire et le sentiment de vengeance est toujours latent", dit l'imam de la Grande Mosquée de Bordeaux.

Voir la vidéo
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux, a réagi, lundi 21 août sur franceinfo, aux attentats en Catalogne. "Il ne faut pas que les musulmans subissent un crime qu’ils n’ont pas commis", a-t-il dit alors qu'un iman est recherché.

"Les sociétés musulmanes" également touchées

"Ce sont des citoyens qui vivent en tant qu’Espagnol ou que Français, et puis du jour au lendemain ils doivent s’exprimer en tant que musulmans dans la société. C’est un peu violent psychologiquement. Beaucoup de musulmans veulent vivrent une invisibilité dans la société", affirme Tareq Oubrou.

Il rappelle que les attentats terroristes ont "tué plus de musulmans que de non-musulmans" en frappant d’abord les "sociétés musulmanes" avant de se produire "dans les sociétés démocratiques comme la nôtre".

"On cherche un bouc émissaire"

A propos de la recrudescence des insultes et agressions contre les musulmans après les attentats, Tareq Oubrou pense que leurs auteurs "sont plus travaillés par les tripes que par la raison. On cherche un bouc émissaire et le sentiment de vengeance est toujours latent, toujours présent dans l’esprit de nos concitoyens qui peuvent malheureusement passer à l’acte", constate avec inquiétude l’auteur de Ce que vous ne savez pas de l’Islam.

"Il ne faut pas que les musulmans subissent un crime qu’ils n’ont pas commis" - Tareq Oubrou, le grand imam de Bordeaux
--'--
--'--

Tareq Oubrou, le grand imam de Bordeaux, à Auxerre, en mars 2015. 
Tareq Oubrou, le grand imam de Bordeaux, à Auxerre, en mars 2015.  (J?R?MIE FULLERINGER / MAXPPP)