Quatre choses à savoir sur Gobee.bike, le nouveau service de vélos en libre-service à Paris

Contrairement aux Vélib', ces vélos sont accessibles et déposables sur n'importe quel espace de parking à vélos.

Un vélo Gobee.bike à Lille (Nord), le 5 octobre 2017. 
Un vélo Gobee.bike à Lille (Nord), le 5 octobre 2017.  (MAXPPP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ne soyez pas surpris si vous voyez des vélos vert pomme circuler dans Paris. Gobee.bike, un service de vélo en libre-service, débarque lundi 9 octobre dans la capitale et dans les Hauts-de-Seine. Après le déploiement de plusieurs milliers de vélos à Hong Kong depuis le mois d'avril, la marque s'était lancée à Lille le 5 octobre, avec 400 vélos. Comment fonctionne ce nouveau système de vélos partagés ? Franceinfo vous détaille le concept. 

Où récupérer et garer son vélo ?

Contrairement aux Vélib', ces vélos sont accessibles et peuvent être déposés dans n'importe quel espace de parking publics destinés aux vélos. Il faut, au préalable, télécharger l'application et se créer un compte. Pour déverrouiller votre vélo, un code QR, situé à l’avant (au niveau du guidon) ou à l’arrière (au niveau du cadenas), doit être scanné avec votre téléphone portable. Vous pouvez ensuite le déposer à l'endroit de votre choix et abaisser manuellement un verrou situé sur la roue arrière. Le GPS intégré permettra au prochain utilisateur de le localiser et de l'emprunter à nouveau. 

Combien ça coûte ?

Contrairement aux Vélib', pas besoin de s'abonner. Mais une caution est demandée. Les utilisateurs qui créeront un compte sur l'application Gobee.bike dans les premières semaines après le lancement paieront une caution de 15 euros. Pour ceux qui s'inscriront après, le montant passera à 50 euros, précise Le Figaro. L'utilisateur paie ensuite 50 centimes d'euros la demi-heure et peut créditer son compte à l'avance, de 5 à 20 euros. Un coût au final plus élevé que Vélib', qui propose un abonnement à 29 euros l'année et offre la première demie-heure.

"Oui, notre offre coûte plus cher, mais le service que nous proposons est plus pratique : vous n’avez pas à vous demander si vous trouverez un vélo sur votre borne ou s’il y aura de la place quand vous aurez fini de l’utiliser", justifie Raphaël Cohen, le fondateur et PDG, dans Le Parisien

Comment sera géré l'entretien des vélos ? 

Comme le soulignent Les Echos, les opérateurs déjà établis estiment que ce système ne sera pas viable, notamment à cause de la dégradation et des vols, facilités par l'absence de points d'attache. Gobee.bike répond que seuls les utilisateurs ayant créé leur compte pourront déverrouiller et utiliser un vélo. Les deux-roues sont par ailleurs équipés d'un système d'alarme intégrée et de capteurs pour détecter toute utilisation non prévue, ou même détecter un vélo qui serait laissé au milieu de la rue. 

Pour éviter les problèmes de dégradation, l'entreprise mise sur la robustesse de ses vélos et sur sa communauté pour faire remonter via l'application toute panne ou casse afin qu'un technicien puisse intervenir sur place, précise le quotidien économique.

Les vélos pèsent quatre kilos de moins que les derniers modèles de vélos en libre-service actuellement en service en France. Ils sont donc moins robustes, mais plus légers pour l'utilisateur.

Combien de vélos Gobee.bike en circulation ? 

Pour l'instant, quelques centaines de ces vélos vert pomme seront en libre-service dans la capitale ainsi que dans les Hauts-de-Seine, contre 1 800 stations et plus de 20 000 vélos pour Vélib. Gobee.bike, qui juge son offre "complémentaire", compte s'étendre dans une dizaine de villes en France et en Europe d'ici la fin de l'année 2017.

L'arrivée de Gobee.bike s'inscrit dans un contexte de concurrence accrue dans le domaine du vélo partagé. Le marché des Vélib', attribué au consortium franco-espagnol Smoovengo aux dépens de JCDecaux, sera élargi à toute la métropole du Grand Paris début 2018. Et comme le signale Le ParisienOfo, le leader mondial de la location de vélos en libre-service sans borne, déjà présent dans 180 villes à travers le monde, est sur les rangs pour s'installer à Paris.