Perturbateurs endocriniens : six questions sur ces agents chimiques qui font débat au sein de l'UE

Ces agents chimiques, tels que le bisphénol ou les phtalates, font l'objet d'âpres débats tant leur présence dans notre quotidien a une influence sur notre santé.

Une mère donne le biberon à son nourrisson, le 8 octobre 2012 à Paris. La présence de bisphénol A dans les biberons est interdite en Europe depuis 2011.
Une mère donne le biberon à son nourrisson, le 8 octobre 2012 à Paris. La présence de bisphénol A dans les biberons est interdite en Europe depuis 2011. (FRED DUFOUR / AFP)
avatar
Mathilde GoupilfranceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Vous ne les connaissez pas forcément, mais ils se sont fait une place durant la campagne présidentielle. Les perturbateurs endocriniens, ces agents chimiques qui répondent à des noms barbares tels que le bisphénol ou les phtalates, font l'objet d'âpres débats tant leur présence dans notre quotidien a une influence sur notre santé.

En juillet, la Commission européenne a proposé le renouvellement pour dix ans de la licence du glyphosate qui expire à la fin 2017. Cette substance active entre notamment dans la composition du Roundup, le produit phare de Monsanto. Le vote sur l'autorisation de cet herbicide controversé pourrait avoir lieu le 5 ou 6 octobre lors d'un comité d'experts. La France a annoncé à la fin août qu'elle voterait contre la proposition de la Commission. Elle a une position-clé car une majorité qualifiée (55% des Etats membres représentant 65% de la population de l'Union) est requise dans ce dossier. Pour comprendre les enjeux de ce vote, franceinfo fait le point sur ces agents chimiques en sept questions.

1Qu'est-ce qu'un perturbateur endocrinien ?

Les perturbateurs endocriniens sont des agents chimiques, naturels ou résultants de l'activité humaine, qui interfèrent avec le système hormonal d'un organisme, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Leur nom est tiré de celui des glandes endocrines, qui produisent des hormones dans la circulation sanguine.

Concrètement, ces agents ont trois modes d'action néfastes : perturber la production ou la régulation des hormones ou de leurs récepteurs, empêcher une hormone de se fixer à son récepteur et ainsi bloquer la transmission du signal hormonal, ou mimer l’action d’une hormone naturelle et ainsi entraîner la réponse due à cette hormone, rapporte l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

2Dans quelle mesure sont-ils dangereux ?

Les hormones "régulent de très nombreux comportements et mécanismes de notre corps, tels que la croissance et la puberté, la température corporelle, le métabolisme de graisses, la faim ou la satiété, le sommeil, la libido, le niveau d’insuline, le rythme cardiaque", rappelle Le Monde.

En empêchant les hormones de fonctionner correctement, les perturbateurs endocriniens sont, entre autres, soupçonnés de perturber le développement des fœtus, de favoriser les pubertés précoces, les cancers, l'obésité, les diabètes et les problèmes cardiovasculaires, détaille l'OMS. Le tout pour un coût sanitaire énorme : 150 milliards d'euros chaque année au niveau européen, et entre 15 et 20 milliards d'euros en France.

Pour pénétrer dans l'organisme, les perturbateurs endocriniens ont quatre voies d'accès : nos intestins, nos voies respiratoires (pour ensuite passer dans le sang ou la lymphe), notre peau (surtout en cas de lésion) ou in utero (via le cordon ombilical ou le liquide amniotique). Et ils sont néfastes même à "très faible dose", car "la quantité d’hormones sécrétées est généralement faible pour fonctionner de manière efficace", souligne Le Monde.

Il existe aussi des périodes de vulnérabilité accrue : la formation du fœtus, la petite enfance et la puberté. Les enfants seraient ainsi tous contaminés aux perturbateurs endocriniens, peu importe leur lieu de vie, révèle une étude du magazine 60 millions de consommateurs publiée en avril. Et les effets de ces agents peuvent être transmissibles entre générations. 

3Où les trouve-t-on ?

Parmi les perturbateurs endocriniens produits volontairement pour leur effet sur le système hormonal, on trouve les traitements contraceptifs ou de substitution hormonale. 

Mais certains d'entre eux sont aussi présents, sans qu'on le sache toujours, dans des produits de la vie quotidienne : cosmétiques (parabènes ou phtalates), médicaments (parabènes), emballages alimentaires plastifiés, lunettes, ustensiles de cuisine, jeux pour enfants (bisphénol A), textiles (composés polybromés)... Pour se repérer, l'association UFC-Que Choisir a dressé un inventaire. Aussi visés, les pesticides à base de chlore, qui contiennent du chlordécone ou du dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT). Pourtant interdits en France depuis 1993 et 1971, ils sont toujours à l’origine de cancers et de maladies endocriniennes aujourd’hui, rappelle la 1re.

En tout, environ 800 produits chimiques sont soupçonnés ou connus pour interférer avec le système hormonal humain, selon un rapport de l'OMS et des Nations unies de 2013.

