L'avocate Corinne Lepage lance une association d'aide aux victimes de pesticides

Justice Pesticides a l'ambition de mutualiser les actions menées contre les fabricants de pesticides, partout dans le monde. 

L\'ancienne ministre de l\'Ecologie, Corinne Lepage, le 18 novembre 2015.
L'ancienne ministre de l'Ecologie, Corinne Lepage, le 18 novembre 2015. (GUILLAUME SOUVANT / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'avocate Corinne Lepage crée une association, Justice Pesticides, pour conseiller et regrouper tous ceux qui s'estiment victimes de pesticides. Cette nouvelle structure, lancée lundi 25 septembre, doit fournir des informations juridiques et scientifiques, en vue d'éventuelles procédures.

[Face à] la stratégie [des fabricants de pesticides], la seule réponse efficace aujourd'hui est (...) la mise en réseau de toutes les victimes actuelles et futures des pesticides, qu'elles soient des agriculteurs, des voisins de lieux de diffusion, des collectivités locales, des chercheurs ou d'autres encore.

Corinne Lepage

Communiqué

A terme, l'association veut mutualiser "toutes les actions dans le monde qui mettent en cause des pesticides", pour "établir une base juridique et scientifique internationale qui permettra de renforcer les actions en justice".

Une base de données internationale d'information

Sur le site internet dévoilé pour l'occasion, il est possible d'effectuer des recherches grâce à divers filtres (mots-clés, pays de juridiction, produits visés, type de plaignants, date de la décision...). Chacun peut enrichir la base de données en y entrant les affaires dont il a connaissance. Les contributions seront publiées après vérification par l'association.

La députée européenne Michèle Rivasi (EELV), la journaliste Marie-Monique Robin, le porte-parole de l'ONG Générations Futures François Veillerette, l'agriculteur Paul François, en procès contre Monsanto, et plusieurs militants, scientifiques ou juristes étrangers, participent à cette initiative.

L'annonce de la création de cette association intervient alors que le gouvernement s'est engagé à réaliser "des progrès significatifs" d'ici à 2022 pour tous les pesticides, dont le glyphosate. Le renouvellement de l'autorisation de cette substance, principe actif du Roundup de Monsanto, doit faire l'objet d'un vote de l'Union européenne d'ici à la fin de l'année.