Météo : pourquoi fait-il si chaud ?

La météo est encore exceptionnellement douce pour un mois de décembre. Toute la planète est a chaud : 22 degrés en à New-York, 8 à Moscou, 18 à Bordeaux. Faut-il y voir un effet du réchauffement climatique ? C'est quoiqu'il en soit conforme à une tendance. Mais il serait hâtif de conclure que l'hiver est déjà fini. Explications sur France Info avec Jérôme Lecou, prévisionniste à Météo France.

(Douceur au lac de Constance, en Allemagne. © Maxppp)
Radio France

Mis à jour le
publié le

T-shirt à New York, baignade à Marseille. L'hémisphère nord aurait-il oublié l'hiver ? Les records de chaleur pour la saison tombent les uns après les autres. 2015 est d'ors et déjà l'année la plus chaude des annales météo. Même à cette aune, le mois de décembre est exceptionnel avec des températures supérieures de 3 degrés en moyenne aux normales, pour ce qui concerne la France.

20 degrés au pays Basque

"La douceur va continuer jusqu'à la fin de l'année. Les températures les plus élevées, nous allons les connaître d'ici la fin de semaine avec un pic de chaleur d'ici le week end. On atteindra les 20 degrés du côté du Pays Basque, avec 13-14 degrés sur le nord du pays et ponctuellement 15 autour de la Méditerranée ", annonce Jérôme Lecou, prévisionniste à Météo France et invité de France Info. Ensuite les températures devraient baisser, mais rester deux à trois degrés au-dessus des normales de saison jusqu'à la fin de l'année.

El Nino

"L'année 2015 aura été une année très particulière au niveau mondial, puisqu'on a eu un phénomène qu'on appelle El Nino, qui a bouleversé le climat sur de nombreuses régions de la planète. C'est une anomalie de température d'eau de la mer au niveau du Pacifique mais qui influence grandement le climat sur de nombreuses régions du monde ", analyse Jérôme Lecou. Les Etats-Unis et le Canada sont parmi les premiers touchés dans l'hémisphère nord, avec des températures de plus de 20 degrés à New York et 18 degrés à Montréal. Des records absolus.

"Il ne faut pas penser qu'on est rentré dans quelque-chose qui interdit toute vague de froid. Il y a souvent un équilibre qui finit par se rétablir "

Pour autant, est-il possible de tirer de cette situation des prévisions pour la suite de la saison ? Hasardeux, répond Jérôme Lecou. Dans un sens comme dans l'autre. Le dicton "Noël au balcon, Pâques au tison" démontre que la "sagesse populaire" n'a pas toujours raison : "Ce genre de dicton ne se vérifie pas à chaque fois. Néanmoins, on peut très bien connaître une vague de froid dans les premiers mois l'année 2016. Il ne faut pas penser qu'on est rentré dans quelque-chose qui interdit toute vague de froid. Il y a souvent un équilibre qui finit par se rétablir ", nuance le prévisonniste.

Changement climatique

Il constate toutefois que la tendance du changement climatique s'affirme de plus en plus clairement année après année. "On a eu d'autres mois de décembre doux après 2000. Mais il ne faut pas oublier que la France fait partie des zones tempérées avec une variabilité du climat importante. Donc, on a connu ces dernières années également des hivers avec des mois de décembre froids, à la fin des années 2000 notamment. Et on en aura encore. La grande tendance est d'avoir des mois doux dans la période automne-hiver. Mais à l'intérieur de cette tendance, on continuera de temps en temps à avoir des hivers froids ".