En bout de course, ces produits se retrouvent dans l'environnement. Des traces de polychlorobiphényles (PCB) ont ainsi été détectées dans les eaux profondes des océans, jusqu'à 6 000 m sous la surface, révèle une étude de la revue Nature Ecology & Evolution parue en février 2017. Une situation problématique, puisque les perturbateurs endocriniens "persistent dans l'environnement de longues années et peuvent être transférés d'un compartiment de l'environnement à l'autre (sols, eau, air…) de longues années après qu'ils ont été produits", note l'Inserm.

4Est-ce possible de limiter mon exposition aux perturbateurs endocriniens ?

Il est très difficile d'avoir une action individuelle d'envergure. Seule solution : examiner les étiquettes à la loupe avant d'acheter des produits. "C'est fastidieux mais il faut le faire, assure à franceinfo Victoire N'Sondé, auteure d'une enquête pour 60 millions de consommateurs. Vous écartez le parabène et certains filtres UV." 

Pour n'avoir aucun doute, Victoire N'Sondé conseille d'acheter bio, une catégorie dans laquelle "toutes ces substances [les perturbateurs endocriniens] sont interdites". Autre conseil, aérer son logement, ce qui permet d'évacuer les perturbateurs endocriniens qui se retrouvent dans la poussière. On peut aussi éviter "de trop faire griller ses aliments". Là encore, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir fournit un mode d'emploi détaillé.

Problème, même en faisant attention, il est difficile d'y échapper. Une enquête de l'association Générations futures, menée en février sur des personnalités comme José Bové ou Nicolas Hulot, montrait que même des écologistes convaincus n'échappaient pas aux perturbateurs endocriniens.

5Que font les Etats pour lutter contre ?

La France est l'un des pays les plus actifs sur la question, en compagnie du Danemark et de la Suède. En 2012, une loi a interdit la présence de bisphénol A dans tous les contenants alimentaires. La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a, elle, proscrit, depuis janvier 2017, l'utilisation de certains pesticides dans les espaces publics. En février 2017, le Sénat a par ailleurs adopté une résolution qui réaffirme sa volonté de lutter contre "l'exposition aux perturbateurs endocriniens".

Le volontarisme français s'est parfois traduit dans la législation européenne. Le bisphénol A est banni de la composition des biberons depuis 2011, et est reconnu comme un perturbateur endocrinien par l'Agence européenne des produits chimiques depuis juin 2017.

Un règlement européen de 2009 assure également que tout pesticide présentant des propriétés de perturbation endocrinienne doit être interdit ou retiré du marché. Mais pour activer cette loi, encore faut-il se mettre d'accord sur la définition d’un perturbateur endocrinien... Et c'est là que ça coince.

6Pourquoi cela fait-il débat au sein de l'Union européenne ?

Depuis 2016, les Etats membres de l'Union européenne se sont réunis six fois pour tenter de s'accorder sur une définition des perturbateurs endocriniens. Mais le texte proposé ne satisfait pas grand monde.

D'un côté, plusieurs pays – la France, la Suède, le Danemark – demandent des critères plus protecteurs et contestent une définition jugée trop restrictive. La Commission européenne suggère, en effet, qu'un perturbateur endocrinien soit défini comme une substance dont les effets indésirables sur la santé humaine et sur le système hormonal sont prouvés. Mais pour le réseau d'ONG EDC Free Europe, ce texte demande une charge de preuve si élevée que rares seront les substances finalement exclues. Les ONG dénoncent aussi, dans le texte actuel, l'instauration d'une dérogation pour toute une catégorie de pesticides.

Les opposants au texte proposent donc que la classification des perturbateurs endocriniens soit calquée sur celle des cancérigènes, avec plusieurs niveaux de preuve (effet néfaste possible, probable, avéré). "Le texte actuellement débattu à Bruxelles impose un niveau de preuve scientifique très fort pour classer une substance comme perturbateur endocrinien, alors que pour les cancérigènes par exemple, les textes autorisent des niveaux de preuve un peu plus faibles, détaille à 20 Minutes Rémy Slama, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). Ne pas exiger un niveau de preuve certain évite d’attendre des centaines d’études et peut permettre de ne pas trop allonger le délai avant de classifier la substance comme dangereuse."

De l'autre côté, les industriels et producteurs agroalimentaires s'inquiètent d'une définition qui placerait certaines substances sur une liste noire. La FNSEA, par exemple, a estimé, en s'appuyant sur une étude menée par le cabinet Redqueen, que le retrait de soixante substances contenues dans les produits phytopharmaceutiques entraînerait une baisse de rentabilité de 40% en moyenne pour les exploitations agricoles.

Dans une tribune au Monde, une centaine de scientifiques dénoncent l'action des "marchands de doute", qui "déforment délibérément des preuves scientifiques afin de créer une fausse impression de controverse" en finançant les travaux de chercheurs mettant en doute l'action des perturbateurs endocriniens.