Les apiculteurs peuvent désormais utiliser le dioxyde de soufre, jusqu'ici interdit, pour défendre leurs ruches des frelons asiatiques, grands prédateurs d'abeilles. L'arrêté, paru samedi 7 septembre au Journal officiel, était très attendu par les apiculteurs. Mais dans une ferme du Pays basque, un apiculteur amateur a adopté une technique bien plus naturelle pour lutter contre cet insecte nuisible. Depuis trois ans, ses abeilles vivent sous la protection rapprochée de poules qui se régalent des frelons, raconte France 3 Aquitaine.

Le poulet repère le frelon à son battement d'ailes bruyant. Le vol géostationnaire de l'insecte fait que, tout en se méfiant de la ruche et de la colonie d'abeilles, le poulet capture le frelon, explique Francis Ithurburu. Mieux, au printemps, le poulet attrape les premières fondatrices qui sont en train de construire le nid de frelons. Résultat : les nids autour des ruchers sont avortés et les frelons ne s'y installent pas.

La poule pourrait donc être le meilleur ennemi du frelon asiatique, introduit dans le Sud-Ouest en 2004 via des poteries venues de Chine, et désormais présent dans une soixantaine de départements.

Un frelon asiatique mort au Relecq-Kerhuon, près de Brest (Finistère), le 19 septembre 2011.
Un frelon asiatique mort au Relecq-Kerhuon, près de Brest (Finistère), le 19 septembre 2011. (MAXPPP)