Perturbateurs endocriniens : sept questions sur le triclosan, présent dans les cosmétiques, les dentifrices, les textiles...

Une étude de l'Inserm a notamment mis en cause le triclosan comme responsable de troubles du comportement chez l'enfant. Franceinfo répond aux questions que vous vous posez peut-être sur cet agent antibactérien, perturbateur endocrinien. 

Le triclosan, considéré comme un perturbateur endocrinien, se retrouve dans de nombreux dentrifices, savons antibactériens ou gels douche.
Le triclosan, considéré comme un perturbateur endocrinien, se retrouve dans de nombreux dentrifices, savons antibactériens ou gels douche. (EYEEM / GETTY IMAGES)
avatar
Carole BélingardFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un composé "préoccupant"Une étude de l'Inserm, publiée vendredi 29 septembre, fait le lien entre l'exposition, pendant la grossesse, de la mère à certains perturbateurs endocriniens, comme le triclosan, et des troubles du comportement des garçons entre 3 et 5 ans. On le retrouve en France dans de nombreux dentifrices, savons antibactériens ou gels douche. Franceinfo fait le point sur cette molécule très présente dans notre quotidien.

Le triclosan, c'est quoi au juste ?

Le triclosan, ou 5-chloro-2-(2,4-dichlorophénoxy)phénol, est une molécule qui appartient à une famille de composés antimicrobiens. En clair, c'est un tueur de bactériesLe triclosan a été introduit dans les années 1970, notamment dans les gels nettoyants à destination des chirurgiens.

"C'est un antiseptique, un désinfectant, mais on l'utilise aussi comme conservateur, explique à franceinfo Jean-Baptiste Fini, chercheur au CNRS, spécialiste des perturbateurs endocriniens. Le seul intérêt, c'est que l'industriel peut prévoir des stocks sur plusieurs années, mais il n'a pas forcément d'effets bénéfiques et, en tout cas, il n'a rien à voir avec l'efficacité du produit."

Et on le trouve dans quoi ?

Le triclosan est très largement utilisé dans les produits de beauté et d’hygiène, comme les déodorants, les bains de bouche, les dentifrices, les crèmes hydratantes ou encore les gels douche. On en retrouve également des résidus dans des ustensiles de cuisine, des textiles, ou encore des jouets.

Concernant les cosmétiques, l'UFC-Que-Choisir a dévoilé, en juin 2017, des listes – non exhaustives – de produits contenant du triclosan. Selon le recensement de l'organisation, plusieurs dentifrices de la marque Colgate, ainsi que des dentifrices et des bains de bouche Sanogyl, en contiennent aussi.

Pourquoi est-il considéré comme un perturbateur endocrinien ?

• Car il pourrait avoir des effets sur la reproduction. "Le triclosan  et le triclocarban (ou 3,4,4'-trichlorocarbanilide), [un produit similaire] sont des perturbateurs endocriniens et sont associés à des effets sur la reproduction et le développement dans des études animales et in vitro", précisent 200 scientifiques et professionnels de la santé qui ont signé "l'appel de Florence" (en anglais), publié en juin dernier.

• Car il a des conséquences sur les hormones thyroïdiennes. "Le triclosan va empêcher le transport correct des hormones thyroïdiennes dans le sang", souligne Jean-Baptiste Fini. Or, il y a des moments cruciaux où il y a un besoin d'hormones, comme le développement fœtal." Une insuffisance d'hormones thyroïdiennes va avoir une influence sur le développement du périmètre crânien du fœtus. Cela peut alors conduire à des troubles du comportement de l'enfant, voire à une perte de QI dans le pire des cas, estime le chercheur.

Quelles sont les autres sources d'inquiétude ?

• Une résistance aux antibiotiques ? Plusieurs études ont montré que la présence de triclosan pouvaient mener à une résistance aux antibiotiques. C'est le cas d'une étude menée par l'Inra et publiée en 2016. Cette étude montre que "l'utilisation d'un produit cosmétique ou d’hygiène contenant du triclosan" va favoriser le développement de bactéries résistantes.

• Le syndrome du "foie gras" ? "Le triclosan a des effets sur le foie, avec des conséquences qui pourraient mimer une sorte de cirrhose", détaille Jean-Baptiste Fini. Le test a été mené sur des grenouilles exposées durant toute leur vie à du triclosan à des faibles doses. "Le triclosan va empêcher le foie de se reposer", ajoute le chercheur.

• Des effets allergisants ? "Il faut garder une barrière microbienne", insiste Jean-Baptiste Fini. Or, le triclosan, présent de manière importante dans les gels antibactériens, va tuer les bactéries et favoriser le développement d'allergies, explique le chercheur.

Que dit la législation sur le triclosan ?

Aux Etats-Unis, le triclosan est interdit par l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux, la FDA, depuis septembre 2016. Néanmoins, cette interdiction n'affecte pas les désinfectants pour les mains, ni d'autres produits antibactériens utilisés dans les hôpitaux et centres médicaux.

Au sein de l'UE, dans les cosmétiques, la Commission européenne a fixé la concentration maximale du triclosan dans le produit fini à 0,3%. Le triclosan est également autorisé dans les bains de bouche, mais à une concentration maximale de seulement 0,2%. En revanche, il est interdit dans tous les produits de rasage depuis le 30 octobre 2014.

Mais pour la communauté scientifique, cela ne va pas assez loin. Les 200 scientifiques et professionnels de la santé de "l'appel de Florence" (en anglais) appellent au principe de précaution. Le triclosan et le triclocarban "ne devraient être utilisés que si leurs effets positifs pour la santé sont prouvés", est-il écrit dans leur communiqué. "Le bon sens nous dicte d'abandonner ces produits chimiques ratés et d'éviter de se servir d'antibactériens quand ce n'est pas nécessaire, ou de se tourner vers des alternatives plus saines et plus vertes."

Est-il irremplaçable ?

Non, répond clairement Jean-Baptiste Fini. "On pourrait s'en passer", affirme le chercheur. "On pourrait le retirer des produits cosmétiques en tant que conservateur et le remplacer par un autre produit", abonde dans Atlantico Stéphane Gayet, médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg (Bas-Rhin).

"On en met plus par habitude qu’autre chose. Je ne vois absolument pas l’intérêt de mettre des antibactériens dans du dentifrice, il faut être dingue ! Pendant des centaines d’années, on s’est lavé les mains au savon de Marseille et ça fonctionnait très bien, je ne comprends pas pourquoi mettre des antibactériens partout", réagissait déjà, en 2013, le toxicochimiste André Picot, auprès de L'Obs.

Comment faire pour l'éviter ?

En attendant une interdiction du triclosan, "il faut regarder les étiquettes", conseille Jean-Baptiste Fini. "Notamment pour les dentifrices. C'est du cas par cas." Concernant les gels ou savons antibactériens, le chercheur préconise l'utilisation de savons classiques. "Une bonne hygiène corporelle ne consiste pas à chercher à éliminer les bactéries ; ce qu’il faut, c’est éliminer les sécrétions, la sueur et les squames, c’est-à-dire les cellules mortes, développe-t-il. Pour cela, il faut un savon au ph neutre ou légèrement acide, il faut éviter les savons bon marché qui sont souvent alcalins."