Les insectes nuisibles se rapprochent des pôles. Des scientifiques basés en Grande-Bretagne expliquent dans la revue Nature Climate Change (en anglais), dimanche 1er septembre, avoir suivi 612 espèces d'insectes nuisibles dans le monde entier. Ils ont établi que leur aire de répartition se décalait vers les pôles au rythme de 26,6 kilomètres par décennie depuis les années 1960. Elles occupent désormais de vastes régions où elles n'étaient pas présentes jusqu'alors.

Selon les scientifiques, ce phénomène est lié au réchauffement du climat de la planète et à l'intensification des échanges. "Nous pensons que cette propagation découle dans une grande mesure du réchauffement climatique", explique le principal auteur de l'étude, Daniel Bebber, de l'université d'Exeter. Ce rythme de propagation vers les pôles Sud et Nord est légèrement plus lent que celui de 17,6 kilomètres par décennie annoncé en 2011 dans une étude sur les animaux sauvages et la végétation.

Sachant qu'entre 10 et 16% des cultures mondiales sont déjà perdues à cause de l'action de parasites, les auteurs estiment que la sécurité alimentaire mondiale pourrait à terme être menacée par une dissémination encore plus importante. Selon Daniel Bebber, "si les ravageurs continuent de se développer en direction des pôles alors que la Terre se réchauffe, les effets combinés d'une population mondiale en augmentation et de pertes de cultures de plus en plus importantes menaceront sérieusement la sécurité alimentaire mondiale". La propagation des insectes nuisibles, bactéries, vers et autres champignons constitue "une menace croissante pour la sécurité alimentaire mondiale", conclut l'étude.